Cela commence à bouger sur l’ivermectine, mais pas assez vite !

Il existe un médicament qui pourrait :

  • Stopper net l’épidémie, en quelques jours ;
  • Sauver des milliers de vies dans les Ehpad et chez les personnes vulnérables ;
  • Et nous sortir de ce grand cauchemar des privations de liberté liées à la Covid-19.

 Ce médicament, c’est l’ivermectine.

Je vous ai dit le 16 décembre dernier que c’était une sorte de « médicament miracle ».

Et depuis, les preuves n’ont pas cessé de s’accumuler.

Après le poignant appel du Dr Pierre Kory au Sénat américain[1], c’est la Dr Theresa Lawrie qui s’est solennellement adressée à Boris Johnson pour « sauver des vies » avec l’ivermectine[2].

La Dr Lawrie est un médecin spécialiste de la médecine par les preuves et sans le moindre conflit d’intérêts.

Le 3 janvier, elle a publié un rapport urgent, dans lequel elle examine en détail les 27 études scientifiques sur l’efficacité de l’ivermectine contre la Covid-19.

Sa conclusion est claire et nette[3] :

« L’ivermectine est un médicament anti-parasitaire très sûr et efficace, largement utilisé dans les pays en développement.

Ce médicament est connu depuis des décennies, et non seulement il fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS, mais sa découverte a donné lieu à un prix Nobel de médecine en raison de son utilité contre de nombreuses maladies.

Les preuves scientifiques sont cohérentes et sans équivoque : l’ivermectine fonctionne à la fois pour prévenir les infections et éviter la mortalité, aux mêmes doses utilisées habituellement contre les infections parasitaires.

S’il vous plaît, peut-on commencer à sauver des vies maintenant ? »

En Belgique, le 21 décembre dernier, le virologue Marc Wathelet a lui aussi adressé un appel solennel au Premier Ministre, expliquant que l’ivermectine « représente une opportunité exceptionnelle de débarrasser la Belgique et le monde du Sars-CoV-2 »[4].

En France, on commence enfin à se réveiller.

Le Dr Philippe Gorny a publié dans la presse une tribune expliquant les preuves scientifiques incontestables en faveur de ce traitement :

« En Argentine par exemple, près de 1 200 soignants au contact de malades Covid-19 ont été suivis pendant dix semaines dans quatre centres : 788 reçurent l’ivermectine, 407 n’eurent aucun traitement. Au terme de l’essai, 237 sujets furent infectés dans le groupe sans médicament et aucun dans le groupe traité. Bluffant ! (…)

On dispose de 28 études cliniques dont 10 randomisées. L’ivermectine a été utilisée dans 7 études à titre prophylactique, dans 6 précocement dès les premiers symptômes, dans 13 essais à des stades tardifs et souvent graves. Son bénéfice apparaît important et net à toutes les étapes et dans tous les essais sauf dans deux ayant inclus un très faible nombre de sujets (…)

Si on groupe les seules études randomisées, la probabilité qu’elles aient généré des résultats faussement positifs serait de 1 sur 1 000 ! » [5].

Bizarrement, cela ne suffit pas, pour l’instant.

Les pays occidentaux, obsédés par le vaccin, seront sans doute les derniers à utiliser ce médicament providentiel.

Après l’exemple spectaculaire du Chiapas, certains pays s’y mettent

Car dans les pays en développement, moins influencés par Big Pharma, l’ivermectine est de plus en plus populaire.

Ce qui s’est passé au Chiapas, au Mexique, est spectaculaire.

C’est la seule région qui a distribué largement l’ivermectine contre la Covid-19…

…et la seule région qui n’a pas connu de hausse de la mortalité !

Regardez le graphique ci-dessous, avec les morts de la Covid-19 de juillet 2020 à début janvier 2021 : la courbe verte est celle du Chiapas, au plancher, alors que les autres régions subissent une forte hausse de la mortalité :

Tout récemment, quelques pays ont adopté l’ivermectine dans leurs recommandations officielles :

  • La Macedoine, le 23 décembre ;
  • Le Belize, le 22 décembre ;
  • Quant à l’État de l’Uttar Pradesh dans le Nord de l’Inde (210 millions de personnes), il a adopté depuis l’automne un kit de traitement précoce contenant de l’ivermectine.

Mais de façon choquante, les États occidentaux ne bougent pas.

Comme d’habitude, les autorités occidentales et les médias ne veulent rien savoir

En France, les soi-disant sites de « vérification des faits » de Libération, 20 Minutes et AFP Factuel – qui sont en réalité de grands pourvoyeurs de « fake news » dans le domaine de la santé – ont multiplié les mensonges pour faire croire que l’ivermectine ne marche pas (toute ressemblance avec ce qui s’est passé avec l’hydroxychloroquine…).

Pour faire leur sale besogne, ces pseudo journaux (qui sont en réalités des sites Internet financés par Facebook), concentrent leur critique sur la méthodologie d’une étude in vitro parue en avril dernier…

….alors que nous avons eu entre-temps plus de 10 essais cliniques randomisés prouvant l’efficacité de ce médicament !

Et quand ils veulent bien mentionner ces essais cliniques prouvant l’efficacité de l’ivermectine, c’est pour critiquer le fait qu’ils n’ont pas tous été encore publiées dans des revues médicales.

Mais c’est un argument ridicule car n’importe quel spécialiste est capable d’évaluer une étude scientifique publiée sur Internet : qu’elle ait été acceptée par un journal médical n’a aucune importance.

Cet « argument » est d’autant plus invraisemblable que des pays comme les États-Unis ont commencé à vacciner massivement leur population avant même que les essais cliniques sur ces vaccins n’aient été publiés, même pas sur Internet !

De toutes façons, comme l’explique le Dr Kory, « la revue par les pairs en vue d’une publication dans un journal prend des mois. Nous n’avons pas des mois. Des milliers de personnes meurent chaque jour »[6].

Alors pourquoi ce silence ?

Pourquoi cette désinformation ?

Au risque de passer pour un disque rayé, je rappelle que la raison est financière.

Pourquoi ce silence ? La question à 6 milliards d’euros

En France, le journal France Soir est le seul à sauver l’honneur sur cette crise de la Covid-19, avec beaucoup d’articles de grande qualité.

Dans leur papier « Ivermectine : De l’indifférence scandaleuse au mensonge criminel[7] », les auteurs concluent :

« Ne pouvant croire qu’une incompétence suffise à expliquer cette collusion parfaite de la presse avec (toujours les mêmes) experts, on pourrait s’intéresser aux 6 milliards de raisons » qui expliquent cette désinformation.

Ces 6 milliards, c’est le montant versé ces dernières années par l’industrie pharmaceutique à l’ensemble des professionnels de la santé, aux différentes sociétés savantes en France et à la presse :

« Au total, sur ces 6 dernières années, les entreprises pharmaceutiques ont versé 6 milliards d’euros en conventions, avantages et rémunérations, à la presse, aux médecins proches de l’industrie et à leurs associations et sociétés savantes. Soit 1 milliard d’euros par an : ce montant est équivalent au budget annuel de l’INSERM. »

Il ne faut pas, hélas, chercher plus loin les causes de la désinformation inouïe sur ce sujet, après les scandales du remdésivir et des attaques invraisemblables contre l’hydroxychloroquine et le Pr Raoult.

Heureusement, vous pouvez agir à votre niveau, pour vous protéger efficacement de la Covid-19. 

Ce que vous pouvez faire de votre côté

Vous connaissez mon protocole naturel, souvent répété dans ma lettre :

  • En prévention : 5 000 UI de vitamine D3 par jour (davantage si vous êtes sous les 40 ng/L dans le sang), un multivitamines de qualité contenant du zinc, du sélénium, les vitamines B, C et E, de la vitamine K-2, un complément de magnésium ainsi que de la quercétine ;
  • En traitement : les mêmes nutriments mais en augmentant les quantités + de la mélatonine le soir + des tisanes régulières de thym et romarin, et si besoin des huiles essentielles de ravintsara et cajeput, ainsi que de la propolis en spray nasal et gélules.

Cela devrait suffire à vous éviter des symptômes sévères, et a fortiori une hospitalisation.

Mais si vous êtes une personne à haut risque, je vous conseille vraiment de trouver un médecin éclairé qui acceptera de vous prescrire de l’ivermectine :

  • En prévention, en cas de risque élevé de contamination (par exemple si votre conjoint est positif) : une dose de 0,2 mg/kg, soit 12 mg pour 60 kilos par exemple, au jour 1 et au jour 3, à prendre à jeun avec de l’eau, puis 1 dose toutes les semaines pendant 10 semaines ;
  • En traitement, si vous êtes positif : même dosage, 0,2 mg/kg, une dose au jour 1 et au jour 3 (je précise que c’est le dosage préconisé par le groupe de médecins américains en pointe sur ce sujet[8]).

N’hésitez pas à transmettre ces informations autour de vous : elles peuvent sauver des vies.

Sources

90 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

90 commentaires

Elisabeth Magnani 19 janvier 2021 - 7h30

Merci pour cet article qui donne de l’espoir , si tant est que nos politiques , montrent quelques intérêts à sauvez nos vie plutôt qu’à enrichir « big pharma » !

Répondre
Maclain 19 janvier 2021 - 7h34

Je n’ai qu’une seule chose à vous dire mon ami, vos lettres sont véritablement excellentes parallèlement à votre combat!
Merci à vous pour toute cette ré-information qui est vitale et absolument nécessaire aujourd’hui malheureusement!
Que Dieu vous garde!

Répondre
marc 19 janvier 2021 - 8h00

pourquoi les informations national ne donne pas d’information sur l’ivermectrine

Répondre
gastigar 19 janvier 2021 - 8h28

Bonjour, je ne sais pas ce qu’il sera possible de faire pour contrer le passeport electronique, mais il semble que la guerre soit perdue d’avance ; C’est triste

Répondre
PERRAUD Alain 19 janvier 2021 - 10h23

Vous êtes dans la vérité, il faut que tous ces conflits d’intérêts cessent et soient mis au grand jour de partout tout ceci pour des profits au détriment de la santé,

Répondre
Venesi 19 janvier 2021 - 10h56

Bonjour
Qu en est il de ce médicament pour une personne à haut risque ( cardiaque ( 4 infarctus ) et obèse ) ?
Cordialement

Répondre
Scandella 19 janvier 2021 - 11h07

Merci de vos informations et de cette prise de position de ces chercheurs. retraité administratif hospitalier pendant 40 ans ( je gérais le contentieux des litiges entre les 4 pharmacies de l’APHM et les laboratoires. De très bons rapports avec mes correspondants. De voir toute cette pression médiatique TV et radios qui déstabilisent une population en douceur, le mental des personnes agées chez eux ou en EHPAD , c’est vraiment triste, injuste d’affoler ainsi au vu des pandémies précédentes, une propagande ressemblant à celle durant la guerre que notre génération n’a pas connu ( le Gvt de Pétain a raison …) le masque à l’extérieur ?, mieux vaut respirer l’air sans masque. Durant H1N1 , faut il se rappeler que la majorité du personnel hospitalier ne s’est pas fait vacciner ! Les mesures de précaution sont importantes mais de grâce, le confinement, le couvre feu , ces mesures où les grandes surfaces sont bondées, comme les transports publics, et bien la restauration les, commerçants, tous les lieux de Culture, ont pris toutes les mesures sanitaires et elles doivent réouvrir dans l’intérêt de leur trésorerie, pour l’emploi! Espérons le ! Merci

Répondre
lambin jacqueline 15 février 2021 - 14h43

super commentaire plein de bon sens

Répondre
laplaud 19 janvier 2021 - 11h17

Merci MR Bazin pour ces informations toujours pertinentes qui nous éclairent sur ce qui continue de se passer malheureusement dans le cadre de cette pandémie! Bon courage à vous

Répondre
larderet 19 janvier 2021 - 11h18

bonjour
quelque soit la solution alternative des soins concernant les diverses maladies, seul la solution validée par le lobby BIG FARMA sera officiellement reconnu;
et pour les les labos les médicaments doivent soigner ou masquer les symptômes mais ne doivent pas guérir, même s’il y a des effets secondaires, car ils perdent un client .
les médecines parallèles(phyto , homeo , acupuncture ,etc ) sont a éliminées car elle concurrencent le marché, et les effets secondaires sont moindre
la solution allopatrique se devrait d’ être envisager après les autres ,hors c’est le contraire qui est validé
que faire et quand retrouverons nous le bon sens de nos anciens????

Répondre
lambin jacqueline 15 février 2021 - 14h39

100% d’accord bravo pour ce commentaire

Répondre
jotterand 17 mai 2021 - 10h01

Tout à fait d’accord avec cette analyse.

Répondre
Isabelle du Peloux 19 janvier 2021 - 11h20

Je suis entièrement d’accord avec vos propos. Je viens en effet d’écouter l’interview de la généticienne Alexandra Henrion-Caude spécialiste de l’ARN qui dénonce  » la folie » du vaccin Pfizer de vacciner des personnes âgées bien portantes alors que l’essai clinique n’a pas été effectué sur cette tranche d’âge !!!
De plus l’Académie des sciences stipule que le vaccin n’est pas recommandé pour les hommes/femmes en âge de procréer car génétiquement il y aurait 1 impact de transmission sur les générations futures. On commence à s’apercevoir du nombre plus élevé de morts dans les pays qui ont pratiqué la vaccination à grande échelle , Royaume Uni et USA. La Norvège se penche sur les décès survenus sur des personnes âgées vaccinés par Pfizer. L’étude clinique complète devrait être terminée en 2022 !!! Il y a donc accélération des résultats, 1 scandale !!!
Pourquoi ne demandez-vous pas au Professeur Perrone , Professeur Raoult , Professeur Henrion-Caude etc de créer 1 pétition en ligne ? qui ne pourrait en rien être interdite. Il est temps de dénoncer au grand jour ce scandale pharmaceutique et humanitaire de prôner en temps de crise économique la réalité sur ces médicaments simples dont on connaît les molécules et qui ont des résultats ! Dénonçons Big Pharma et ses enjeux financiers !

Répondre
1 2 3 4 5 6 7

Laissez un commentaire