Le gros problème des vaccins contre la Covid-19 – partie 2

A en croire les grands médias, il n’y aurait aucun problème possible avec la technologie ADN et ARN utilisée par Pfizer, Moderna et Astrazeneca dans leurs vaccins anti-Covid.

Pourtant, cette technologie est totalement nouvelle et n’a jamais été expérimentée à grande échelle sur des êtres humains.

Elle consiste à injecter un « message génétique » qui va demander à nos cellules de fabriquer elles-mêmes une partie du coronavirus… et c’est cette partie du virus créée par notre propre organisme qui va produire une réponse de notre système immunitaire.

Autrement dit, les vaccins à ADN ou ARN consistent à injecter un « code » (ADN ou ARN) dans nos cellules, et ce code leur donne l’instruction de fabriquer par elles-mêmes une petite partie du coronavirus Sars-CoV-2.

Qui peut imaginer que cela ne pose aucun risque ?

L’histoire de la science est pavée d’inventions vantées comme « sans danger » et dont on réalise les risques beaucoup plus tard – le bisphénol, les pesticides, les ondes, etc.

Avec ces vaccins ADN et ARN, il y a un risque réel de jouer aux apprenti-sorciers.

Ce serait acceptable si on les testait de façon prudente, à petite échelle, avec d’infinies précautions et en prenant le temps nécessaire pour surveiller leurs effets dans le temps.

Mais c’est l’inverse qui est prévu : on essaie de vacciner la planète entière aussi vite que possible !

Pourquoi il y a de bonnes raisons de se méfier des vaccins à ARN

Avec le message ARN, c’est votre corps qui fabrique le médicament, martèle le patron de Moderna le Français Stéphane Bancel.

C’est vrai : il n’y a pas besoin d’injecter le virus, comme dans les vaccins classiques, puisque c’est notre propre corps qui le fabrique, grâce au message ARN.

C’est une énorme révolution, et comme toute innovation radicale sur le vivant, il faut faire être très prudent !

Pour comprendre le risque de ces vaccins génétiques, il faut d’abord dire un mot des vaccins « ADN ».

Les vaccins ADN consistent à utiliser de l’ADN (et non de l’ARN) comme « message » pour demander à nos cellules de fabriquer le « médicament » (un fragment du virus en l’occurrence).

Le problème des vaccins ADN est qu’ils peuvent risquer de modifier notre ADN, ce qui peut causer des catastrophes.

 « Quand vous éditez un gène, parfois cela fonctionne bien, parfois cela n’a aucun effet et parfois, cela cause des dégâts », a expliqué Hank Grelly, bioéthicien à l’université de Standford[1].

De fait, le fragment ADN injecté dans nos cellules pourrait modifier l’expression de certains de nos gènes – c’est à dire les activer ou les inactiver.

Il y a vingt ans déjà, un rapport du Sénat pointait l’impact possible sur le cancer : « On ne peut écarter l’hypothèse que le plasmide (l’ADN OGM inoculé par le vaccin) active un oncogène, gène déclencheur de cancer ou, à l’inverse, inhibe l’action d’un gène suppresseur du cancer ».[2]

Avec les vaccins ARN, le risque est infiniment plus faible, car normalement, l’ARN ne peut pas modifier l’ADN.

Comme le dit le Dr Reliquet, « Le risque est théoriquement impossible selon le dogme de la biologie moléculaire puisqu’il s’agit d’un vaccin à ARNm (et non à ADN), mais la biologie est parfois rebelle aux dogmes ! »[3]

De fait, il faut faire attention avec le vivant, qui nous réserve toujours des surprises.

D’autant que l’on connaît au moins un cas où l’ARN peut modifier l’ADN : lorsque la cellule contient une enzyme appelée « retrotranscriptase ».

Or on trouve notamment cette enzyme dans le virus du SIDA, ce qui pourrait rendre périlleuse la vaccination des personnes séropositives au VIH.

Problème : et si les virus se recombinaient entre eux ?

Un autre problème possible de cette technologie révolutionnaire à base d’ARN est le risque de recombinaison virale.

Car les virus ont une capacité assez unique à se « recombiner » entre eux, de façon naturelle.

Un des virus les plus connus s’est créé de cette manière. Il s’agit du virus de la grippe H1N1 de 2009, constitué de trois souches différentes de la grippe : une souche porcine, une souche humaine et une souche aviaire.

Les recombinaisons sont peu fréquentes, car elles supposent qu’un organisme soit infecté par plusieurs virus en même temps. Cela se produit rarement car le système immunitaire, mis en alerte contre un virus, écarte mécaniquement le risque d’une autre infection.

Mais cela peut arriver, et quand deux virus différents se trouvent dans la même cellule, ils risquent alors de se transmettre certaines de leurs propriétés infectieuses.

Le scénario catastrophe est la rencontre d’un virus très infectieux, mais peu dangereux, avec un virus peu transmissible, mais qui fait beaucoup de dégâts : le risque est alors de produire un virus très transmissible et très virulent !

On comprend le problème des nouveaux vaccins ARN ou ADN : en insérant dans nos cellules le code génétique d’une partie du coronavirus, on prend le risque que ce fragment puisse se recombiner avec d’autres virus présents dans nos cellules au moment de la vaccination.

Là encore, la probabilité est probablement faible, mais les conséquences pourraient être catastrophique en cas de « super-virus » dangereux.

Le problème des réactions immunitaires incontrôlées

Un risque beaucoup plus probable est que les vaccins à ARN ou ADN produisent des réactions immunitaires anormales chez une partie des personnes vaccinées.

C’est clairement ce qui se passait avec les vaccins ARN de première génération. Dans la plupart des cas, ces vaccins ne fonctionnaient pas, car l’ARN étranger était très tôt repéré par notre système immunitaire, qui le détruisait. Mais chez les sujets sensibles, cet intrus causait une sur-réaction du système immunitaire et provoquait des maladies auto-immunes.

Les scientifiques ont alors amélioré leur technique et modifié l’ARN pour lui donner la capacité de s’infiltrer dans les cellules sans sonner l’alarme immunitaire.

Cela a permis aux vaccins d’avoir une certaine efficacité. Mais cela ne leur donne aucune garantie d’éviter des maladies auto-immunes chez les personnes prédisposées.

D’ailleurs, les premières réactions allergiques graves observées en Grande-Bretagne chez les personnels soignants montrent que ces vaccins peuvent causer de graves problèmes immunitaires.

Un autre problème des vaccins ARN ou ADN est qu’ils pourraient conduire certaines personnes à produire des quantités incontrôlées des fragments du virus, avec des conséquences imprévisibles.

Chaque personne étant unique, il est impossible de garantir que toutes les personnes vaccinées produiront le fragment du virus dans la quantité nécessaire pour obtenir une réponse immunitaire normale et immunisante.

Le problème des vaccins dans la vraie vie !

Enfin, même en imaginant que de larges études préalables confirment que ces vaccins ne posent aucun risque particulier, il faut savoir que, dans la « vraie vie », les choses ne se passent pas comme dans les essais cliniques.

Prenez la fabrication, d’abord. Créer des centaines de millions de doses de vaccin en quelques mois est un défi logistique immense. Quand on sait à quel point l’ARN est fragile, on peut imaginer que tout ne se passe pas comme prévu.

Le risque le plus important est que l’ARN se désagrège pendant sa conservation et rende le vaccin inefficace. C’est pourquoi on parle de la nécessité de les conserver dans des congélateurs à -20°, voire à -70°.

Mais on ne peut écarter un risque sanitaire. L’histoire des vaccins est traversée d’accidents industriels, où des dégâts pour la santé sont causés par une mauvaise fabrication.

En 1955, 40 000 enfants Américains ont été vaccinés avec des souches de polio qui n’avaient pas été correctement inactivées, ce qui a causé plus de 100 paralysés et 10 morts[4].

Ces accidents n’appartiennent pas qu’au passé lointain. En 2018, 250 000 doses de vaccins DTP défectueux ont été injectés à des enfants chinois, ce qui a causé plusieurs morts[5].

Tout récemment, à l’automne 2020, un banal vaccin contre la grippe fabriqué par le laboratoire Sanofi a été soupçonné d’avoir causé des dizaines de morts en Corée du Sud[6].

L’alarme a été suffisamment forte pour que Singapour décide de suspendre temporairement l’injection de ce vaccin à sa population. Certes, les autorités coréennes se sont ensuite empressées de conclure que ces morts n’avaient rien de suspect, mais on ne peut jamais en être certain.

Après la fabrication, c’est le geste de la vaccination lui-même qui peut connaître des imprévus.

On l’a vu avec AstraZeneca : même avec les millions dépensés par ce laboratoire et les précautions que vous pouvez imaginer pour tester leur nouveau vaccin anti-covid, les scientifiques ont réussi « l’exploit » de se tromper dans la dose injectée ! A une partie des volontaires, ils ont injecté la moitié de la dose plutôt que la totalité.

Tout récemment, en Allemagne, des employés d’une maison de retraite ont reçu d’un seul coupcinq doses du vaccin Pfizer au lieu d’une seule, en raison d’une « erreur humaine »[7] !

Au total, il n’y a jamais aucune certitude sur le caractère inoffensif d’un vaccin.

Au contraire, quand on nous injecte un produit étranger, il y a toujours un risque. Surtout quand il s’agit de produits génétiquement modifiés (OGM) comme les vaccins à ADN d’AstraZeneca.

Ce n’est pas être « anti-vaccin » que de dire cela.

La preuve : des scientifiques de l’Université Harvard ont publié en novembre 2020 un avertissement solennel dans le célèbre magazine Science[8].

Je vous en parle dans une prochaine lettre, vous allez voir, cela fait froid dans le dos !

Sources

98 Commentaires
GOURE Claude 17 avril 2021
Je voulais comprendre pourquoi l'on devrait renoncer à la vaccination pour rester en bonne santé. Et tant pis pour le virus! Mais devant si peu de vraies infos et si mal référencées, tant d'à peu-près et d'incohérences, un tel verbiage fumeux et inconsistant, j'abandonne. Ou de grâce, soyez plus sérieux, plus précis, plus clairs et plus convaincants. En attendant, je vais donc me ferai vacciner!
Jean Bosredon 20 février 2021
J ai été testé positif , mais je n ai pas été malade . Je suis pourtant considéré comme personne à risque d aprés les médecins . Dois je me faire vacciner dans ce cas ?
Georges Obrecht 21 janvier 2021
Bonjour Je n'ai trouvé nulle part réponse à la question suivante : On dit que le vaccin Pfizer est efficace à disons 95%, admettons. Mais quid des 5%. Qu'advient-il des rétifs au vaccin ? En supposant une population de 100 millions de vaccinés cela fait 5 millions de laissés pour compte....
Pascal 19 janvier 2021
Quand on mange une salade dont l’information génétique est portée par son ADN de plante , subit on une transformation génétique de notre organisme? Quand un virus comme COVID-19 ou hépatite a base de Séquence ARN subit on une transformation génétique de notre séquence ADN ?
VAUTHIER Annie 15 janvier 2021
bonjour, on m'a détecté une hypothyroïdie de type hashimoto, j'ai lu que le vaccin serait aussi nocif que le virus lui-même, pouvez vous me le confirmer car je n'ai absolument pas l'intention de me faire vacciner et préfère m'isoler et garder gestes barrières dans le doute, personne ne parle de ces cas de maladies auto immunes dans les médias, merci
André T. 15 janvier 2021
Il y a d´autres solutions que les vaccins. Artemisia Annua, vitamine D, beaucoup d´autres substances naturelles renforcent déjà l´immunité. Le dioxyde de chlore (pas du tout un poison, cela dépend du dosage) est employé depuis 100 ans dans des stations d´épuration d´eau potable dans certains pays. Il est employé pour tuer le virus HIV dans les sachets de sang destiné aux transfusions. Rien à voir avec l´hypochlorite (eau de Javel), son potentiel redox n´est que de 0,95 V et son action biochimique est impressionnante, oxygénation du corps, remontée spectaculaire de la saturation d´oxygène chez les gravement atteints du covid de 70% à 90...95% en quelques heures. Il est employé avec grand succès dans plusieurs provinces de Bolivie. Si vous prenez le courage de vaincre la désinformation, voyez des articles d´Andreas Kalcker, ça fait 14 ans qu´il travaille et publie sur le dioxyde de chlore. Sautez les articles dénigrants sur lui (on sait qui les rédige...) pour lire les textes scientifiques qu´il a publié. Il est basé en Suisse pour l´instant et a déposé 3 brevets dans ce pays. L´Ivermectine est employé dans plusieurs provinces du Paraguay. Mais en Europe on est condamné si un toubib a l´audace de proposer ces solutions alternatives. C´est trop bon marché, et cela ruinerait ce scandaleux complot du vaccin. Si vous n´êtes pas convaincus par les dangers des vaccins et leurs effets à long terme, lisez des articles de médecins, Dr. Howenstine par exemple. Lisez ce que l´ex directeur de Pfizer dit sur les vaccins. Je souhaite quand même bonne chance à ceux qui risqueront de se vacciner.
LEFEVRE 15 janvier 2021
Il y a pas mal de concepts mélangés dans votre article et cela fait peur . Il faut toutefois bien différencier ADN et ARN. Je suis rassurée par les publications de L‘INSERM https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a-arnm-susceptibles-de-modifier-notre-genome-vraiment/41781/?amp=1
Planche jacques 14 janvier 2021
Et attraper le Covid n’est il pas plus risqué que de recevoir un vaccin ADN messager ? Combien de personnes déjà vaccinés dans le monde ? Et combien de morts en comparaison de ceux décédés du Covid ? Quand Pasteur à découvert le vaccin contre la rage, en vaccinant un enfant avec une souche diluée, n’y avait il pas de risques ? Que proposez vous pour lutter contre cette pandémie ? Rien
JAURET 14 janvier 2021
Bonsoir, Est-ce que vous avez une autre solution que la vaccination pour vaincre la Covid. Critiquer c'est une chose mais apporter des solutions c'est encore mieux. Alors si vous avez la solution miracle, surtout ne la garder pas pour vous. Nous en avons tous besoin...
Monnier 14 janvier 2021
Je suis un peu, beaucoup, lasse de toutes ces heures de lecture à l’issue desquelles je n’en sais pas plus après qu’avant. Arrivée à la fin, j’ai oublié ce que j’ai lu au début. ce serait tout autant intéressant en plus bref.