Tant pis pour ma réputation, je vous dis ce que j’ai VU

Mes proches m’ont déconseillé de vous écrire cette lettre :

« Ne parle pas de ce sujet Xavier, c’est farfelu ».

« Il y a assez à faire avec les vrais effets indésirables des vaccins ».

« Ne risque pas ta réputation pour ça ».

Mais j’ai décidé de vous en parler quand même.

Je ne peux pas passer sous silence un phénomène aussi troublant.

Surtout que je l’ai observé de mes propres yeux (stupéfaits).

Je vous dois la vérité, c’est plus important que tout le reste – et tant pis pour ma réputation.

Alors voilà.

Il s’agit d’un sujet tabou, le « magnétisme » des vaccins anti-covid.

C’est le fait que des pièces de 1 euro (et même des clés, fourchettes et des téléphones) se colleraient, par aimantation, à l’endroit du bras où les gens ont reçu le vaccin.

Je vous invite à faire le test chez vous, avec vos proches vaccinés, avec une pièce de 1 euro – et à me dire ce que vous observez en commentaire.

Mais d’abord, je vous explique comment j’en suis arrivé à prendre au sérieux ce phénomène FARFELU (en apparence).

Au départ, j’ai ÉVIDEMMENT cru à un canular

Il y a quelques semaines, le 30 juin, je vous ai écrit une première fois à ce sujet.

Je vous avais envoyé une critique complète d’un article du Figaro qui listait « 8 idées reçues sur la vaccination » – et il se trouve que l’une de ces « idées reçues » concernait cette affaire de magnétisme.

Comme vous le voyez, j’étais encore sceptique à l’époque, tout en gardant l’esprit ouvert :

« Idée reçue 6 : ‘Les vaccins rendent magnétiques’ »

« Depuis plusieurs semaines, nous dit le Figarodes vidéos affirmant que des aimants peuvent se fixer sur des personnes vaccinées, en particulier au niveau du site d’injection, circulent ».

J’ai vu passer ces vidéos, et au départ, comme toute personne raisonnable, j’ai cru à un canular.

Le Figaro est en certain : « cette idée est évidemment fausse », car « les vaccins ne contiennent aucun composant métallique susceptible d’attirer des aimants ».(…)

Après avoir cru à un gag, j’ai vu deux informations qui m’ont fait douter :

  • Une petite étude (dont je ne peux toutefois pas attester de la validité), faite par une association, a trouvé que 29 personnes sur 30 vaccinés ont bien un effet d’aimant à l’endroit où l’on vaccine habituellement (contre 0 sur 30 chez les non vaccinés)[1] ;
  • Et surtout, j’ai découvert que la magnétisation de nanoparticules était bien un procédé médical étudié très sérieusement, notamment pour sa capacité à améliorer la distribution dans l’organisme de messages génétiques ARN[2] ou d’un vaccin à ADN[3] ! 

Il n’est donc pas totalement impossible que les fabricants de vaccins ARN aient incorporé cette technologie dans les nanoparticules lipidiques qui entourent le message ARN – sans la rendre publique, peut-être pour des raisons de « secret de fabrication ».

Bref, restons sceptiques, c’est-à-dire ouverts à toutes les possibilités (et ne soyons pas bornés comme le Figaro qui écarte l’hypothèse sans même l’avoir considérée sérieusement). »

Voilà donc ce que je vous écrivais le 30 juin dernier.

Mais entre-temps, plusieurs éléments m’ont convaincu que ce phénomène est plus sérieux que ce qu’il n’y paraît.

Voici pourquoi : 

Une étude bien faite, d’un médecin respecté

Un autre élément troublant est sorti le 25 juillet, avec la parution sur Internet d’un compte-rendu d’un médecin du CHU de Rouen. 

Dans ce document, le médecin explique que la vaccination Pfizer a généré sur une patiente « un phénomène magnétique avec l’attraction de clefs, téléphone [constaté] par la patiente mais également par le médecin traitant ».

Le médecin déclare notamment ceci : « Je constate effectivement qu’il existe une attraction notamment des clefs au niveau de l’épaule gauche [qui] s’étend également sur la face antérieure du thorax et également dans le dos. Il s’agit d’un effet atypique dont la causalité avec le vaccin reste possible. »[4]

C’était intrigant, mais cela restait un cas isolé.

C’est alors que j’ai obtenu une confirmation plus probante avec une petite étude réalisée par le Dr Julien Devilleger, un médecin cardiologue.

Cette étude a été détaillée dans un article de l’excellente association AIMSIB[5].

Le cardiologue s’est muni d’une pièce de 1 euro, et a l’a appliquée méthodiquement sur ses patients volontaires, en leur ayant soigneusement lavé le bras au préalable (pour éviter que l’adhérence de la pièce ne soit liée à la graisse de la peau).

Après avoir testé une centaine de patients, il a constaté ceci : 

  • Dans le groupe non vacciné Covid, 2 personnes sur 30 ont présenté une adhérence de la pièce supérieure à 10 secondes ;
  • Dans le groupe vacciné Covid, 35 personnes sur 75 ont présenté une aimantation de la pièce au site d’injection, et 10 ont eu une aimantation bilatérale (aux deux bras).

Conclusion du médecin : « cette étude montre une différence statistiquement significative d’aimantation chez vaccinés (43,3% vs 6,7% p=0,0014) ».

Autrement dit, les vaccinés ont une probabilité nettement supérieure aux non-vaccinés d’avoir un phénomène d’aimantation au point d’injection – et cela vaut avec tous les vaccins Covid : Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Le médecin note que « les premiers vaccinés Pfizer n’aimantaient pas, contrairement aux Pfizer récents ».

Il est probable que l’effet se dissipe au bout de quelques semaines, ce qui expliquerait pourquoi l’aimantation n’est observée que sur la moitié des vaccinés dans cette étude.

Le Dr Julien Devilleger conclut son étude sur cette remarque importante : 

« Cela doit nous interroger sur la composition des vaccins utilisés, afin de mieux apprécier les éventuels risques d’interactions magnétiques, notamment en cas d’IRM programmée. »

Vous le voyez, c’est plus que troublant.

Suffisamment pour que cela me donne envie de tester moi-même ce phénomène.

Ce que j’ai fait, à la première occasion (et je vous invite à faire pareil).

Grand repas d’anniversaire : j’ai fait le test et STUPEUR, ça aimante ! 

C’était le 15 août, après un repas d’anniversaire entre proches.

J’ai commencé par proposer le test à un jeune couple de 30 ans.

Ils avaient reçu fin juillet une première dose Pfizer (à contrecœur, pour préserver leur vie sociale).

Cette histoire d’aimantation, ils en avaient entendu parler sur Internet, sans y croire.

Ils avaient lu dans les médias que c’était faux, et cela leur suffisait.

Mais stupeur : la pièce reste collée, au point d’injection, chez ces deux jeunes gens.

La jeune femme commence alors à paniquer légèrement.

Surtout qu’elle ressent l’aimantation dans sa chair – elle sent que cette partie de son corps aimante, et elle ne comprend pas pourquoi !

Alors on essaie son autre bras, celui non vacciné – mais la pièce ne colle pas.

Elle se précipite alors sur Internet, et s’absente quelques minutes.

Elle revient rassurée, en disant que c’est certainement le sébum (le gras de la peau) qui explique l’adhérence de la pièce.

Alors elle se lave consciencieusement l’épaule.

On réessaie… mais à nouveau, la pièce s’aimante parfaitement, au point d’injection.

Son bras n’est pas incliné, il est parfaitement droit. 

Les autres points de son épaule n’adhèrent pas : l’aimantation a lieu juste sur un point très précis.

Par acquit de conscience, ma femme et moi, non vaccinés, essayons à notre tour.

La pièce ne colle pas du tout, chez nous.

Alors j’essaie avec d’autres personnes présentes, vaccinées : 

  • Une femme d’une soixantaine d’années, vaccinée 1 dose deux ou trois semaines plus tôt : ça colle très bien au point d’injection (et pas ailleurs) ;
  • Une autre femme du même âge, vaccinée 2 doses récemment : même chose ;
  • Un homme de soixante ans, vacciné 1 dose un mois plus tôt : ça colle ;
  • Et un homme de près de 90 ans, vacciné 2 doses quelques mois plus tôt : ça colle aussi.

Au total, j’ai vu de mes yeux ce phénomène d’aimantation sur 6 vaccinés sur 6.

À présent, il est clair pour moi que ce ne peut pas être lié au hasard.

Il y a manifestement un phénomène d’aimantation, lié aux vaccins.

Un grand médecin, le Dr S, m’a même envoyé cette photo qu’il a prise lui-même, de sa femme de ménage :

Maintenant, la question est de savoir : si c’est grave ou non.

Les vaccins aimantent, et alors ? Qu’en conclure ?

Franchement, je ne sais pas quoi en conclure.

Je n’ai qu’une certitude : il faut arrêter de croire les MÉDIAS sur parole, une bonne fois pour toutes.

TOUS LES MÉDIAS qui en ont parlé ont balayé l’hypothèse d’un revers de main.

Le Parisien : « Covid-19 : les vaccins peuvent-ils vraiment vous rendre magnétiques ? »[6]

Réponse : « c’est évidemment faux »

Le Monde : « Comment expliquer que des aimants collent à la peau (avec ou sans vaccin) ? »[7]

Réponse: c’est à cause « du film gras à la surface de la peau ».

La Provence : « Un aimant dans le vaccin anti-covid ? »[8]

Réponse : « fake news »

Même son de cloche sur RTL[9], sur France Télévision ou à l’AFP[10], et bien d’autres médias encore.

Je rappelle que ce sont les mêmes médias « officiels » qui, l’année dernière, réfutaient comme « complotiste » la thèse du coronavirus échappé d’un laboratoire de Wuhan !

Alors que la « fuite de laboratoire » est désormais reconnue par tout le monde comme très probable – et de mon côté, dès le 3 février 2020, je vous avais expliqué pourquoi cette hypothèse était parfaitement crédible, parce que je fais confiance aux informations factuelles et à mes capacités de raisonnement, et non pas à la parole des médias ou des « experts »[11].

Alors pourquoi les médias nous trompent-ils aussi effrontément ?

Peut-être parce qu’ils croient vraiment ces « experts » qui leur disent que cette aimantation est « impossible » (un peu comme ces « experts » qui vous expliquaient qu’une fuite du laboratoire de Wuhan était impossible).

Peut-être parce qu’ils ne veulent surtout pas décourager les gens de se faire vacciner (il faut voir le visage de certains se décomposer quand ils s’aperçoivent que la pièce s’aimante sur leur bras).

Une chose est sûre : que ce soit volontaire ou par incompétence, les médias officiels ne font pas leur travail, tout comme les experts officiels.

Alors faites confiance à votre jugement. Renseignez-vous. Conservez votre esprit critique.

Éteignez la télévision, la radio et oubliez les journaux grand public.

Même Médiapart, censé être « indépendant », a récemment censuré un article pourtant parfaitement argumenté d’un chercheur au CNRS, sur les effets indésirables graves des vaccins.

Sur cette affaire d’aimantation, comme sur d’autres, je vous invite à vous faire une opinion par vous-même.

Si vous le pouvez, faites le test avec vos proches et dites-moi ce que vous avez observé en commentaire.

Mais je reviens à la question initiale : que conclure pour la santé des vaccinés si cette aimantation est avérée ?

Honnêtement, je n’en sais rien.

Peut-être est-ce bénin, sans importance. Je l’espère car j’ai beaucoup de proches vaccinés.

Je ne suis sûr que d’une chose : il y a un phénomène troublant qui mérite une explication, mais personne ne veut s’y intéresser. 

Et ce n’est pas rassurant.

Sources

1 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

1 commenter

Bianchi jacques 24 février 2022 - 17h24

FAUT pas critiquer les vaccins !vous avez vu ce que ça coûte au professeur Raoult
Et récemment certains mediats ce sont acharné sur la mémoire du Pr Luc Montagnier décèdé qq jours avant , prix Nobel qui a découvert le virus du sida lanceur d’alerte qui a osé contredire ce que l’on veut nous faire croire !
Ils ne respectent même pas Brassens qui dit « Les morts sont tous de braves types « j’ai jamais lu un tel lynchage après la mort de qq individu que ce soit !

Répondre

Laissez un commentaire