La preuve de l’immunité collective en quelques graphiques

Il n’y a strictement plus aucune bonne raison de confiner, en France

Le confinement cause des dégâts économiques majeurs et des ravages sur la santé mentale des Français.

Les avantages ? Il n’y en a aucun, en ce moment.

Sur LCI, le journalise David Pujadas a eu l’honnêteté de l’expliquer clairement.

Regardez la vidéo, elle dure 2 minutes et en vaut la peine : https://www.youtube.com/watch?v=Po1cGksY40c

Son premier argument est celui-ci : le pic des contaminations a eu lieu le 2 novembre, soit le 4ème jour seulement du confinement.

Impossible, donc, que la baisse puisse être causée par le confinement, qui prend toujours plus de temps à faire son œuvre.

Il suffit de regarder ce qui s’est passé en mars-avril dernier : le confinement n’a absolument pas enrayé l’épidémie, qui a mis encore plus de 2 semaines à atteindre son pic :

D’ailleurs, déjà au printemps dernier, il n’y avait pas de preuve que la décrue était seulement liée au confinement.

Car la Suède a aussi atteint son pic épidémique à peu près au même moment, en avril, alors qu’elle a refusé de confiner sa population ! En voici la preuve, avec le nombre de morts de mars à juillet en Suède :

Donc, ce n’est pas le confinement qui explique le recul spectaculaire du nombre de cas et d’hospitalisations.

Du coup, certains au gouvernement aimeraient nous faire croire que cette décrue est liée au couvre-feu.

C’est assez étrange d’imaginer qu’une mesure aussi « faible » pourrait avoir un impact aussi fort.

Mais si vous aviez un doute, sachez que la baisse a été la même dans les communes frappées par le couvre-feu et dans celles qui n’étaient pas concernées !

Donc, le couvre-feu n’y est pour rien.

Alors pourquoi cette baisse ? D’où vient-elle ?

Et d’ailleurs, pourquoi étions-nous nombreux à l’avoir anticipée, en disant que reconfiner était inutile ?

La raison tient en deux mots : immunité collective.

Regardez ce qui se passe dans le grand Est et en Ile de France

Si cette deuxième épidémie ne m’a jamais inquiétée, c’est parce que j’avais les yeux rivés sur ce qui se passait en Ile de France et dans le Grand Est, les deux régions les plus touchées en mars-avril.

Or depuis le début de l’automne, je vois que les chiffres sont bons, dans ces deux régions.

La semaine dernière, le Canard Enchaîné a fini par publier un article sur ce phénomène :

« En octobre, avant même le couvre-feu et le reconfinement, les experts avaient constaté que le nombre d’infections et d’hospitalisations augmentait moins vite en Ile de France que presque partout ailleurs sur le territoire.

La capitale et sa banlieue affichaient alors des taux d’incidence du virus presque deux fois inférieurs à ceux de Lyon, des deux Savoie ou de Saint-Etienne, qui avaient été pratiquement épargnés au printemps ».

Et le journal enfonce le clou :

« Le phénomène s’est révélé plus frappant encore dans Paris intra-muros, qui, avec la Seine-Saint-Denis, a été la zone francilienne la plus touchée en mars et en avril.

La baisse atteignait déjà 20 % le 2 novembre, et le phénomène continue depuis dans la ville la plus dense d’Europe, terrain de jeu idéal pour le coronavirus.

La diminution, en revanche, apparaît plus faible au sein de la grande couronne moins peuplée et moins atteinte au printemps. »

Sans immunité collective, Paris, dense et très peuplée, aurait dû être lourdement frappée par la deuxième épidémie.

Et pourtant, ce n’est pas le cas. A l’inverse, les départements d’Ile-de-France moins touchés par l’épidémie au printemps auraient dû être davantage épargnés… et c’est le contraire qui s’est produit !

Selon le Canard enchaîné, même le Pr Delfraissy, le très pessimiste président du Conseil scientifique, commence à envisager sérieusement l’hypothèse de l’immunité collective.

Mais pour moi, c’est plus qu’une hypothèse : c’est la seule explication possible à ce qu’on observe.

Regardez bien la forme des courbes d’hospitalisations en Ile de France et le grand Est, entre mars et aujourd’hui :

A gauche, on voit le pic épidémique de mars-avril, et à droite, une vague trois fois moins haute à l’automne.

C’est le signe clair que ces deux régions largement touchées au printemps sont désormais relativement protégées contre une explosion des hospitalisations.

Maintenant, regardez ce qui s’est passé en Rhône-Alpes et PACA, deux régions beaucoup moins touchées au printemps : c’est l’inverse !

Dans ces deux régions épargnées au printemps, la deuxième épidémie a causé deux fois plus d’hospitalisations que la première !

On ne peut pas avoir meilleure preuve de l’immunité collective.

Et la bonne nouvelle, c’est que le virus a désormais circulé largement, partout en France.

Donc si on a une troisième épidémie en janvier prochain ou en octobre 2021, l’impact à attendre dans tout le pays sera logiquement encore plus faible que celui, très modéré, qu’on observe en ce moment en Ile-de-France et dans le grand Est.

Même phénomène entre la Suède et la République Tchèque

On observe les mêmes courbes inversées entre la Suède, qui n’a jamais confiné, et la République tchèque, qui s’est barricadée en mars-avril.

En Suède, la deuxième épidémie fait peu de morts en ce moment, parce que l’immunité collective a commencé à jouer.

En République tchèque, au contraire, le pays a réussi à étouffer dans l’œuf l’épidémie au printemps, en fermant radicalement ses frontières… mais n’a rien pu faire à l’automne :

Vous noterez au passage qu’en Suède comme en République tchèque, la décrue de l’automne a commencé à peu près au même moment, comme dans tous les pays européens.

Alors que ces pays ont des politiques de confinement et de masque très différentes !

Confinement ou pas confinement, l’épidémie est en décrue partout en Europe

Même chose en Belgique : là-bas, la décrue est spectaculaire, et ne peut pas être liée au confinement, qui a été décidé après le pic épidémique :

Et on observe le même phénomène dans les grandes capitales européennes, à Londres ou Rotterdam.

Conclusions : RÉ-OUVRONS LE PAYS, VITE !

Tout ceci montre deux choses assez clairement :

  1.  Les mesures comme le confinement ne peuvent pas grand-chose sur la dynamique de l’épidémie. Il est donc inutile de confiner, et il faut arrêter le massacre tout de suite.
  2. Et surtout, on peut être très optimiste pour la suite !

Avec cette deuxième épidémie, les régions françaises comme PACA et Rhône-Alpes sont désormais au moins aussi bien « protégées » que l’Ile de France ou le Grand Est !

Cela veut dire qu’en cas de recrudescence prochaine, le système hospitalier ne sera pas engorgé – comme il a bien résisté cet automne à Paris, en Seine-Saint-Denis ou en Alsace.

Il n’y a donc plus AUCUNE raison de priver les Français de leurs libertés fondamentales.

Et il n’y a plus AUCUNE raison de vouloir les vacciner massivement, encore moins de force.

Mais évidemment, vu les milliards déjà dépensés pour les vaccins, et le lobbying de Big Pharma, cela va causer de grosses tensions dans les mois qui viennent.

On en reparle très bientôt.

Sources

37 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

37 commentaires

lavey dominique 30 novembre 2020 - 20h41

Je ne vais pas poursuivre sur la question de l’immunité c’est déjà fait avec les 2 précédents commentaires, c’est même un peu dilué. Cà c’est un procédé utile moins on en sait, plus on l’étale.. Tiens, en parlant de courbe létale, on montre pas celle des décès! dommage. Normalement c’est la seule qui compte vraiment .
En plus pour revenir au remdesivir, qui a été officiellement désavoué par son inefficacité et les dangers potentiels, et que nos élus de la Grande Commission ne savent plus quoi en faire, et ben on les distribue comme des bons points à l’école , mais là c’est dans les hôpitaux!. C’est complotiste?
Et les vaccins, c’est complotiste de dire que c’est beaucoup trop tôt pour proposer quelque chose de vraiment efficace parse qu’on a pas du tout le recul nécessaire?

Répondre
Danielle Dejond 2 décembre 2020 - 21h26

D’abord, le taux d’anticorps est parfois nul chez ceux qui ont été contaminés. Les tests aussi restent parfois normaux alors que le sujet a eu CERTAINEMENT le Covid, certaines personnes l’ont deux et même trois fois.( Constatés à l’hôpital). Je suis médecin et nombre de questions restent sans réponses mais je vois qu’à Wuhang, il n’y a pas eu de seconde contamination, c’est donc que leur politique d’isolement total est efficace.

Répondre
Rodin le jeune 6 décembre 2020 - 0h24

En synthèse, je dirai « Le ridicule ne tue pas », dommage.
S’il vous plaît essayer de réfléchir !
On pourrait aussi dire : « La critique est facile, mais l’art est difficile ».
Regardez donc ce qui ce passe en Suède.

Répondre
Alain Beausire 13 décembre 2020 - 13h36

RODIN LE JEUNE! Mon post n’est pas lié au sujet, mais votre pseudo m’a interpelé: je suis en effet spécialiste du sculpteur Auguste Rodin depuis près de 45 ans! Ce pseudo a-t-il un lien avec Auguste ou est-ce tout à fait autre chose? Merci et cordialement

Répondre
Rodin le jeune. J’insiste. 15 décembre 2020 - 21h48

Bonsoir,
le seul lien que je pense avoir avec Rodin, le sculpteur, c’est que j’essaie de penser.
Ce qui n’est pas le cas de …
C’est ma liberté d’expression ; pas même du blasphème et surtout pas de la diffamation !

Répondre
Lebourg 7 décembre 2020 - 15h47

Le gouvernement actuel qui en mars interdisait le port du masque et le jugeait dangereux, faisait la déclaration contraire quelques mois plus tard!
Les mesures actuelles sont nocives, en particulier au niveau psychologique pour les enfants
On ne peut donc lui accorder aucune crédibilité et il vaut mieux ignorer ses recommandations et se faire sa propre opinion à partir des différentes sources disponibles dont les publications SCE
Personnellement j’ai pu vérifier l’efficacité du renforcement des défenses naturelles pour les maux de l’hiver depuis plusieurs années , et sans doute pour la Covid

Répondre
Lebourg 7 décembre 2020 - 15h56

Pour info, les « vaccins » dont vous parlez, proposés par Pfizer et Moderna ne sont pas des « vaccins » mais des manipulations génétiques, ou « thérapie génique », encore jamais testées sur l’être humain, Cf le professeur Peronne

Répondre
Alain Beausire 13 décembre 2020 - 13h32

Lebourg: Il ne s’agit absolument pas de « manipulations génétiques, ou « thérapie génique » »!!! Renseignez-vous ou faites des études de génétique avant de dire n’importe quoi!
Toutefois, ce type de vaccin n’a jamais été utilisé chez l’humain et on ignore tout de ses conséquences (court, moyen ou long terme!!); c’est donc un pari « au petit bonheur la chance », dont on saura presque tout dans quelques années!!
Alors, bien qu’il n’y ait rien à craindre quant à la « modification de notre ADN », les risques sont bien là!! Et les labos ne seront pas responsables: ils ont imposé aux États des contrats les dégageant de toute responsabilité en cas d’effets secondaires « inattendus », graves ou même mortels!!!!!

Répondre
Alain Beausire 13 décembre 2020 - 14h37

Il n’y aura pas d’immunité collective avant plusieurs années!!!
Les différentes souches de grippes étant présentes en permanence depuis des décennies, ont entraîné, avec le temps, l’installation de l’immunité collective; cela entraîne les remarques suivantes:
– Cette immunité a pu émerger plus facilement, car AUCUNE MESURE (BARRIÈRE, CONFINEMENT, FERMETURES, ETC) N’A JAMAIS ÉTÉ PRISE POUR LES GRIPPES!!! Et cela malgré la moyenne annuelle de 10 000 décès (remarque sur la politique sanitaire incohérente)!!
– À l’inverse, IL Y A 10 000 DÉCÈS PAR AN, MALGRÉ L’IMMUNITÉ COLLECTIVE!!!
Alors, PAS DE QUOI GLORIFIER L’IMMUNITÉ COLLECTIVE!!!

Répondre
alain braulio 25 décembre 2020 - 0h02

Vous oubliez l’immunité croisée, il me semble… À considérer également (surtout, dirais-je) : l’immunité conférée par un système immunitaire performant, ce qui n’est jamais évoqué par la « science » médicale (du moins, plus depuis des décennies). Incontestablement, l’immunité par la santé – la vraie, favorisée culturellement, est la meilleure des immunités « collectives ». Pourquoi est-elle ignorée ?

Répondre
alain braulio 25 décembre 2020 - 0h06

La SANTÉ n’a rien à voir avec cette histoire de Covid. Ou plutôt, c’est parce que les atteintes à la santé par ce monde mercantile ont atteint un tel degré, que ses « gogos » (entendre, les consommateurs crédules), se retrouvent autant fragiles face à des affections bénignes.
Les « gestes barrières » ralentissent la propagation des virus, permettant à un système de santé exsangue d’être tant soit peu « performant ». Mais faire entorse à ces mêmes gestes ce n’est PAS mettre la vie d’autrui en danger ; c’est favoriser l’immunité collective, n’en déplaise à nos « experts » aux ordres…

Répondre
sofia keller 20 décembre 2020 - 10h08

quelle tristesse a lire certains… qu on soit pour ou contre la gestion de la crise covid par ce gouvernement on peut constater que malheureusement on.ne voit qu une partie du problème et que les commentaires qui se terminent par complot ou complotisme n ont guère d arguments… un complot ca ne se voit pas c quelque chose de caché ca se découvre apres malheureusement trop tard en general. dans ce climat général nous devrions nous réjouir de voir qu il y a un tant soit peu encore des personnes qui ont le courage de penser par eux mêmes, qui prône le libre arbitre et qui réfutent la pensée unique… peut être y a til des erreurs dans l analyse de M. Bazin ou des suppositions qui ne se vérifient pas totalement mais il a le mérite de proposer des choses, d expliquer, chacun en fait ce qu il veut pas la peine de crier au complot!!! regardons autour de nous on ne peut nier que la crise profite aux labos soutenus par le gouvernement, l interdiction de certains médicaments et médecines douces ce n est qu en France.. les restrictions et les lois liberticides, les.lois sur le code du travail…où est le pays des libertés? va t on confiner a chaque virus? avec le degel du pergélisol qu on.ne peut nier ou cacher il va y en avoir des virus et des bactéries!! Qui dans les medias ou dans les dirigeants nous rappellent que nous faisons notre propre immunité en mangeant bien sans excès en faisant attention a nos carences en évitant le stress de nos vies de fous… c est la base pourtant…
alors vivons sinon quel est le sens de la vie?? je souhaite à tous une belle journée de beaux moments encore a venir… sofia

Répondre
1 2 3

Laissez un commentaire