Bénéfice-risque des vaccins Covid : mon analyse FINALE

Notre Ministre de la Santé Olivier Véran a osé relayer[1] cette affiche de propagande :

Voilà le pays dans lequel nous vivons : aucune analyse bénéfice-risque sérieuse sur le vaccin, uniquement de la désinformation et de la propagande, pour le plus grand profit de Big Pharma.

Pour essayer de combler ce vide intellectuel, je vous ai écrit une série de plusieurs lettres sur les risques et avantages du vaccin[2].

Il est temps de récapituler, et de conclure.

Voici ce que nous avons vu dans les épisodes précédents : 

1. L’intérêt du vaccin est d’autant plus faible qu’il existe des alternatives efficaces 

Des preuves scientifiques irréfutables montrent que nous disposons de dizaines de molécules extrêmement efficaces contre la Covid-19, à la fois en prévention et en traitement à tous les stades de la maladie.

Avec un simple spray nasal et seulement deux de ces molécules, la vitamine D et l’ivermectine, efficaces contre tous les variants et qui ne comportent aucun risque sérieux pour la santé, l’épidémie pourrait être efficacement combattue partout dans le monde[3]

Conclusion : quand on fait de la prévention et qu’on soigne les patients, l’intérêt supplémentaire du vaccin semble quasiment nul, a fortiori face aux nouveaux variants.

2. L’intérêt du vaccin repose aussi sur votre risque à venir d’être infecté – très incertain !

Sans vaccin, votre risque à venir d’être infecté est[4] :

  • quasiment nul si vous avez déjà été infecté par le Sars-Cov-2 (comme 25 à 40 % des Français) ou si vous avez simplement croisé la route de certains coronavirus (grâce à l’immunité croisée liée aux lymphocytes T) ; 
     
  • et totalement imprévisible pour les autres, car personne ne peut prédire raisonnablement la taille des « vagues » à venir. 

Conclusion : l’intérêt du vaccin, du simple point de vue du risque d’infection à venir, est plus qu’incertain.

3. L’efficacité du vaccin doit être relativisée par le fait qu’il augmente votre risque d’infection à Covid avant de le réduire

Il ne fait plus aucun doute que le vaccin augmente votre risque d’être infecté à la Covid-19 dans les 10 premiers jours – et donc aussi votre risque de faire une forme grave et d’en mourir.

Je vous renvoie à ma démonstration précédente[5] et à cette vidéo édifiante, qui prouve que les campagnes vaccinales ont été suivies d’un pic épidémique dans la plupart des pays au monde.

Ce phénomène est capital à prendre en compte car :

  • Il augmente le risque lié au vaccin, surtout quand on vaccine en pleine épidémie, comme cela a été fait partout ;
     
  • Et il en diminue donc l’efficacité réelle – les chiffres officiels d’efficacité sont « gonflés à la pompe à vélo » faute de prendre en compte ce sur-risque initial (évaluer l’efficacité après 2 doses permet d’écarter ceux qui ont eu une infection liée à la première dose).

Conclusion : l’efficacité affichée du vaccin est largement surestimée, car elle ne prend pas en compte le surcroît d’infections entre la première et la deuxième dose. 

4. Attention aux « moyennes » sur l’efficacité des vaccins et ses effets secondaires

Même si le vaccin était efficace en moyenne pour prévenir les formes graves (ce qui est vraisemblable mais non prouvé avec certitude), il faut garder en mémoire que le vaccin est le moins efficace sur les plus vulnérables, ceux dont le système immunitaire est moins réactif à la vaccination.

Donc, même si l’efficacité était réellement de 80 à 90 % sur les formes graves en moyenne, elle serait plutôt de 50 % sur les personnes les plus vulnérables, ayant le plus de risques de mourir de la Covid – donc à peine plus de 50 % sur la mortalité au total !

A l’inverse, il est de plus en plus clair que le vaccin a plus d’effets indésirables graves chez les jeunes en bonne santé que chez les personnes âgées, comme en témoigne le cas des myocardites.

Conclusion : toute analyse bénéfice-risque doit prendre en compte le fait que ce vaccin est le moins efficace chez les plus vulnérables, et le plus risqué chez ceux qui ont le moins à craindre du virus.

5. Un nombre très élevé de morts et d’effets indésirables liés aux vaccins 

Le nombre de signalements officiels d’effets indésirables graves et de décès après vaccin Covid est 50 à 500 fois supérieur à celui du seul vaccin contre la grippe. Il est également supérieur, en quelques mois, pour les seuls vaccins anti-Covid, au nombre de signalements sur 30 ans pour 72 vaccins différents[6]

A eux seuls, ces deux chiffres montrent que le signal d’alerte de dangerosité de ces vaccins anti-Covid devrait être rouge écarlate (seules des autorités corrompues peuvent détourner le regard et dire que « tout va bien »).

Si l’on veut être plus précis et essayer de mesurer le nombre d’effets indésirables graves de ces vaccins en valeur absolue, la moins mauvaise des solutions est de s’appuyer sur les évènements signalés à la pharmacovigilance officielle

Même si certains de ces signalements relèvent incontestablement de la coïncidence (sans lien avec le vaccin), on sait que la grande majorité des effets indésirables graves liés aux vaccins et médicaments ne sont jamais signalés spontanément, ce qui compense plus que largement.

Conclusion : il est donc tout à fait raisonnable de s’appuyer sur les chiffres de la pharmacovigilance officielle pour mesurer le nombre d’effets indésirables graves et de décès, soit plus de 1 000 décès en France, et plus de 10 000 en Europe. 

Alors, vous croyez vraiment que le jeu en vaut la chandelle ?

Que peut-on en conclure précisément sur le bénéfice-risque ?

Déjà, sur la seule base de la dangerosité manifeste de ces vaccins (point 5), et de l’efficacité spectaculaire des traitements alternatifs/curatifs (point 1), il me paraît raisonnable de conclure ceci :

Personne ne devrait prendre ces vaccins anti-Covid, dès lors qu’il prend de fortes doses de vitamine D tous les jours et a accès à l’ivermectine dès les premiers symptômes.

(J’en profite ici pour rappeler qu’il est possible de vous faire prescrire de l’ivermectine en faisant appel à un médecin éclairé – vous trouverez une liste de tels docteurs ici pour les départements de 00 à 49 et ici pour les départements 50 à 98.

Maintenant, regardons ce qu’il en est en l’absence de traitement préventif/curatif.

C’est le travail qu’a fait le mathématicien Vincent Pavan (avec Emmanuelle Darles) pour le Conseil scientifique indépendant, une organisation de médecins et d’experts sans conflit d’intérêts.

Il a comparé ce qu’il appelle la « létalité apparente » de la Covid en France (le risque observé de mourir en cas de Covid symptomatique), à la létalité apparente liée à la vaccination (calculée comme le nombre de morts suspectes rapporté au nombre d’effets indésirables signalés)[7].

Voici le résultat[8] : 

Avec ces hypothèses, on voit qu’il ne faut surtout pas vacciner les moins de 65 ans (sauf peut-être ceux qui ont des comorbidités graves).

Pour les moins de 20 ans, on voit que se vacciner est totalement absurde. 

Récemment, un enfant américain de 13 ans en pleine santé est mort subitement, quelques jours après la deuxième dose du vaccin Pfizer (les autorités déclarent « investiguer »). Quel était l’intérêt de ce vaccin pour lui sachant qu’absolument aucun enfant sans comorbidité n’est mort du Covid aux Etats-Unis[10] !?

Cela dit, sur la seule base de ce graphique, il semble qu’on aurait intérêt à se vacciner si on a plus de 85 ans, et même plus de 65 ans.

Mais je rappelle que ce graphique présente la létalité constatée de la Covid en France, donc, pour la plupart des gens, sans traitement préventif et curatif comme la vitamine D, l’ivermectine ou le protocole Raoult.

Voilà pourquoi j’estime de mon côté que le bénéfice-risque du vaccin est défavorable pour tout le monde – sauf, peut-être, pour les plus de 70 ans avec comorbidités sérieuses et qui n’auraient pas accès aux traitements qui sauvent.

Et voici une autre étude, qui arrive à des résultats comparables :

Regardez cette étude choc publiée… puis rétractée sous la pression !

Il s’agit d’une étude publiée dans une revue scientifique respectable (Vaccines)[11], après avoir été validée par des relecteurs agréés… mais dont les conclusions étaient tellement défavorables aux vaccins qu’elle a suscité beaucoup de remous !

Résultat, en quelques jours, cette étude a été rétractée par le journal… non pas parce que la méthodologie était mauvaise, ni parce qu’il y avait eu une erreur de calcul… mais parce que ses résultats ne plaisaient pas à tout le monde – et pour cause : 

« Pour 3 morts prévenues par la vaccination, nous devons accepter 2 morts causées par le vaccin. Cette absence de bénéfice clair devrait conduire nos gouvernements à repenser leur politique vaccinale », avaient conclu les auteurs.

Si les vaccins causent 2 morts pour 3 morts évitées, c’est peut-être « positif » d’un point de vue arithmétique, mais c’est un résultat catastrophique, ne serait-ce que parce que les morts causées frappent généralement des personnes plus jeunes.

Pour calculer le nombre de morts liées aux vaccins, les auteurs se sont appuyés sur les chiffres officiels de la pharmacovigilance.

Comme je vous l’ai expliqué, il est tout à fait raisonnable de s’appuyer sur les signalements à la pharmacovigilance pour évaluer le nombre de morts vaccinaux (car de nombreuses morts suspectes sont peut-être des coïncidences, mais un nombre encore plus élevé de morts liées au vaccin ne sont jamais signalées).

Mais les auteurs ne se sont pas appuyés sur n’importe quelle pharmacovigilance.

Ils ont remarqué qu’en Europe, c’est la pharmacovigilance des Pays-Bas qui semblait la plus exhaustive.

Pour le même nombre de vaccinations qu’ailleurs, les Pays-Bas ont recensé 2 fois plus de morts suspectes que l’Autriche, 6 fois plus que la France et 20 fois plus que l’Allemagne !

Sachant qu’il n’y a pas de raison que le vaccin soit plus dangereux aux Pays-Bas qu’en Allemagne, c’est forcément la pharmacovigilance des différents pays qui est plus ou moins réactive.

Comme on l’a vu, les études scientifiques montrent que plus de 80 % des effets indésirables graves des vaccins et des médicaments ne sont jamais signalés… c’est pourquoi il paraît pertinent de choisir la pharmacovigilance néerlandaise, qui paraît la plus exhaustive !

Certes, dans ces morts suspectes, il y aura toujours des « coïncidences » (non liées aux vaccins), mais il y aura toujours aussi un nombre élevé de morts liées aux vaccins qui ne sont jamais signalées.

Au total, les auteurs concluent, sur la base de la pharmacovigilance néerlandaise, que le vaccin tue 1 vacciné sur 25 000, ce qui paraît parfaitement crédible (et sans doute un minimum).

A contrario, ils concluent que la vaccination permet d’éviter 1 mort pour 16 000 vaccinés.

C’est plutôt généreux quand on sait que cela a été calculé sur la base d’une étude israélienne sponsorisée par Pfizer, le fabricant de vaccin.

Si vous êtes étonné de voir qu’il faudrait 16 000 vaccinations pour sauver 1 vie, je rappelle que la plupart des gens survivent en cas d’infection à la Covid, qu’ils soient vaccinés ou non… et tout le monde n’est pas forcément infecté !

Ce ratio est d’ailleurs cohérent avec l’essai clinique du vaccin Pfizer, dans lequel il n’y avait pas eu un seul mort de la Covid-19 sur 20 000 participants ayant reçu le placebo, sur une période de 2 mois.

Bref, les hypothèses de cette étude n’ont rien d’invraisemblable[12].

Je précise que je n’ai même pas abordé certains risques hypothétiques de ces vaccins expérimentaux (risque de dégénérescence cognitive à long terme ? Risque cancérigène à moyen terme ?).

Je n’ai pas non plus parlé du risque d’inefficacité du vaccin face aux variants, qui semble se confirmer en Israël.

Et je n’ai pas parlé du risque collectif de la vaccination de masse, qui est bien réel ! 

Cela peut paraître paradoxal, car on vous serine à longueur de temps qu’il faut vacciner tout le monde pour se protéger collectivement contre le virus.

Mais je vous invite à regarder cette interview du généticien Christian Vélot pour France Soir : il explique parfaitement pourquoi la vaccination de masse en pleine épidémie comporte plus de risques de prolonger et d’aggraver l’épidémie plutôt que de la stopper – notamment parce que les vaccins ARN risquent de produire des variants ou recombinants dangereux.

Voilà, nous arrivons à la fin de ma série de 4 lettres sur le « bénéfice-risque » des vaccins anti-Covid.

Je me suis concentré sur les faits les plus solides, et ce sont eux qui me permettent de parvenir à cette conclusion finale, que je vous avais donnée dès la première lettre de la série: 

  • Vous n’avez probablement JAMAIS intérêt à vous vacciner, quel que soit votre âge ou votre état de santé, si vous prenez de la vitamine D et que votre médecin est prêt à vous prescrire de l’ivermectine ou le protocole Raoult dès les premiers symptômes ;
  • Il n’y a qu’une seule catégorie de personnes pour lesquelles le vaccin me semble avoir plus de bénéfices que de risques : les personnes vulnérables (avec comorbidités) de plus de 70 ans qui n’ont pas accès aux traitements préventifs et précoces.
  • Pour les autres personnes vulnérables, comme les personnes de 50 à 70 ans avec lourdes comorbidités ou les personnes de plus de 85 ans sans comorbidité, le bénéfice-risque n’est pas clair, y compris en l’absence de traitement précoce et préventif – il me paraît alors préférable de s’abstenir de se vacciner au nom du précepte hippocratique « d’abord ne pas nuire ».
  • Pour le reste de la population, le bénéfice-risque des vaccins me paraît négatif : même les personnes en bonne santé de 70 à 85 ans me paraissent prendre plus de risques à se vacciner qu’à ne pas le faire, y compris sans traitement préventif/précoce ; et c’est la même chose avec les moins de 50 ans souffrant de comorbidités ;
  • Et bien sûr, cela veut dire que si vous avez moins de 50 ans, que vous êtes en bonne santé et qu’en plus vous avez accès aux traitements précoces/préventifs, se vacciner revient à prendre un risque considérable, pour un bénéfice quasiment nul.

Je précise que ce n’est que mon opinion (argumentée), et j’incite chacun à réfléchir par lui-même et à se faire son propre avis sur le bénéfice-risque de la vaccination, dans son cas personnel.

C’est ce qu’on appelle la liberté et le consentement éclairé !

Sources

142 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

142 commentaires

Coppex Daniele 4 août 2021 - 7h36

C bien beau tout ça, mais…
Quid de la vie sociale…sans vaccin?q on part vivre dans le désert de Goby?

Répondre
lola 5 août 2021 - 4h08

il vaut mieux se passer de restau de voyages etc… que mourir dans d’atroces souffrances avec ces injections !

Répondre
Ettori 5 août 2021 - 5h36

Vous parlez sans cesse des molécules (vitamine D et
Ivermectine)
Mais il serait plus judicieux de nous préciser les doses.

Répondre
Lejeune 4 août 2021 - 7h44

Tiens tiens !!! Vous nous parlez plus de la chloroquine
Ni de votre cher professeur Raoult, qui semble etre pour la vaccination ! Vous n’etes vraiment pas a une contradiction prêt
Quand a la soit disante censure que vous subiriez
Il semblerait que les les personnes qui ne sont pas d’accord avec vous subissent la meme de votre part .

Répondre
Burban 4 août 2021 - 8h25

Merci infiniment pour la liste des médecins qui prescrivent L IVERMECTINE
ça me rasure.

Répondre
MICHEL Any 4 août 2021 - 17h14

Votre lettre reprend tous les schémas des antivax :discours pseudo scientifique, affirmations péremptoires, les statistiques qui vous arrangent mais pas les autres…
Et vous semblez laisser entendre que les médecins refuseraient de prescrire ce qui serait susceptible de guérir ? Je vous conseillerais un stage de quelques jours ds un service de réanimation avant votre prochaine lettre.

Répondre
lola 5 août 2021 - 4h12

qu’est ce que vous faites ici monsieur le mouton au berger Macaron ? si ce que dit Mr Bazin ne vous convient pas partez! nous on est ici pour échanger nos idées pour être en bonne santé et pas mourir comme tant de jeunes par cette injection génique ! allez voir la liste des morts de ces injections et des effets secondaires graves sur les jeunes et les moins jeunes! J’ai des amis amies médecins et personnel soignant et réanimateur et il n’y a pas tant que ça de personnes en réa ! et celles en réa ne sont pas forcément à cause de la covid mais des effets secondaires de ce faux vax !

Répondre
SIQUET 4 août 2021 - 8h29

Je ne me suis pas fait vacciner et ne le ferai pas. Cette opération mortelle (vaccin) a été préméditée par l’oligarchie financière pour mettre en place le nouvel ordre mondial J’ai dit

Répondre
sontag 4 août 2021 - 17h53

comment cela se fait il que les cas graves en réa à l’hopital sont tous non vaccinés
il va falloir revoir votre copie Dr

Répondre
lola 5 août 2021 - 4h04

EXACTEMENT JE SUIS TOUT A FAIT OK AVEC VOUS FUYONS CES INJECTIONS COMME LA PESTE !

Répondre
BAGOT 4 août 2021 - 8h30

Merci pour ces expllcations, je suis tout à fait d’accord avec vous, et continuer à nous envoyer ces messages.
Merci à vous.
O.BAGOT

Répondre
Elisabeth Relave 4 août 2021 - 8h54

oui cette lettre m’a plu et renforce ma conviction de l’inefficacité et la dangerosité de tous ces vaccins dont la vente enrichit outrageusement les laboratoires. Je n’arrive pas, malgré tous ces arguments, à convaincre mon entourage et ma famille. J’ai trouvé dans votre liste un médecin que j’ai déjà consulté par le passé et qui me prescrira de l’ivermectine.
Merci pour tous vos conseils et infos. Je lis tous vos articles

Répondre
Geneviève Fabre 4 août 2021 - 8h56

Un grand merci pour toutes vos informations toujours bien choisies et très pertinentes. BRAVO pour votre travail . Je lis vos lettres avec plaisir; elles me rassure nt. Ce qui me paraît très important dans le climat très tendu et malsain que nous traversons. Merci.

Répondre
Barbo 4 août 2021 - 9h01

Bonjour
Je vous remercie de nous apporter un peu de reconfort
J attends vos lettres avec impatience elles me confortent dans ma decision de ne pas me faire vacciner malgre toute cette pression mediatique et le rejet de l entourage mais notre sante d abord
Cb

Répondre
LALOUP 4 août 2021 - 9h05

OUi, cette lettre m’a plu.
Je vous susi depuis longtemps déjà, et je vous remercie de nous informer sérieusement

Répondre
Maclain 4 août 2021 - 9h11

👍🏻

Répondre
1 2 3 12

Laissez un commentaire