À peine croyable : ces « tests » ont suffi pour autoriser la vaccination de 30 millions de Français contre l’hépatite B

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Le sujet du vaccin hépatite B vous semble un peu anecdotique ?

Détrompez-vous !!

Ce vaccin-là, c’est le premier coup d’État de l’industrie du vaccin contre la science et le bon sens médical.

Les abus que nous avons subis avec la vaccination anti-Covid ne viennent pas de nulle part.

Si plus de 300 vaccins sont en phase de test, en ce moment, dans les tuyaux de l’industrie pharmaceutique[1]

…ce n’est PAS parce que nous aurions besoin de 300 vaccins de plus pour être en bonne santé.

C’est parce que la vaccination est devenue une manne financière pour Big Pharma[2].

Et tout remonte au fameux vaccin contre l’hépatite B, au début des années 1980.

On a vu, dans les épisodes précédents :

  • Que 30 millions de Français ont été vaccinés contre l’hépatite B dans les années 1990, alors que la plupart d’entre eux n’en avaient pas besoin (ici) ;
  • Que ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui ont créé de toute pièce la peur contre l’hépatite B, afin de favoriser une campagne vaccinale en Occident (ici).

Il n’y avait aucune raison de vacciner massivement la population contre l’hépatite B.

Et il y avait encore moins de raisons de vacciner les nouveau-nés en bonne santé, contre cette maladie d’adultes qui se transmet principalement par seringue contaminée.

Même avec un bon vaccin, il était inutile et coûteux de vacciner massivement – c’était d’ailleurs la conclusion d’un rapport de l’INSERM publié en 1995[3].

Mais avait-on réellement un « bon vaccin », sans danger ?

Avait-on réalisé toutes les études nécessaires pour vacciner massivement avec sérénité ?

Absolument pas.

Je vous ai parlé dans ma dernière lettre du syndrome des « tortues jusqu’en bas » (vous pouvez la lire (ici), elle éclaire l’ampleur du problème en cours depuis 40 ans sur la vaccination)

Pour résumer : si vous voulez être sûr qu’un vaccin est efficace et sans danger, il FAUT ABSOLUMENT mener de grands essais cliniques contre placebo.

Problème : cela n’est (presque) jamais fait avec les vaccins.

La plupart des vaccins n’ont jamais été correctement testés.

Et l’hépatite B en est un exemple sidérant.

Choquant : comment le vaccin hépatite B a été testé

Figurez-vous qu’on a vacciné massivement les adolescents, puis rendu obligatoire le vaccin hépatite B pour tous les bébés…

… essentiellement sur la base de deux essais cliniques (randomisés avec groupe de contrôle) datant de la fin des années 1970[4]

…qui ont été réalisés, croyez-le ou non :

  • Avec un vaccin qui a disparu entre-temps : il était basé sur une technologie totalement différente des vaccins utilisés par la suite pour vacciner massivement la population…
  • Testé sur des adultes homosexuels américains, donc peu représentatifs de la population générale (et a fortiori des adolescents et des bébés)…
  • Avec un groupe de contrôle qui n’a pas reçu de vrai placebo, mais une seringue contenant de l’aluminium, pour masquer les potentiels effets indésirables…
  • Effets indésirables qui n’ont d’ailleurs été étudiés que pendant quelques jours, ce qui empêche de pouvoir diagnostiquer des maladies graves (sclérose en plaques, etc.)

Et pour couronner le tout, dans ces essais cliniques, l’efficacité réelle du vaccin n’apparaît même pas de façon éclatante, comme on le verra.

Et pourtant, c’est essentiellement sur la base de ces deux essais cliniques là qu’on a vacciné des centaines de millions de personnes dans le monde !

Pour les enfants et nourrissons en bonne santé[5], on n’a tout simplement jamais testé le vaccin hépatite B avec le moindre groupe de contrôle !

Et dans les quelques essais cliniques réalisés sur des enfants (donc sans groupe de contrôle), les effets indésirables n’ont été étudiés que pendant les 4 ou 5 jours seulement suivant l’injection[6].

C’est le cas par exemple d’une étude réalisée sur 79 enfants vaccinés contre l’hépatite B[7].

Cette étude observe que :

  • Près d’un enfant sur cinq a souffert, dans les jours suivant l’injection, de divers symptômes post-vaccinaux (fatigue, faiblesse, diarrhée ou irritabilité) ;
  • Et environ un enfant sur dix a eu une fièvre de plus de 38,3 degrés.

Ce n’est pas rien d’infliger cela à des nourrissons. Mais disons que cela reste encore acceptable, si le vaccin est utile et s’il ne cause pas de séquelles plus graves.

Mais justement, on ne pouvait pas savoir si ces nourrissons ne risquaient pas de subir des séquelles vaccinales plus graves.

Car cela n’a pas été étudié ! On s’est arrêté à 5 jours de suivi tout au plus ![8]

Donc, les risques du vaccin hépatite B injecté à 30 millions de Français n’avaient pas été étudiés au-delà des 5 jours suivant l’injection.

C’est très problématique, quand on sait que ce vaccin sera accusé, après sa mise sur le marché, de causer des maladies graves qui ne se diagnostiquent jamais en 5 jours, comme :

  • Des maladies démyélinisantes, comme la sclérose en plaques ;
  • Des diabètes de type I (une maladie auto-immune) ;
  • Des myofasciites à macrophage ;
  • Des maladies du sang (aplasie médullaire),
  • Et même des leucémies (cancer du sang)

Cela veut dire qu’aucun des tests réalisés avant la mise sur le marché de ce vaccin n’a pu nous donner la moindre indication sur ses véritables risques.

Et c’est un énorme problème quand on connaît la difficulté à prouver, après coup, la survenue d’un effet indésirable vaccinal.

Alors, comment ce vaccin a-t-il pu être autorisé ?

C’est une histoire assez abracadabrante, que je vous raconterai la semaine prochaine.

Bonne santé,

Xavier Bazin

PS : Ça y est, mon livre paraît ce mois-ci ! Et on peut déjà le commander !

En voici le sommaire :

Partie 1 : Vaccins anti-Covid, la grande désillusion

Chapitre1 • De la « baguette magique » à la déconfiture

Chapitre 2 • La vaccination anti-Covid a-t-elle aussi échoué à empêcher les formes graves ?

Chapitre 3 • Des vaccins sans danger, vraiment ?

Partie 2 Les trois grands mythes vaccinaux

Mythe n°1 • L’éradication des maladies infectieuses par les vaccins

Mythe n°2 • Les vaccins sont fondés sur la science

Mythe n°3 • Les vaccins sont « sûrs et sans danger »

Partie 3 Experts et autorités : aveuglément « provax »

Chapitre 4 • L’aveuglement volontaire des médecins et scientifiques

Chapitre 5 • Les autorités de santé ont un problème avec la vérité

Chapitre 6 • L’OMS sous influence : le rôle de Bill Gates

Chapitre 7 • Les États face à la menace des armes biologiques

Partie 4 Big Pharma et la science des vaccins : la grande manipulation

Chapitre 8 • Pourquoi le marché des vaccins est stratégique pour Big Pharma

Chapitre 9 • Comment Big Pharma manipule les essais cliniques vaccinaux

Chapitre 10 • Des experts sous influence

Partie 5 Revues médicales, médias et politiques : ni débat ni contre-pouvoir

Chapitre 11 • Les revues médicales écartent les travaux qui dérangent

Chapitre 12 • La partialité de nombreux médias sur la vaccination

Chapitre 13 • Les politiques face aux vaccins : responsables ou irresponsables ?

Le site de la Fnac : https://livre.fnac.com/a17162398/Xavier-Bazin-Antivax-toi-meme-Retrouvons-un-esprit-critique-face-a-la-vaccination

Amazon : https://www.amazon.fr/Antivax-toi-m%C3%AAme-Retrouvons-critique-vaccination/dp/2813228052/

(Je connais – et partage – les critiques au sujet d’Amazon, mais qu’on le veuille ou non, c’est un outil majeur pour faire connaître le livre, et donc participer à la diffusion de son contenu qui me paraît capital pour la santé de tous).

Sources

[1] https://www.biopharmadive.com/news/spotlight-vaccine-manufacturing-business-development-decisions/526150/

[2] https://www.xavier-bazin.fr/pourquoi-les-geants-de-lindustrie-pharmaceutique-sont-prets-a-tout-pour-defendre-et-etendre-le-marche-vaccinal/

[3] https://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/2333/MS_1995_10_1474.pdf?sequence=1&isAllowed=y

[4]https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJM198010093031501, https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/0003-4819-97-3-362

[5] Qui ne sont donc pas porteurs du virus de l’hépatite B à la naissance.

[6] Pour l’Engerix B https://www.fda.gov/media/119403/download

[7] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2943814/

[8] Il faut savoir aussi que les deuxièmes et troisièmes doses n’ont été données qu’à 75 enfants, alors que 79 enfants ont reçu la première. Il n’est pas précisé ce qui est advenu des 4 enfants restant : si par malheur ils sont morts ou devenus très malades après leur première dose, il ne faut pas attendre du fabricant, qui a conduit cette étude, qu’il vous le révèle. Ce n’est pas de la paranoïa mal placée : c’est exactement ce qui s’est passé récemment avec Briane Dressen, qui a participé avec enthousiasme à l’essai clinique du vaccin anti-Covid AstraZeneca, qui a souffert d’une grave maladie neurologique après la 1ère dose, ce qui a conduit à l’exclure de l’essai clinique, en faisant croire qu’elle s’en était retiré volontairement. https://davidhealy.org/new-england-journal-of-misinformation/?. Voir aussi son témoignage ici : https://twitter.com/Saintete_pepe/status/1587860440712822784

33 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

33 commentaires

Fery 10 novembre 2022 - 9h51

Ce livre me parait être dans la veine du travail exemplaire du professeur Perrone.Il devient un outil d information exceptionnel.Des hommes valeureux prennent la voix honneur à vous.A lire sans modération

Répondre
Jean-Luc Spahr 10 novembre 2022 - 10h27

Bravo M. Bazin. Continuez !

Répondre
Vaverger 10 novembre 2022 - 11h47

après 25ans de militantisme auprès de La Ligue pour la Liberté des Vaccinations rien n’est changé mais tout c’est agravé ;
C’est la TV et les Média en général qu’il faut régulé pour qu’il y ait moins de Gogo et plus de gens a réfléchir , mais pour cela il faut fermer votre Télé et la mettre à la poubelle

Répondre
Foucras Lucienne 10 novembre 2022 - 16h16

Xavier, vous avez oublié de citer la sclérose latérale amyotrophique (SLA) qui est pourtant la maladie la plus grave, toujours mortelle) associée aux suites de la vaccination hépatite B des années 90. Ce n’est pas une maladie auto-immune quoiqu’elle soit parfois accompagnée de Gougerot-Sjögren (auto-immun), mais dégénérative. Elle détruit tous les neurones moteurs. Qui y avait-il dans la vaccin HB en 1995 susceptible de détruire ces neurones ? La quantité alors ahurissante d’aluminium absorbée en 3 injections en 6 mois. Le spécialiste de renommée mondiale, Chris Exley, est formel sur ce sujet. Le Pr Romain Ghérardi l’a étudié sur les myofasciites à macrophages (qui n’existaient pas au temps où on se servait de phosphate de calcium) et a découvert en Espagne des cas de maladies très semblables à des SLA humaines chez des moutons vaccinés avec de l’aluminium. Je ne me rappelle plus le nom du chercheur espagnol qui l’en avait informé, mais Romain Gherardi peut nous le redire.
Y a-t-il eu moins de SLA que de scléroses en plaques ? On n’en sait rien, sinon que le nombre de SLA a triplé entre 1996 et 2000. C’est en tout cas en France qu’il y a eu le plus de cas car c’est en France qu’on a alors le plus vacciné. La solution ? Ne pas savoir, ne pas recenser, faire l’omerta. C’était facile : TOUS les malades SLA passaient par la Salpêtrière, le SEUL établissement où l’on pouvait alors soigner une maladie jusque-là extrêmement rare en France. Pour qu’on connaisse les chiffres, il faudrait que ce centre SLA les révèle mais il s’y est toujours fermement refusé, même devant le juge d’instruction. Il y avait aussi un centre à Montpellier, moins important en nombre de malades, dirigé par un neurologue qui désirait un recensement des cas mais sana Paris rien ne pouvait se faire.
On peut trouver toutes ces informations dans le livre de Lucienne Foucras : « le Nouveau Dossier Noir du vaccin hépatite B » ou page 40 d' »Hippocrate si tu savais ».
Je viens de lire que votre livre est en précommande à la FNAC Je vais le précommander.
Merci pour tout ce magnifique travail et bon courage. Vous ne vous ferez pas que des amis !

Répondre
monique DELLISSE monique 11 novembre 2022 - 10h24

Bonjour monsieur,
vos lettres sont top, je suis de votre avis 100%, jamais vaccinée ,j’ai eu un COVID léger quelques douleurs articulaires
soignées ave du DEDROGYL, sans visite médicale , je suis encore très active, sans douleurs arthosiques grâce au
Dt.RELIQUET qui fait des merveilles à ce sujet et décidée à devenir centenaire. Monique.

Répondre
Jean-Pierre Palheyre 12 novembre 2022 - 15h38

le sommaire est alléchant. Vous posez comme d habitude les vraies questions et je suis sur que vous apporterez de vrais arguments. J apprécie également votre style d écriture clair compréhensif par tous..ma mère 97 ans alu et relu big pharma démasqué..
J espère que ce livre va ouvrir un débat sur ce sujet primordial pour la santé

Répondre
Tendron Henri 12 novembre 2022 - 19h00

Oui, c’est important de le faire savoir au plus grand nombre.

Répondre
Daniel Imbert 13 novembre 2022 - 22h55

mais depuis le départ que les laboratoires chimique ont voulu remplacer les plantes par la chimie et traiter l’herboristerie escroquerie ou plassebot

Répondre
DICK Rafaël 14 novembre 2022 - 22h55

Salut Xavier,
Moi-meme, ma femme et ma fille ont été vaccines pour la dernière fois en septembre 2021. Recement nous nous sommes faits tester d’un teste sérologique. Voici dans le même ordre les résultats: + 10.700 U/ml + 2950 U/ml et 25.500 U/ml. Donc il est hors de question de nous laisser vacciner!!!

Répondre
Joëlle LAFFONT 16 novembre 2022 - 15h49

Hé bien, je suis un exemple vivant de vos propos ! Un sérieux accident avec le vaccin de la variole qui avait déclenché des rhumatismes articulaires quand j’étais petite, avait fait dire à un rhumatologue reconnu « qu’il ne fallait pas s’attacher à une enfant qui mourait avant l’âge de 15 ans ». Heureusement mes Parents ont refusé ce « pessimisme » révoltant et m’ont fait soigner un peu par allopathie, beaucoup par homéopathie, acupuncture, médecines naturelles (plantes, magnétiseur, sports etc) et énormément d’amour pour garder le moral et recouvrer une santé telle que j’ai pu vivre une vie normale et devenir ambulancière urgentiste à une époque où il n’y avait pas des pompiers toujours partout et où le SAMU dont j’ai reçu la formation était au tout début.
Malgré cet accident de vaccination, j’imaginais que des progrès avaient été réalisés et j’avais plutôt confiance aux vaccins jusqu’à l’hépatite B.
Pour devenir ambulancière, mon médecin avait d’abord demandé des sérologies, et comme elles étaient positives je n’avais pas eu besoin de faire ou renouveler un seul vaccin. Puis devenue assistante maternelle, le service a demandé avec insistance la vaccination que j’ai acceptée bêtement sans demander une sérologie. 7 jours après avoir reçu l’injection d’engerixB, j’ai déclenché une terrible crise de Polyarthrite Rhumatoïde-maladie auto immune- avec atteinte cardiopulmonaire. Mon médecin a déclaré cet effet indésirable d’autant qu’une collègue avait déclenché une sclérose en plaques et une autre une spondylarthrite. Seule la sclérose en plaques a été prise en compte. Pour les deux autres, on a osé nous dire que notre maladie se serait déclenchée de toute façon dans les 20 ans suivants…j’avais 40ans et deux enfants de 7 et 8 ans, la vie aurait pu être différente si j’avais gardé ma bonne santé ne serait-ce que 10 ans de plus! Et encore par chance, tous les traitements de mon rhumatologue aggravant mon état, mon médecin traitant a eu la géniale idée, il y a 23 ans d’essayer le Plaquénil qui a permis de freiner l’évolution de la PR et même d’améliorer mes conditions de vie.
Aussi je vous prie de croire que nous avons fait des sérologies avant d’accepter une quelconque injection à la mode depuis un peu plus de 2 ans. D’abord nous manquions d’informations, travaillant dans la santé nous connaissions la transcriptase inverse et le temps anormalement court de la mise en circulation du produit. Ensuite, surprise sans avoir eu le moindre symptôme, ni donc le moindre signe de maladie, nous avons tous mari, enfants, petits enfants et moi-même considérée particulièrement fragile par la cpam puisque je subis cette PR depuis 23 ans et un cancer du sein avec ablation et traitement depuis 5 ans, nous avons donc tous les 8, une sérologie positive donc des anticorps ! Bien sûr refus d’injection, pas de pass, perte de job pour certains etc etc mais nous n’avons encore pas été « co vidés ».
Merci pour vos informations absolument capitales!
Les lois de protection de notre santé pour ne serait-ce que « le consentement libre et éclairé » sans parler des conventions comme par exemple la convention d’Oviedo à propos des Droits de l’Homme face à la Biomédecine pour ne parler que d’elle, n’ayant pas été respectées, il est heureux que des personnes comme vous, informent la population de la réalité face à tous les mensonges auxquels il faut faire face.
Merci infiniment pour tout votre travail éclairant.

Répondre
1 2 3 4

Laissez un commentaire