Vaccins Covid : après le rideau de fumée, la grande désillusion

Cher(e) ami(e) de la Santé,

En ce moment, les triples vaccinés ont deux fois plus de risques d’être contaminés que les non-vaccinés !!

Eh oui, d’après les derniers chiffres officiels, au 5 juin dernier[1] :

  • Les vaccinés (deux doses) avaient 50 % de plus de risques d’être positifs au Covid, par rapport aux non-vaccinés ;
  • Les vaccinés (trois doses) avaient 120 % de plus de risques d’être infectés par le Covid, par rapport aux non-vaccinés.

C’est écrit noir sur blanc sur le site covidtracker, qui s’appuie sur les chiffres officiels de la DREES (direction des statistiques) :

On nous avait pourtant promis une baguette magique !

Souvenez-vous ce qu’on nous a « vendu », au départ.

En janvier 2021, au début de la vaccination de masse, le vaccin était considéré comme la seule solution pour nous sortir de l’épidémie !

Faites vos deux petites doses, et ce sera le retour à la vie normale[2] ! Il n’y avait même pas besoin que tout le monde se vaccine, vous disait-on. Avec 60 % de la population vaccinée, on devrait atteindre l’immunité collective[3].

En février-mars 2021, la grande illusion continue : on nous dit alors que le recul épidémique en Israël est la preuve que la « magie vaccinale » a commencé à opérer. « Coronavirus : en Israël, un « retour à la vie » grâce à la vaccination » (Europe 1) – alors qu’il s’agissait simplement de la fin de la 3ème vague, et que le vaccin n’empêchera ni la 4ème, ni la 5ème vague[4].

Puis, en avril 2021, une première inflexion a lieu. « Il faudrait vacciner 90 % de la population pour espérer retrouver une vie normale en septembre en France », et non plus seulement 60 % à 70 %[5] ! La faute, officiellement au « variant britannique », plus contagieux.

Cela n’empêche pas le discours de la « baguette magique » de continuer à prospérer.

Fin avril 2021, l’Élysée publie un communiqué, au titre sans ambiguïté : « La vaccination : seule solution face à la Covid-19[6]. »

Et fin juin, le site officiel du gouvernement publie une interview de la Pr Brigitte Autran, qui explique que « le virus va moins circuler » grâce à la vaccination de masse. Elle ajoute que la vaccination va aussi « diminuer le risque de voir émerger des variants ». Quelle erreur !

Douche froide à l’été 2021 

Dès l’été 2021, le variant Delta ruine ces pieux espoirs. Le 10 août, Andrew Pollard, directeur de l’Oxford Vaccine Group, est le premier spécialiste « officiel » à reconnaître le problème : « Avec ce variant [Delta], nous sommes dans une situation où l’immunité collective n’est pas possible à atteindre, car il infecte les individus vaccinés »[7].

C’est la douche froide : après nous avoir promis l’immunité collective avec 60 % de la population vaccinée, puis avec 90 %, on reconnaît à l’été que le vaccin ne pourra jamais empêcher le virus de circuler, car il infecte aussi les vaccinés !

Mais en France, le ministre Olivier Véran est encore dans le déni : « comment une vague est-elle possible alors que 90 % d’entre nous âgés de 12 ans et plus sommes vaccinés ? Est-ce que cela signifierait que le vaccin serait finalement moins efficace que prévu ? Non »[8].

Puis, l’hiver arrive, avec la vague Omicron. On franchit un nouveau cran dans la désillusion. Tout le monde peut constater que le virus infecte au moins autant les vaccinés (2 ou 3 doses) que les non-vaccinés. Et surtout, il n’y a jamais eu autant d’infections au total dans la population ! Alors qu’on confine les non-vaccinés, et que la population adulte est presque intégralement vaccinée, c’est le moment où l’on enregistre des records de contaminations !

Fin janvier 2022, le Pr Delfraissy, président du Conseil scientifique, commence à dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas : ce « vaccin » serait plutôt un « médicament »[9] ! Il réduirait les formes graves de la maladie, mais son action sur la transmission serait « limitée dans le temps ».

Printemps 2022 : la catastrophe

Au printemps 2022, les chiffres des contaminations deviennent franchement catastrophiques pour les défenseurs de ces vaccins : les vaccinés ont désormais plus de risques d’être infectés que les non-vaccinés[10] !

Résultat : les Britanniques cessent brutalement de publier le taux d’infection selon le statut vaccinal. En France, on ne communique plus sur les chiffres officiels de la DREES.

En mai 2022, un Bill Gates abattu reconnaît, sur la scène du Forum économique mondial, que « ces vaccins ne sont pas bons pour bloquer l’infection »[11]. Il en tire même la conclusion que les passeports vaccinaux n’ont aucun sens, dès lors qu’on peut être vacciné et infecté[12] !

Sur les formes graves, la désillusion commence aussi à apparaître dans les chiffres. Début 2022, Israël connaît sa vague épidémique la plus meurtrière depuis l’apparition du Covid… alors que la grande majorité de sa population est désormais vaccinée par 2 ou 3 doses !

Des épidémiologistes comme Michel de Lorgeril en tirent les conclusions qui s’imposent : « Les données israéliennes montrent que les campagnes de vaccination successives n’ont pas diminué la fréquence des décès, c’est-à-dire les plus sévères des formes sévères »[13].

Et on observe le même échec aux États-Unis : la 5ème vague, de février à avril 2022, est l’une des plus meurtrières ! « Conclusion évidente, pour Michel de Lorgeril, la vaccination massive n’a eu aucun effet bénéfique sur la mortalité Covid-19 aux USA ; et de façon plus générale sur la pandémie »[14].

Tout cela apparaît clairement quand on regarde les courbes de mortalité liées au Covid. Force est de constater qu’on n’observe pas une différence spectaculaire avant et après la vaccination de masse, dans aucun pays.

Autrement dit, la protection tant vantée du vaccin contre les formes graves ne se voit pas dans les chiffres globaux de l’épidémie[15].

Bref, au début de l’été 2022, il est clair que la baguette magique vaccinale a fait pschitt.

Cette évolution fascinante, en moins de 18 mois, fait penser à cette affiche humoristique qui a circulé sur Internet : « Le vaccin : – immunise à 95 %, – immunise à 75 %, – immunise à 50 %, – il n’immunise pas, mais réduit la transmission, – il ne réduit pas la transmission, mais empêche les formes graves, – vous finissez aux soins intensifs, mais vous ne mourrez pas, – vous mourrez, mais vous allez au paradis. »

Tout ceci pose une question capitale : que s’est-il passé ?

Et pourtant, certains vous l’avaient bien dit !

Cet échec était-il imprévisible ? Est-il lié à des évènements que les autorités sanitaires ne pouvaient pas anticiper ? Les fameux variants, qui contaminent les vaccinés, étaient-ils inattendus ?

La réponse est trois fois NON.

Au contraire, cette grande désillusion était non seulement prévisible… mais parfaitement prévue par ceux qui avaient les yeux ouverts !

« Honnêtement, la chance qu’un vaccin pour une maladie émergente devienne un outil de santé publique est proche de zéro », avait prévenu le Pr Raoult, dès le début de la pandémie[16].

En janvier 2021, au moment où tout le monde chantait la gloire des nouveaux vaccins, je vous avais écrit ceci : « Il est certain que le vaccin n’est pas la solution miracle pour mettre fin à l’épidémie et retrouver une vie normale ».

La suite m’a donné raison : la vie est devenue totalement « anormale » (passes sanitaires, vaccinaux, etc.), et le nombre de contaminations et de décès Covid n’a pas été stoppé.

C’était parfaitement prévisible : « Le problème est que dans quelques mois, il n’est pas du tout acquis que ce vaccin sera encore intéressant », écrivais-je. Pour une raison simple : les coronavirus mutent beaucoup… et tendent ainsi naturellement à échapper à l’immunité vaccinale recherchée.

L’échec du vaccin était donc 100 % prévisible !

Je suis conscient que c’est difficile à croire, car cela voudrait dire qu’il y a eu une sorte d’hypnose de masse chez les experts, les médias et les politiques. Qu’il était malhonnête, scientifiquement, de nous présenter la vaccination comme la « seule solution » pour sortir de l’épidémie.

Mais les faits sont là – et ils valent la peine d’être exposés en détail, car ils montrent à quel point le prestige du « Saint vaccin » peut anéantir la science, le bon sens et la prudence élémentaire.

Je vous en parle la semaine prochaine, restez connecté !

Bonne santé,

Sources

[1] https://covidtracker.fr/vaximpact/ Selon ces données de la DREES, il y avait : 1001 cas positifs non vaccinés pour 10 millions de non vaccinés, 1489 cas positifs vaccinés pour 10 millions de vaccinés, et 2211 cas positifs vaccinés(rappel) pour 10 millions de vaccinés (rappel)

[2] https://www.letelegramme.fr/dossiers/coronavirus-campagne-de-vaccination/pr-karine-lacombe-avec-la-vaccination-un-retour-a-la-vie-normale-est-possible-a-la-rentree-23-01-2021-12692338.php

[3] https://www.bfmtv.com/sante/50-a-60-des-francais-vaccines-un-chiffre-suffisant-pour-atteindre-l-immunite-collective_AN-202012230260.html

[4] https://www.europe1.fr/international/coronavirus-en-israel-un-retour-a-la-vie-grace-a-la-vaccination-4026830

[5] https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-il-faudrait-vacciner-90-des-adultes-pour-esperer-retrouver-une-vie-normale-en-france-1617790272

[6] https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2021/04/24/la-vaccination-seule-solution-face-a-la-covid-19

[7] https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/08/21/sur-le-chemin-de-l-immunite-collective-l-obstacle-du-variant-delta_6091970_3244.html

[8] https://www.youtube.com/watch?v=Pg4fH1HRRrk

[9] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-le-vaccin-est-un-peu-un-medicament-avec-une-action-formidable-pour-jean-francois-delfraissy_4929057.html

[10] C’est ce qu’on peut voir par exemple sur le site officiel « Vax Impact », pour les 60 à 79 ans : la proportion d’infection parmi les vaccinés (2 ou 3 doses) est systématiquement supérieure à celle observée chez les non-vaccinés, à partir du mois de mars 2022 https://covidtracker.fr/vaximpact/

[11] https://www.youtube.com/watch?v=jEmy9PeuRLU

[12] https://www.clarkcountytoday.com/news/bill-gates-whats-the-point-of-mandates-if-the-vaccines-dont-work/

[13] https://michel.delorgeril.info/politique-de-sante/epidemiologie-de-la-covid-19-en-mars-2022-lexemple-disrael/

[14] https://michel.delorgeril.info/vaccins/covid-donnees-epidemiologiques-le-10-mai-2022/

[15] Cette déconnection entre les études statistiques sophistiquées et ce qu’on pouvait observer à l’œil nu existe depuis le début de la vaccination de masse : https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccin-en-israel-des-chiffres-troublants

[16] https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Professeur-Didier-Raoult-Je-suis-un-renegat-1683722

77 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

77 commentaires

nicole DESTAIREL 29 juin 2022 - 9h46

personnellement j’ai su que vous aviez raison dès le début …certains membres de ma famille aussi sans que l’un d’entre nous ait une influence sur les autres….il suffisait d’observer…
mais maintenant on fait quoi si cette situation punitive se ptolonge ?

Répondre
Lionel DHORNE 29 juin 2022 - 9h57

Bonjour Monsieur Xavier BAZIN,
Il n’y a pas de rideau de fumée pour ceux qui se font du fric. Ils continuent à foncer et remplir leurs poches.
Développement intéressant.
Dès janvier 2020, on en parlait déjà du poison qui était en préparation : ARNmessager, protéine Spike, et nanoparticules.
Mais, comme il y a du fric à faire, la comédie continue !!!
Entre le macron, le veran et la bourguignon, rien ne change ! Pub à la télé pour la 4ème dose, histoire de nous rendre un peu + fous !
Le masque, les vitamines, les oligo-éléments, les huiles essentielles antivirales sont les gestes barrières importants.
Et un peu de sport.
REJET TOTAL DU POISON.

Répondre
liliane fouassier 29 juin 2022 - 10h04

J attends la semaine prochaine

Et je vous donne raison
!!!!!!!,

Répondre
Schos Anne-Marie 29 juin 2022 - 10h05

C’est tout à fait ça. On assiste à une sorte de cécité collective qui empêche la majorité des gens de prendre conscience de cette réalité : ces vaccins sont inefficaces et même dangereux et cette politique vaccinale a des effets collatéraux très délétères.
Je prie pour mes amis qui envisagent la 4e dose, croyant se protéger et, s’ils en meurent, on dira que c’est « parce qu’ils avaient des antécédents » alors qu’on le recommande aux plus fragiles.
Serait -ce pour les achever plus vite ?

Répondre
FABRICE LEFEVRE 29 juin 2022 - 10h05

Merci Monsieur BAZIN, pour toutes ces informations pragmatiques hors des médias censurés .
si seulement il pouvait y avoir beaucoup plus de médecins éclairés comme vous et vos collègues.
Amicalement

Répondre
Jeanson 29 juin 2022 - 10h19

Les vaccins grippaux suffisaient pour comprendre l’inefficacité d’une année (vague) a l’autre et l’absence d’effet sur la transmission…

Vérité : crédulité devant des informations qui défit simplement le bon sens et la logique, manque de discernement de masse

Répondre
Benoît B. 29 juin 2022 - 10h36

Bonjour,

Les grands esprits se rencontrent : j’ai envoyé précisément hier à tout mon carnet d’adresse un courriel se basant sur les même sites (covidtracker + DREES) illustré par le même graphique, avec sensiblement la même conclusion : 1,8 fois plus de chances de contracter la Covid si l’on est vacciné que si on ne l’est pas ; et 40 % de chances supplémentaires de l’attraper pour un vacciné à trois doses que pour un vacciné à deux doses…

J’ai avancé/tenté que cet apparent paradoxe pouvait s’expliquer par le fait que le système immunitaire des vaccinés n’a essentiellement « vu » que la protéine Spike des « vaccins » à ARN, tandis que depuis le temps, le système immunitaire des non-vaccinés a été en contact avec le Sar-Cov-2 et en a selon toute vraisemblance « vu » toute la palette de protéines présentes à sa surface…

La protéine Spike étant devenue éminemment variable/mutante de par sélection naturelle face aux « vaccins », cela donne donc une moins bonne réponse immunitaire pour les vaccinés que pour les non vaccinés…

Cordialement,

BB

Répondre
corinne roudier 29 juin 2022 - 10h39

Une nouvelle fois, MERCI Mr Bazin, je partage vos analyses. Je reste totalement opposée à ces injections à ARMm, la gestion de la crise covid est politique et basée sur des mensonges, maintient la plupart des gens dans la peur et nuit gravement à la vie des gens. J’ai attrapé le covid en avril 2022, traité avec zinc, vitC en une journée, et bien sûr VitD en gouttes quotidiennes tout l’hiver, puis Immuchoc pour la convalescence. A 65 ans, je me porte très bien. J’ai l’espoir que les personnes qui persévèrent comme vous à s’appuyer sur les études sérieuses aboutiront à faire cesser les campagnes de propagandes mensongères et faire éclater la réalité? De nombreux médecins se réveillent et retrouvent le sens de leur mission (Hippocrate, reflexion Bénéfice/Risque,…), Vous lire me ressource ainsi que Reinfo-covid avec son Conseil Scientifique Indépendant et le Courrier des stratèges. Un autre espoir est que les victimes de la gestion désastreuse de la crise sanitaire (effets toxiques, décès, exclusion du travail,…) soient indemnisées et reconnues. Enfin (on peut rêver!)? que les gouvernements et les mass-média reconnaissent publiquement leurs erreurs et corrigent leur stratégie?? Merci.

Répondre
Martine Schampaert 29 juin 2022 - 10h42

Mon médecin m’a fait arrêter les vaccins après la 2ème doses car trop effets secondaires.

Répondre
legrain 29 juin 2022 - 10h49

bonjour et merci à vous, je ne me suis pas fait vacciner et je ne le regrette absolument pas, j’ai plutôt changer la façon de me nourrir en préférant les aliments qui m apportent les vitamines et minéraux dont on a besoin +vitamines D et magnésium +cannabis. je pète la santé à 63ans

Répondre
1 2 3 4 8

Laissez un commentaire