Un gâchis : ces remèdes contre le Covid-19 qu’on ignore

On saura bientôt si la chloroquine est efficace, oui ou non, contre le Covid-19.

Le scandale, c’est qu’on devrait déjà le savoir, aujourd’hui jeudi 26 mars !

Cela fait deux mois qu’on sait que la chloroquine est efficace contre le coronavirus in vitro, dans une éprouvette.

Cela fait plus d’un mois que la Chine a annoncé au monde entier qu’elle utilise ce médicament, avec quelque succès, contre l’épidémie.

Et nous avons la chance d’avoir, en France, un des plus grands spécialistes de ce médicament, le Pr Didier Raoult !

Alors pourquoi ce retard insensé pour tester ce médicament correctement ?

Le Dr Olivier Soulier a parfaitement résumé le problème[1] :

« Beaucoup ne veulent pas laisser un provincial qui plus est barbu, chevelu et anticonformiste avoir la primauté de la découverte. Beaucoup lui tirent dessus. Il y a aussi sûrement l’égo de certains parisiens vexés.

Mais aussi tous ceux qui, de mèche avec des laboratoires, espéraient pouvoir placer le produit antiviral de leurs sponsors. C’est vrai qu’un traitement reconnu, et surtout pas cher, c’est l’effondrement de Perrette et le pot au lait, « Adieu veaux vaches cochons » pour de nombreux laboratoires qui voyaient déjà les milliards tomber dans leur escarcelle.

Et ce petit prof de Marseille qui trouve un traitement simple et pas cher…Alors ça vaut bien pour certains de traîner un peu les pieds en mettant en avant des notions techniques pendant que les malades meurent.

Ici, bien au-delà de l’obscurantisme et des peurs, il y a les gros sous. »

Prenez le cas du Pr Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat.

C’est en partie à cause de lui que la France a refusé de tester la chloroquine il y a un mois.

Ce Pr Yazdanpanah voulait privilégier deux autres médicaments :

  • Le remdesivir, un anti-viral qui n’est même pas encore commercialisé, du laboratoire Gilead ;
  • Et le Kelatra (seul ou avec de l’interferon bêta), un anti-VIH du laboratoire AbbVie.

Ce sont deux médicaments hors de prix, et ce sont des médicaments récents, dont on n’a aucun recul sur la dangerosité.

Par contraste, la chloroquine est un médicament très bon marché, sur lequel on a des dizaines d’années de recul sur ses effets indésirables.

Alors pourquoi ce choix étrange fait par le Pr Yazdanpanah et des autres « grands pontes » parisiens ?

Ce qu’on sait, c’est que le Pr Yazdanpanah a été rémunéré par les laboratoires Gilead et AbbVie… ainsi que par 7 autres compagnies pharmaceutiques, dont il a été au « board »[2].

Je vous laisse méditer cette information.

Mais aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un autre scandale.

Avec la chloroquine, nous avons vu à quel point le « système » est hostile aux médicaments bon marché.

Mais le système médical est encore 10 fois plus hostile vis à vis des traitements naturels !

Il n’y a pas que la chloroquine qui aurait dû être testée dès février dernier, en urgence.

Il y a aussi des remèdes naturels très prometteurs, qui pourraient sauver des vies !

A commencer par les injections de vitamine C en intraveineuse :

Des médecins de Shanghai disent SAUVER DES VIES avec cette vitamine

Quand les patients arrivent dans un état critique, en détresse respiratoire, il est généralement trop tard pour leur administrer un traitement anti-viral.

Les malades en soins intensifs ne souffrent plus tellement du virus, mais plutôt des lésions graves causées par le virus.

Et c’est là que la vitamine C en intraveineuse pourrait jouer un rôle intéressant.

D’abord parce que les injections de vitamine C ne présentent pas de danger.

Ensuite parce qu’il est possible que ces injections sauvent des vies !

On sait que des grands médecins, dans le passé, ont utilisé ce traitement avec succès contre des infections virales, comme des pneumonies[3].

Une étude a montré que des personnes âgées, atteintes d’une infection respiratoire aiguë, ont connu une amélioration de leur état, avec de la simple vitamine C par voie orale[4].

Et on sait que des injections de vitamine C peuvent sauver la vie de patients victimes de septicémie[5] [6].

Donc, comme je vous le dis depuis début mars, on aurait dû tester immédiatement les injections de vitamine C sur les patients hospitalisés !

C’est ce qu’on fait les Chinois, dès le début de l’épidémie[7] – il faut dire que les Chinois sont moins inféodés à Big Pharma et davantage ouverts aux traitements naturels.

Et les résultats préliminaires sont très encourageants !

Voici ce que vient de rapporter publiquement le Dr Mao, chef du service de médecine d’urgence d’un grand hôpital de Shanghai[8] :

« Le Dr Mao a déclaré que son groupe a traité environ 50 cas, de modérés à sévères, d’infection à Covid-19 à l’aide d’injections de vitamine C (CIV) à forte dose.

La dose de CIV était comprise entre 10 000 mg et 20 000 mg par jour pendant 7 à 10 jours, avec 10 000 mg pour les cas modérés et 20 000 pour les cas plus graves, en fonction de l’état pulmonaire et de l’état de la coagulation.

Tous les patients qui ont reçu un traitement par CIV ont vu leur état s’améliorer et il n’y a pas eu de mortalité.

Par rapport à la moyenne du séjour hospitalier de 30 jours de tous les patients Covid-19 positifs, les patients ayant reçu une dose élevée en CIV ont eu un séjour hospitalier raccourci d’environ 3 à 5 jours, par rapport à l’ensemble des patients.

Le Dr Mao a parlé d’un cas grave en particulier qui se détériorait rapidement. Il a administré un bolus de 50 000 mg en CIV en une période de 4 heures. L’état pulmonaire du patient s’est stabilisé et amélioré, en temps réel, sous l’œil attentif de l’équipe de soins intensifs.

Aucun effet secondaire n’a été signalé dans les cas traités avec de fortes doses de CIV. »

Bien sûr, ce rapport est très imparfait scientifiquement, un peu comme l’étude préliminaire du Pr Raoult sur la chloroquine, car faite avec les moyens du bord.

Mais ces premiers résultats justifient amplement qu’on se dépêche de tester ce traitement dans nos hôpitaux !!

Mais je peux déjà vous l’affirmer : on ne le fera pas.

Je répète que nos grands pontes ont 10 fois plus de préjugés contre ce traitement naturel que contre la chloroquine.

Et ils ne veulent surtout pas donner raison à ceux qui militent pour des alternatives naturelles aux médicaments !

Et c’est la raison pour laquelle on ne testera pas non plus cet autre grand remède naturel, pourtant très prometteur également :

Omerta sur la quercétine, qui a pourtant tout pour plaire !

Il s’agit de la quercétine, une substance naturelle et sans danger.

On a de bonnes raisons de penser que ce traitement naturel pourrait agir en prévention du Covid-19, et même dès les premiers symptômes !

Je rappelle qu’un des chercheurs médicaux les plus respectés au monde, le Dr Michel Chrétien, a déclaré qu’il croyait fortement à l’intérêt de la quercétine contre le coronavirus.

Il sait de quoi il parle, car il a étudié de près l’efficacité de la quercétine sur d’autres virus, notamment Zika et Ebola.

Je vous ai relayé cette information il y a déjà un mois, car en dehors de son coût financier, vous n’avez strictement rien à perdre à essayer ce remède prometteur, en prévention et en traitement, à raison de 500 à 1 000 milligrammes par jour.

Il y a deux semaines, j’ai été heureux de voir que j’étais rejoint par le grand Dr Mercola (numéro 1 de la santé naturelle aux Etats-Unis).

Mi-mars, le Dr Mercola a publié sur son site un article intitulé « Quercétine et vitamine D : des alliés contre le coronavirus ? »[9].

La vitamine D, je vous en parle de longue date : c’est LA vitamine qu’il vous faut en prévention du coronavirus (et dans un système médical normal, le gouvernement aurait fait une distribution gratuite de vitamine D à tous les plus de 65 ans, en prévention).

Mais la quercétine est aussi une molécule extrêmement intéressante !

Dans son article, le Dr Mercola rappelle que la quercétine est un « puissant stimulant immunitaire et un antiviral à large spectre ».

Le Dr Mercola cite de nombreux travaux scientifiques, et notamment une étude de 2014 qui conclut à l’intérêt de la quercétine contre le virus du rhume, en précisant qu’elle « réduit l’internalisation et la réplication virales in vitro, ainsi que la charge virale, l’inflammation pulmonaire et l’hyperréactivité des voies aériennes in vivo ».

Il précise aussi que la quercétine, « en atténuant les dommages oxydatifs, réduit également le risque d’infections bactériennes secondaires »!

Là encore, c’est très intéressant car une mort sur sept liée au coronavirus serait causée par une infection bactérienne qui vient s’ajouter à l’infection virale.

Et puis deux études de 2004[10] et de 2012[11] ont conclu à l’intérêt de la quercétine pour bloquer l’entrée dans les cellules d’un coronavirus de la famille du SRAS… et éviter de souffrir du fameux « syndrome respiratoire aigu » !

Et ce n’est pas tout :

La conclusion SURPRISE de l’ordinateur le plus puissant au monde !

L’ordinateur le plus puissant au monde a été mis à contribution dans cette crise.

Ce super-ordinateur s’appelle Summit, il a été créé par IBM et est capable de faire 200 millions de milliards (200 000 000 000 000 000) d’opérations à la seconde.

Et il est équipé d’un « cerveau » d’intelligence artificielle, pour mieux opérer.

On lui a demandé d’analyser 8 000 molécules déjà étudiées dans les études scientifiques.

Résultat : le super-ordinateur a identifié 77 molécules potentiellement intéressantes pour bloquer l’entrée du coronavirus dans nos cellules.

Et figurez-vous que la molécule numéro 5 est la… quercétine !

Pour mémoire, la quercétine est un flavonoïde, une famille de molécules connues de longue date pour leurs effets anti-viraux[12].

Je le précise, car deux autres flavonoïdes ont été identifiés par l’ordinateur IBM comme très prometteurs (dans le top 13) :

  • La lutéoline-monoarabinoside, un composé que l’on trouve dans les baies noires ou foncées ;
  • Et l’ériodictyol, une molécule produite par certaines plantes comme l’Herba Santa.

Notez que l’ériodictyol est déjà connu pour son effet anti-oxydant et anti-inflammatoire, protecteur sur les neurones, les reins et les poumons[13].

Je n’ai rien trouvé de probant sur la lutéoline-monoarabinoside, mais la lutéoline seule, elle, a déjà été très étudiée.

On trouve la lutéoline dans l’artichaut, le thym, le céleri ou la propolis.

Et figurez-vous que de nombreuses études montrent qu’elle a des effets particulièrement intéressants quand elle est associée à… la quercétine[14] !

Ce « mélange » lutéoline-quercétine a notamment été étudié pour ses effets sur le cancer, le foie, le cerveau et l’inflammation en général.

Une étude montre que ces deux molécules pourraient booster l’efficacité d’un antibiotique contre une bactérie très résistante, le staphylocoque doré[15].

Une autre étude réalisée sur des souris a montré que la quercétine et la lutéoline pourrait réduire l’impact toxique de la cigarette sur le foie et les poumons[16].

Bref, tout ceci renforce mon sentiment que la quercétine pourrait vraiment être prometteur, seule ou en association avec la lutéoline.

Elle devrait donc être testée immédiatement !

Mais cela ne se fera pas, hélas.

Aucun chercheur ne gagnera de prix Nobel avec une molécule contenue dans les oignons.

Et aucun laboratoire pharmaceutique ne gagnera de fortune avec une molécule naturelle.

Et les huiles essentielles, dans tout ça ?

Dans un monde idéal, il aurait fallu tester aussi certaines huiles essentielles.

Je rappelle que l’huile essentielle de laurier noble a montré, in vitro, une efficacité sur le coronavirus SRAS de 2003 (très proche du coronavirus de Wuhan).

Mais les huiles essentielles sont beaucoup trop éloignées de l’univers mental de la médecine moderne.

Pour un médecin lambda, appliquer des gouttes d’huile essentielle sur la voûte plantaire des patients relève de la science-fiction.

C’est pourquoi je me suis focalisé sur les injections de vitamine C et les gélules de quercétine.

Les injections et les pilules sont bien connues des médecins, et faciles à tester, contre placebo.

Au total, j’espère que vous comprenez que la situation actuelle est un GRAND RÉVÉLATEUR des problèmes qui minent notre système de santé en profondeur.

J’espère que cela vous éclaire sur les dessous de la polémique actuelle sur la chloroquine et le Pr Raoult (si ce sujet vous intéresse, lisez aussi cet article très détaillé de l’expert Jean-Dominique Michel)

Je le répète : même si l’efficacité de la chloroquine s’avère décevante (c’est possible !), le scandale est de ne pas l’avoir testée plus tôt.

Et maintenant, vous savez pourquoi : c’est « une histoire de gros sous ».

Pour la même raison, on ne testera certainement pas des remèdes naturels et sans danger.

Tel est le monde dans lequel nous vivons.

Et il est grand temps d’ouvrir les yeux.

Sources

84 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

84 commentaires

Dieudonné 26 mars 2020 - 9h00

Tout se que vous dites est très bien ,mais si on a le virus on fait comment pour se soigner ,ou trouver ses préparations ,mettez les en vente ,ou dites ce qu’il faut faire ,pour s’en procurer ,en vous remerciant

Répondre
GROLIER 26 mars 2020 - 9h02

C’est la vérité.
Mais comme toute vérité n’est pas bonne a dire!!!!!!.

Répondre
micheline HIMMELBAUER 26 mars 2020 - 9h09

Je suis scandalisée, quand va-t-on faire la GUERRE aux LABORATOIRES ??? IL y a urgence, la santé des gens n’est pas leur priorité, l’argent, rien que l’argent. Alors partons tous en guerre contre tous les labos. Vite, vite notre santé, notre vie à tous est en danger. Il faut vraiment faire des actions contre ces assassins !!!

Répondre
Chantal 26 mars 2020 - 9h21

Merci pour votre franchise.Je crois que l argent même la danse et pour les laboratoires et le gouvernement les gens ne comptent peu. Le professeur Raoult a lui le bon réflexe et même si ce médicament comme bien d autres a des effets indésirables IL FAUT LE PRESCRIRE,!

Répondre
b.Babled 26 mars 2020 - 9h22

C’est à vous à convaincre les décideurs et à rechercher les bons moyens mais vous ne devez pas faire pression tous les jours sur les consommateurs c’est maladroit et injuste. Alors ça suffit, reconnaissez que vous ne pouvez pas faire avancer votre cause et basta!

Répondre
hibiskus 26 mars 2020 - 9h22

Bonjour,
je suis d’accord avec ce que vous dites, Monsieur Bazin, mais que pouvons-nous faire, nous citoyens, à part appliquer ce que vous préconisez dans vos lettres?

Répondre
Janvier 26 mars 2020 - 9h25

Faut faire passer ce message , le plus rapidement que possible dans les médias, au besoin en manifestant comme les gilets jaunes.
Refuser c’est de l’assassinat

Répondre
Breant 26 mars 2020 - 9h30

Stop Monsieur Bazin, par pitié arrêtez de faire monter la mayonnaise… L’heure est au rassemblement, au bénévolat et à l’intériorité et non pas à la colère… cette épreuve va tous nous transformer, restons solidaires et calmes.
D’avance merci

Répondre
robert j 26 mars 2020 - 9h32

comme les grands groupes pharmaceutiques ainsi que les laboratoires adorent recevoir des milliards,on doit obligatoirement les nationaliser rapidement.

Répondre
Lapouyade 26 mars 2020 - 9h32

Bravo au pr Didier raoult .
Il vaut mieux laisser mourir les gens

Répondre
1 2 3 4 8

Laissez un commentaire