Très mystérieux bleu de méthylène

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Un grand merci pour tous vos témoignages sur le chlorure de magnésium et autres « remèdes miracles ».

Je suis encore en train de les analyser et vous en reparlerai très bientôt !

D’ici là, je voudrais vous poser une question.

Recevez-vous les lettres de ma consoeur Catherine Lesage ?

Moi oui, et je les lis avec un grand bonheur à chaque fois.

J’ai particulièrement apprécié sa lettre récente sur le bleu de méthylène (elle est normalement réservée aux abonnés mais Catherine m’a autorisé à vous la transmettre en intégralité, ci-dessous).

Certes, le bleu de méthylène n’a rien de naturel (c’est un colorant chimique).

Mais ses effets sur la santé sont particulièrement étonnants – et assez mystérieux.

Un peu comme la vitamine C, le bleu de méthylène semble agir sur énormément de problèmes à la fois : virus, bactéries, parasites, toxines, mais aussi troubles de l’humeur, dépression, cancer, déclin cognitif, etc.

Et ce qui me frappe, c’est que le bleu de méthylène a pour action fondamentale de favoriser le flux d’électrons dans l’organisme… comme la vitamine C !

Ces histoires de flux d’électrons sont un peu techniques – et encore mal comprises par la science moderne – mais de grands médecins comme le Dr Levy pensent que c’est ce qui est au cœur de l’efficacité impressionnante de la vitamine C contre de très nombreux problèmes de santé.

C’est pourquoi le bleu de méthylène pourrait faire partie des « grands remèdes » à avoir sous le coude en cas de pépin – mais attention, ce n’est pas aussi inoffensif que la vitamine C et il faut donc être prudent avec son utilisation.

Dans tous les cas, cette mystérieuse molécule gagne à être mieux connue…

… et je ne vois pas mieux qu’une belle lettre de Catherine Lesage pour découvrir ce sujet passionnant !

La voici donc, ci-dessous.

Bonne santé, et bonne lecture !

Xavier Bazin


Oseriez-vous avaler ce colorant contre le cancer ?

Cher(e) ami(e),

Vous connaissez certainement le Pr Laurent Schwartz.

C’est l’un des meilleurs spécialistes du cancer en France.

Quand il a lancé cette bouteille à la mer il y a quelque temps, j’ai aussi eu envie de comprendre :

Je me suis aussitôt plongée dans mes recherches.

L’un des derniers articles publiés sur le sujet, en septembre 2023, m’a stupéfaite[1] :

« Des composés anticancéreux efficaces, sûrs et peu coûteux continuent d’être largement recherchés et étudiés (…). Le réexamen du potentiel pharmacologique de composés bien connus constitue un axe prometteur de développement de médicaments. Le bleu de méthylène (MB) – chlorure de méthylthioninium – peut être considéré comme l’une de ces substances. »

Oui, vous avez bien lu : le bleu de méthylène serait un excellent candidat anti-cancer !

En réalité, il l’aurait été jusqu’au début du XXe siècle… jusqu’à tomber aux oubliettes.

Est-ce parce qu’il ne coûte trois fois rien qu’il n’intéresse personne ?

Peut-être, mais d’abord, essayons de comprendre le mécanisme complexe de

La thérapie photodynamique anticancer : êtes-vous prêt à « brûler » de l’intérieur ?

Personnellement, j’ai découvert cette thérapie confidentielle.

Pourtant, elle semble utilisée depuis des années pour les cancers de la peau.

Son principe n’est pas évident : une molécule inoffensive, comme le bleu de méthylène, va s’accumuler dans les cellules à traiter.

Elle va ensuite être transformée en une molécule cytotoxique (= qui va tuer les cellules cancéreuses) sous l’effet d’une excitation lumineuse[2].

Plusieurs études solides ont montré que le bleu de méthylène avait cette action photosensibilisante : il serait donc capable de perturber les cellules cancéreuses[3]

Le bleu de méthylène serait capable de produire des espèces réactives à l’oxygène.

Or, on sait que les cellules cancéreuses, dans leur grande majorité, « ne respirent plus »[4].

Dès lors, en réactivant leur « respiration cellulaire », le bleu pourrait induire leur mort cellulaire (apoptose).

Et pour cause, cette thérapie a fait ses preuves sur le mélanome, les carcinomes, ou encore les tumeurs colorectales

… et demain peut-être sur le cancer du sein.

Car, les chercheurs indiquent que le bleu « peut inhiber le développement ducancer du sein. Pendant la thérapie photodynamique avec MB, la croissance tumorale était significativement plus faible que dans les groupes témoins[5]. »

Si vous êtes concerné, parlez-en avec votre médecin avant d’en prendre en automédicamentation. Il existe des contre-indications sérieuses, notamment en cas de prise d’antidépresseurs, type ISRS[6]

(Sachez toutefois que le Pr Schwartz recommande 1 gélule de 75 mg, deux fois par jour.)

Si le cancer semble être un domaine très prometteur pour le bleu de méthylène, c’est loin d’être le seul :

280 mg de bleu de méthylène… pourraient restaurer votre mémoire

Cet exploit est certes surprenant mais pas nouveau :

« La stimulation de la mémoire par de faibles doses de bleu de méthylène a été décrite pour la première fois chez le rat il y a plus de 30 ans[7]. »

En 2016, des chercheurs du Texas ont donc testé cette hypothèse sur 26 volontaires, de 22 à 62 ans.

Par tirage au sort, ils ont distingué ceux qui prendraient 280 mg de bleu de méthylène de ceux qui auraient un placebo.

Tous ont subi des tests d’attention et de mémoire à court terme avant et 1h après.

Résultats : ceux qui ont pris du bleu de méthylène avaient une plus grande activité dans les aires cérébrales dédiées à l’attention.

Surtout, leurs réponses étaient meilleures sur les questions de mémoire (+7 % par rapport au placebo)[8].

Pour les auteurs, il est indispensable d’approfondir ce « traitement prometteur » contre Alzheimer et les autres troubles neurodégénératifs.

Mais comment expliquer qu’un colorant soit un excellent neuroprotecteur, en réactivant des circuits cérébraux ?

La réponse se trouve probablement dans un mécanisme épatant :

Ce bleu protège vos mitochondries (votre bouclier anti-vieillissement intérieur et extérieur)

Quand vos mitochondries (vos usines à énergie) se dégradent, votre organisme vieillit.

Or, on sait que ce dysfonctionnement mitochondrial est présent dans de nombreuses pathologies neurodégénératives.

C’est là que le bleu de méthylène trouve son intérêt car :

  • il augmente la quantité des mitochondries[9],
  • il augmente la fabrication d’ATP, la source d’énergie de vos cellules,
  • il atténue le stress oxydatif qui nuit aux mitochondries.

Pour le dire autrement : vos cellules sont mieux oxygénées[10]… et donc en meilleure forme !

Et cela se voit même sur votre peau !

Jugez par vous-même[11] :

Cette étude de l’université du Maryland en 2017 a fait l’effet d’une bombe dans la médecine anti-âge car le bleu de méthylène[12] :

  • stimulerait la production de fibroblastes (qui produisent le collagène),
  • retarderait la sénescence cellulaire (les cellules meurent moins vite),
  • éloignerait l’effet du stress oxydatif,
  • modifierait l’expression des gènes du vieillissement (y compris chez les plus de 80 ans),
  • accélérerait la cicatrisation.

Résultat : la peau artificielle, traitée pendant 4 semaines avec du bleu de méthylène, était plus épaisse et mieux hydratée (2 caractéristiques d’une peau jeune).

Le tout, sans avoir la peau bleue – car les dosages étaient très faibles. (Je vous déconseille toutefois d’en mettre dans votre crème de jour !)

Pas étonnant que le bleu de méthylène se retrouve dans nos cosmétiques à l’avenir[13] !

Alors, un médicament essentiel ?

Figurez-vous que ce n’est même pas pour cela que le bleu de méthylène est classé par l’OMS parmi les médicaments essentiels.

En effet, c’est l’antidote de référence des infections graves du sang, les méthémoglobinémies, à l’hôpital et dans les centres anti-poison.

Mais surtout, c’est un antibiotique de la première heure, que l’on redécouvre avec l’augmentation de la résistance de certains antibiotiques.

Si le bleu de méthylène a d’abord servi à repérer les parasites et les levures, sur des prélèvements, des pionniers ont rapidement identifié son potentiel thérapeutique.

Car comme d’autres colorants, le bleu est capable de tuer les microbes pathogènes.

C’est le cas du Plasmodium, le parasite responsable du paludisme (malaria), sur lequel le bleu est foudroyant.

À tel point qu’à la fin du XIXe siècle, les populations des zones infestées sont presque toutes traitées au bleu de méthylène.

Son efficacité est remarquable, de l’ordre de 100 % quand le bleu est administré dans les 7 jours[14].

Son seul reproche ? Une coloration bleu-vert des urines et quelques vomissements (souvent dus à l’amertume). Aucun cas grave d’intoxication n’est enregistré[15].

Avec l’apparition des antipaludiques synthétiques, il est là encore relégué aux oubliettes…

Gageons toutefois qu’avec les limites rencontrées par la médecine chimique, ce remède mis au point en 1876 par le chimiste allemand Caro, retrouve ENFIN ses lettres de noblesse.

L’explosion des recherches est en tout cas de bon augure :

Le « boulet magique », tel qu’il était surnommé, n’est pas prêt d’avoir dit son dernier mot !

D’autant plus qu’un laboratoire marseillais[16] a réussi à purifier 50 fois plus le bleu de méthylène.

Ses impuretés pouvaient, par le passé, engendrer des effets secondaires en raison du fait que le bleu ‘’chélate’’ les métaux lourds.

Ce n’est désormais plus le cas, ouvrant de prometteuses perspectives !

Et vous, utilisiez-vous le bleu de méthylène quand vous étiez enfant ? Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

Vos réponses m’intéressent !

Prenez soin de vous,

Catherine Lesage

Sources

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC10568458/#B18

[2]https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2014/revue-medicale-suisse-424/nouvelle-lumiere-sur-la-therapie-photodynamique-cutanee

[3] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34833254/

[4] https://www.unige.ch/campus/files/2114/7246/8265/campus110_recherche2_2RE2.pdf

[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC10568458/#B18

[6] https://ismpcanada.ca/wp-content/uploads/BISMPC2015-08_BleuMethylene.pdf

[7] https://francais.medscape.com/voirarticle/3602518?form=fpf

[8]https://www.santelog.com/actualites/declin-cognitif-le-bleu-de-methylene-ameliore-la-memoire-court-terme

[9] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28840449/

[10] https://guerir-du-cancer.fr/essai-ouvert-testant-le-bleu-de-methylene-dans-le-covid-19/

[11]https://www.nature.com/articles/s41598-017-02419-3

[12]https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/biologie-bleu-methylene-ralentirait-vieillissement-peau-50380/

[13] https://sciencepost.fr/le-bleu-de-methylene-nouveau-composant-des-futures-cremes-solaires/

[14]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5979000/#:~:text=Methylene%20blue%20(MB)%20was%20the,model%20and%20in%20rhesus%20monkeys.

[15] idem

[16]https://www.latribune.fr/regions/paca/20130716trib000776050/pharmacie-provepharm-remet-le-bleu-de-methylene-a-l-honneur.html

88 Commentaires

Sources

Partager

S'abonner

88 réponses

  1. Lorsque j’avais un an (1950), une guêpe m’a piquée au fond de la gorge.
    Maman, puéricultrice diplômée, m’a immédiatement badigeonnée avec le bleu de méthylène.
    Dégonflement et absence de douleur.

  2. bonjour
    un souvenir d’enfance
    j’avais des angines avec points blancs à répétition. Maman m’a fait des badigeons de bleu de méthylène.
    et je n’ai plus jamais eu d’angine . j’ai 81 ans.

  3. Bonjour
    Oui le bleu de méthylène était présent dans la pharmacie de mes parents et (les aspro en emballage rose) . En cas d, angine ma mère nous badijeonnait la gorge au bleu de m avec l’aide d’un grand coton tige. C’était très désagréable au goût et faisait la langue bleue mais super efficace !
    Actuellement impossible de s’en procurer en pharmacie…

  4. Lorsque j etais jeune (10ans) un medecin m’afait prendre une substance a badigeonner dans la gorge contre les angines a repetition et les allergies « genre » muguet…..les resultats etaient excellents si l’on excepte l’inconfort et les risques de « tirer au coeur »…..ce produit s’appeller « collubleu »(bleu de methylene) Jen ai utilise jusqu’a ce que je nen trouve plus en pharmacie…..c’etait il y a environ 20 ans…pour me traiter ces problemes tous les hiverts je prends de dangereux medicaments qui me « desinguent » l’estomac…
    michel Loiseau (age 77 ans)

  5. Merci pour ce relais d’article de la lettre de Catherine Lesage. Dommage que la vidéo du Dr Schmitz donnée au Grand Sommet Cancer, pour laquelle il y a un lien à la toute dernière phrase de l’article, ne soit pas accessible.

  6. bonjour actuellement en tout cas en France on ne peut pas l avoir sans ordonnance. Peut on en commander en Belgique Allemagne ou Suisse ?

  7. oui j’ai 85 ans et j’utilisais du bleu de mytilène quand j’étais petite.
    Sans doute comme désinfectant

  8. Oui, j’ai 78 ans et je me souviens que, lorsque ma soeur avait une angine, elle se badigeonnait la gorge avec un coton lié à une aiguille à tricoter imprégné de bleu de méthylène.( un peu risqué quand même !) Et ça lui réussissait très bien, c’était très efficace! il y a plus de 60 ans !

  9. Bonjour
    Maman nous soignait. Avec le.bleu de méthylène pour les angines avec un gros coton tige
    Très bon résultat

  10. mon père nous a toujours soigné les maux de gorge au bleu de méthylène… il prenait un crayon, de la gaze, du fil de cuisine et on avait le droit au badigeon dans la gorge….. et le lendemain…. plus rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *