Le reconfinement n’est PAS une fatalité, la preuve :

La grande allocution « reconfinement » d’Emmanuel Macron a commencé par un gros mensonge :

            « Hier, 527 de nos compatriotes sont décédés du Covid-19 », a-t-il déclaré.

En réalité, les chiffres officiels avaient annoncé 292 morts à l’hôpital en 24 heures… et 235 en Ehpad sur 4 jours !

De lundi à mardi, l’augmentation du nombre de morts à l’hôpital n’était donc que de 13 % (258 à 292).

En annonçant 527 morts, on donne l’impression d’une hausse catastrophique de plus de 100 % en 24 heures !

Mais c’était faux, et le Président le savait.

Et cela prouve qu’il n’a pas joué « franc-jeu » avec nous, dès ses premiers mots.

A l’évidence, Emmanuel Macron a voulu dramatiser la situation, en manipulant la vérité.  

Mais ce n’est rien à côté d’un autre mensonge, beaucoup plus grave :

ABSURDE : 400 000 morts si on ne confine pas, selon E. Macron !

Pour justifier le reconfinement, Emmanuel Macron a sorti un argument hallucinant :

« Nous pourrions – certains le préconisent – ne rien faire, assumer de laisser le virus circuler. C’est ce qu’on appelle la recherche de « l’immunité collective » c’est-à-dire lorsque 50, 60% de la population a été contaminée.

Le Conseil Scientifique a évalué les conséquences d’une telle option.

Elles sont implacables : d’ici quelques mois c’est au moins 400 000 morts supplémentaires à déplorer. »

J’ai essayé de comprendre d’où venait ce chiffre farfelu.

Comme d’habitude, il provient de modélisations mathématiques totalement déconnectées de la réalité[1].

Ce sont les mêmes modélisations qui prévoyaient :

  • en mars dernier, un désastre de 500 000 morts en France (nous en avons 35 000)
  • et en avril dernier, 50 à 100 000 morts dans les semaines suivant le déconfinement (il n’y en a eu que quelques milliers).

Donc, ce sont des modèles qui se sont toujours révélés totalement faux.

Mais il y a une preuve manifeste, sous nos yeux, que ces prévisions sont fausses, absurdes.

Et cet exemple, c’est la Suède.

La Suède, preuve ÉVIDENTE du mensonge du Président Macron

En mars dernier, alors que tous les pays européens se barricadaient, la Suède a pris une décision courageuse : ne pas confiner.

Ce pays n’a jamais fermé ses écoles, magasins, restaurants ou ses salles de sport.

Certes, les Suédois ont pris des mesures pour ralentir l’épidémie et éviter que les hôpitaux ne soient engorgés.

Les Universités ont fermé. Les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits. Les Suédois ont arrêté de voyager.

L’État continue de recommander le télétravail, d’éviter les transports en commun et de pratiquer la distanciation sociale.

Mais les Suédois sont restés totalement libres d’aller et venir, de dîner au restaurant ou de faire du shopping.

Ils ne portent pas le masque : même dans le métro, le masque n’est pas obligatoire, car les autorités pensent qu’il peut être contre-productif, en donnant un faux sentiment de sécurité[2].

Quel a été le résultat de cette politique de liberté et de non-confinement ?

A ce jour, moins de morts par habitant que le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et la Belgique, qui ont confiné strictement.

Et la France ne va pas tarder à dépasser la Suède en nombre de morts par habitants.

Car c’est maintenant, au retour de l’hiver, que la stratégie suédoise semble la plus payante.

Comme partout en Europe, la Suède connaît depuis un mois une forte augmentation du nombre de cas positifs.

Mais la Suède ne s’est pas affolée, au contraire.

Le 20 octobre, au moment où Emmanuel Macron décrétait un couvre-feu, elle a décidé au contraire d’assouplir encore les mesures en place !

Oui, la Suède à réouvert les discothèques et autorisé à nouveau les visites dans les maisons de retraite.

Les autorités de santé suédoises pensent que la solitude de nos anciens cause plus de morts et de souffrances que la Covid.

Face au retour de la saison hivernale, la conviction des Suédois est claire : ce n’est pas parce qu’il y a une explosion du nombre de cas qu’il y aura une explosion du nombre de morts.

Et en effet, pour l’instant au moins, la mortalité est au plancher :

Nombre de morts quotidiens du Covid en Suède, chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé

Donc, les Suédois ont une augmentation du nombre de cas positifs, mais très peu de morts.

Résultat : la Suède a 2 à 5 morts par jour en ce moment, contre 200 à 400 pour la France.

A la sortie de l’hiver, la Suède qui n’a jamais confiné aura certainement beaucoup moins de morts que la France qui aura confiné deux fois.

Cela veut dire que la Suède aura obtenu de meilleurs résultats sanitaires, tout en préservant le pouvoir d’achat, la liberté d’aller et venir et la santé mentale de ses citoyens.

C’est aussi la preuve qu’une immunité collective est possible sans catastrophe sanitaire.

La Suède nous montre l’ineptie du chiffre de 400 000 morts « si on ne confine pas ». C’est un mensonge, une tromperie manifeste.

En réalité, Emmanuel Macron capitalise sur la terreur du printemps dernier.

Mais il faut bien comprendre une chose.

La Covid-19 n’a plus rien du monstre effrayant de mars-avril 2020.

Tous les indicateurs montrent que c’est devenu une « grosse grippe », parfaitement gérable.

La surmortalité des mois de mars-avril 2020 est liée à deux raisons principales :

  • On a refusé de soigner les patients, avant leur hospitalisation ;
  • Et on a très mal soigné les patients en réanimation.

Or, sur la réanimation au moins, on a fait des progrès spectaculaires :

Par rapport à mars, la réanimation sauve beaucoup plus de vies !

Tous les chiffres montrent que la survie des personnes hospitalisées pour Covid a été nettement améliorée depuis mars dernier.

Une étude française a conclu à une réduction de 50 % des passages en réanimation et de la mortalité[3].

Une étude américaine trouve jusqu’à 75 % de mortalité en moins entre le mois de mars et le mois d’août, sur une cohorte de 5 000 patients hospitalisés[4].

La raison principale est que la prise en charge hospitalière a été catastrophique en mars dernier.

Je ne jette pas la pierre aux personnels soignants, car c’était une nouvelle maladie.

Mais il faut regarder la vérité en face : la surmortalité énorme du mois de mars en Italie du Nord, dans le grand Est, en Ile-de-France et à New York, est une anomalie.

La raison majeure de la catastrophe dans ces régions, c’est la prise en charge désastreuse à l’hôpital.

Tous les réanimateurs le savent, mais on n’en parle pas beaucoup dans les médias, car c’est une vérité un peu tabou.

En mars, les personnels des hôpitaux étaient terrifiés à l’idée d’attraper eux-mêmes le virus. Ils ont vu qu’en Chine, plusieurs médecins sont morts de la Covid.

Et ils ont cru que l’intubation massive des patients était la meilleure protection pour eux-mêmes, pour éviter l’aérosolisation du virus.

Je sais que c’est un peu choquant de dire cela, mais c’est la stricte vérité.

Si vous regardez les recommandations d’experts du 9 mars, c’est exactement ce qu’on lit[5].

Puis, on a commencé à réaliser que c’était une grave erreur.

Voici ce qu’expliquait le Pr Julien Poissy, dès le 16 avril :

« Au départ, il a été recommandé par les sociétés savantes d’intuber précocement les malades atteints des formes sévères de Covid-19. Aujourd’hui, ces recommandations sont remises en cause. »[6]

Encore une fois, je ne vous dis pas ça pour accabler les personnels soignants.

Je vous dis cela car c’est un message positif : la surmortalité de mars-avril était liée en partie à des facteurs qui sont aujourd’hui résolus.

Cette affaire a été parfaitement résumée par Marc Garnier, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), interrogé dans la Revue du Praticien :

« Au tout début de l’épidémie, il était recommandé – notamment pour protéger le personnel – d’intuber le patient dès qu’il avait une forme grave et des besoins très importants d’oxygène.

Toutefois, l’intubation (et le coma artificiel induit) sont associés à une augmentation de la durée de séjour, des risques de complication et de la mortalité, quelle qu’en soit la cause.

Avec l’expérience de la première vague de Covid et les quelques données de la littérature, aujourd’hui, on propose systématiquement des techniques non invasives en première intention (sauf chez des malades très graves) : dans 30 à 50 % des cas, les patients s’améliorent en quelques jours et peuvent retourner en service de médecine, avec une évolution moins lourde. Le bénéfice est aussi collectif car cela permet de garantir plus de places en réanimation. »[7]

En voilà une bonne nouvelle, que le Président Macron s’est bien gardé de vous donner !

Car c’est une raison de ne pas craindre le retour du cauchemar au niveau atteint en mars dernier !

La prise en charge à l’hôpital s’est aussi nettement améliorée grâce à l’utilisation généralisée des corticoïdes pour lutter contre la tempête inflammatoire.

Et encore aujourd’hui, la réanimation continue de faire des progrès.

Il y a quelques semaines seulement, les hôpitaux de Marseille ont trouvé une nouvelle technique permettant de réduire la mortalité de 20 % supplémentaires :

« Des patients qui ne pouvaient pas être réanimés (trop âgés ou trop de facteurs de risque) et qui devaient mourir, eh bien sous oxygène à très haut débit, 5 patients ont survécu, ce qui ne se serait pas produit il y a encore un mois » a annoncé le Pr Raoult[8].

C’est très important à comprendre, car cela veut dire deux choses :

  • Désormais, on a besoin de beaucoup moins de places en réanimation qu’en mars dernier, car on a moins de patients intubés (qui occupent des lits pendant plusieurs semaines) et l’oxygène à haut débit peut être donné sans occuper de lit de réanimation ;
  • Les personnes contaminées sont beaucoup plus nombreuses à survivre, parce qu’on les prend mieux en charge.

Encore une fois, cela veut dire que le virus est beaucoup moins effrayant qu’au mois de mars.

Et qu’il y a besoin, par rapport au moins de mars, de beaucoup moins de places en réanimation.

Et ce n’est pas tout.

Il est évident qu’on aurait d’encore meilleurs résultats si on laissait les médecins généralistes soigner !

C’est l’autre grand mensonge du Président Macron : le mensonge par omission des mesures qui marchent contre l’épidémie et qu’il refuse de prendre !!!

On pourrait diviser par deux les hospitalisations et les morts en soignant tôt !

Je vous renvoie à ma dernière lettre sur la vitamine D, qui montre qu’elle pourrait certainement réduire de moitié le nombre d’hospitalisations et de passages en réanimation[9].

Tout récemment, une étude française en a apporté une nouvelle preuve[10].

Dans les maisons de retraite, les résidents infectés qui avaient reçu une grosse dose de vitamine D (80 000 UI) dans le mois précédent ont été deux fois moins nombreux à mourir de la Covid, par rapport à ceux qui n’avaient pas reçu de vitamine D !

Deux fois moins de morts en Ehpad, grâce à une simple vitamine, donnée au bon moment !

Je vous rappelle qu’une étude espagnole randomisée en double aveugle avait montré une diminution énorme du passage en réanimation, grâce à un simple traitement à la vitamine D, donné dès l’entrée à l’hôpital[11].

Donc, rien qu’avec la vitamine D donnée dès les premiers symptômes ou même à l’hôpital, on pourrait réduire drastiquement la mortalité… et la surcharge des hôpitaux !

Mais Emmanuel Macron ne veut pas en entendre parler.

Il veut encore moins vous parler de l’hydroxychloroquine, alors que les preuves de son efficacité sont désormais incontestables.

Deux méta-analyses récentes en ont apporté la preuve définitive :

  • Une étude co-signée par le Professeur Harvey Risch de l’Université de Yale, qui rassemble toutes les études où l’hydroxychloroquine a été donnée précocement, donc avant l’hospitalisation, conclut à une réduction de 24 % du nombre d’infections, d’hospitalisations et de morts[12] ;
  • Et une étude menée par le Dr García-Albéniz de l’Université de Harvard, qui examine toutes les études randomisées en prévention, conclut à une efficacité de l’hydroxychloroquine[13].

Il y a quelques jours, les Brésiliens ont publié une étude montrant que l’hydroxychloroquine donnée suffisamment tôt diminue de moitié le nombre d’hospitalisations[14] !

Et on nous parle de surcharge des hôpitaux !?

Alors qu’on interdit aux médecins généralistes de prescrire largement ce traitement qui évite les hospitalisations ?

Et ce n’est pas tout : si vous ajoutez le zinc, comme à l’IHU de Marseille, l’efficacité est encore meilleure.

Une étude observationnelle menée à New York montre une réduction de 25% de la mortalité quand on associe l’hydroxychloroquine et le zinc[15].

Et le plus fou, c’est qu’il y a d’autres protocoles qui fonctionnent, et pas seulement celui du Pr Raoult !

D’autres traitements précoces ont été validés scientifiquement, par des études sérieuses :

  • L’ivermectine et la doxycycline ont donné de bons résultats dans de nombreuses études, et tout récemment, d’excellents résultats en bi-thérapie, dans une étude randomisée[16] ;
  • La colchicine, une substance issue de la « colchique dans les prés », a donné de très bons résultats dans plus de 5 études, dont plusieurs randomisées[17].

La seule raison pour laquelle on n’en parle pas, c’est que ce sont des vieux médicaments, qui ne rapportent plus rien à personne.

Voilà l’énorme scandale.

Et je vous ai uniquement parlé de traitements, pas de prévention !

Mais si on donnait dès maintenant à toutes les personnes à risque 5000 UI de vitamine D par jour ainsi qu’un multivitamines contenant 20 mg de zinc, 100 microgrammes de sélénium ainsi que des vitamines B, C et E, on aurait moins d’hospitalisations et une mortalité encore plus basse !

On reconfine, on tue nos libertés et l’économie, alors que les solutions sont là, sous la main.

Pourquoi ?

Le Président Macron a probablement donné la réponse, dans son allocution :

« Une fois le pic épidémique passé, tous ces outils doivent nous permettre demain de tenir jusqu’au vaccin ».


Sources

101 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

101 commentaires

Stoffel 4 novembre 2020 - 11h51

Merci pour vos informations, il faut diffuser très largement car le peuple est térrorisé grace à Mr Macron

Répondre
Jourdain 4 novembre 2020 - 12h04

m BAZIN, je ne lis pas chacune de vos lettres, il y en a trop. Mais celle là je l’ai survolé et la relirais calmement !
ORGANISEZ VOUS dès maintenant contre le vaccin, vous avez nos adresses email. Il faut fédérer une pétition contre le vaccin.. Rassembons nous, FAUT QUE CA BOUGE, moi je n’ai pas de réseaux !! N’attendez pas qu’il soit trop tard : vous, vous pouvez le faire

Répondre
JOËL LEFEUVRE 4 novembre 2020 - 12h07

Que peut-on faire pour que le Président de la République cesse de dire n’importe quoi et de l’empêcher de prendre des décisions qui ne vont pas dans l’intérêt de la population ? Ses capacités ne semblent pas être d’un niveau suffisant, trop de Médecins ne comprennent pas un tel comportement. Par son incompétence et ses mesures farfelues, il est responsable d’homicides, peut-être involontaires ?
J’ai 73 ans, d’énormes problèmes respiratoires et atteint d’une maladie auto-immune. Je ne remercierai jamais assez, ma généraliste, ma spécialiste de la maladie Wegener, ma pneumologue, mon cardiologue et tout le personnel soignant. Heureusement que ces gens dévoués sont là pour aider à vivre à peu près normalement. Il est grand temps que le Gouvernement donne des moyens nécessaires pour que tous ces gens puissent travailler dans de meilleurs conditions et reconnus à leur juste valeur.
Je souhaite des jours meilleurs à tous et que notre Président retrouve la raison, bien cordialement, Mimil Jr

Répondre
Jacqueline Putod 4 novembre 2020 - 12h17

Pourquoi vos statistiques seraient plus vraies que celles du Président Macron. Vous mettez de l’huile sur le feu inutilement et effrayer les gens. J’ai eu la Covid j’ai un membre de ma famille qui est en réanimation. Et tous ces morts?
Je suis déçue par votre esprit polémique qui n’apporte que confusion. Je me désinscris de votre lettre.

Répondre
madeleine PÉAN 4 novembre 2020 - 12h21

il y a longtemps que je suis persuadée que le gouvernement est victime des lobbyings des laboratoires pharmaceutiques et que la santé « mentale » et « physique » des citoyens n’est pas son souci premier.

Répondre
Ayache Henry 4 novembre 2020 - 12h29

il ne sait et ne fait que mentir

Répondre
Delmas 4 novembre 2020 - 12h40

Le jour où les campagnes électorales seront décentes et non financées par les lobbys ou des pays tiers, les politiques auront une gouvernance plus saine, tant sanitaire que sociale ou économique, sinon morale.

Répondre
D U P U Y 4 novembre 2020 - 12h54

D’accord avec vous : ON nous ment depuis longtemps.
Cependant, le nombre de morts doit être évalué pour mille, dix mille, cent mille, voire un million d’habitants et NON PAR HABITANT !

Répondre
Lutique 4 novembre 2020 - 13h01

Si votre analyse est vrai, alors pourquoi vous rester sans réaction vis à vis de nos institutions.

Répondre
Jean Claude et Danielle Libert-Boulanger 4 novembre 2020 - 13h08

J’aime beaucoup votre texte, bien évidemment « politiquement incorrect » et probablement pour cette raison.
Je pense personnellement en effet qu’il faut avoir « ce qu’il faut où je pense » pour « responsabiliser les gens », les mettre en face d’une réalité qui est que le virus circule, ce qui est normal dans l’évolution d’une épidémie, me semble-t’il, et qu’il faut SE protéger par un masque, pour se protéger soi, les autres et les soignants : le masque pour ne pas « gicler » des aérosols, éventuellement contaminés par du virus, partout, surtout en milieu « confiné » (« fermé », quoi …), tout autour et en face de soi; maintenir une distance « intelligente » et socialement « communicative autour de soi; éliminer le plus souvent possible des traces éventuelles de virus sur les mains en se lavant celles-ci et ne pas se frotter le nez et les yeux, se « désinfecter » comme un médecin, soit au savon, soit au gel alcoolique; s’aérer chaque fois qu’il est possible, dans « du bon air », marcher et se détendre sans angoisser face à un contrôle policier éventuel. On commence à en savoir assez maintenant de ce que l’on peut faire soi-même sans attendre l’hôpital et les soignants pour « se prendre en charge » comme une personne « adulte et vaccinée », non ? – se confiner de soi-même dès que l’on est testé positif lorsqu’un test est pratiqué (même par prudence), ne pas se balader dans des magasins « bas de plafond » pour faire du shopping et « lécher les vitrines sans but », en discutant haut et fort avec ses cop-ains (-ines): ne pas boire des chopines au comptoir en s’exclamant haut et fort, … etc …
Est-ce donc si difficile de ce conduire de manière civile et civique, en citoyen assumé ?
Quant à Macron : il faudrait peut-être commencer à parler le langage adulte des gens et pas les voir comme de sales gam-ins (-ines) incorrigibles méritant des calottes …!
Et puis aussi, vos vitamines (C, D …etc) n’ont jamais fait de tort à personnes … surtout en périodes hivernales douces et humides comme maintenant, en plein changement climatique : moi, j’en prends, j’adore le goût fruité des vitamines C + complément de Magnésium et vitamine D et rayons de soleil.
Et puis je suis un convaincu de l’intérêt du zinc, dans l’industrie duquel j’ai travaillé pendant 25 ans (à la « Vieille Montagne »).
Je vous salue et vous lirai avec plaisir encore dans le futur, malgré certaines exagérations de vos textes
Bien à vous, Jean Claude Libert – Bruxelles (Uccle)

Répondre
1 2 3 4 5 6 9

Laissez un commentaire