La vitamine D marche contre la Covid, et on ne vous le dit pas

Je suis quelqu’un de plutôt « zen », mais là, je bouillonne de colère.

L’infectiologue en chef des États-Unis, le Dr Anthony Fauci, vient d’annoncer qu’il prend de la vitamine D en prévention contre la Covid[1].

Depuis avril dernier, plus de 15 études scientifiques ont été publiées montrant l’intérêt de la vitamine D contre la Covid.

Je vais vous les détailler dans une seconde, mais sachez que la vitamine D semble fonctionner :

  • En prévention : avec un bon taux de vitamine D, vous avez moins de risque d’être infecté… et en cas d’infection, vous avez moins de risque d’être hospitalisé ;
  • Et en traitement: si vous êtes hospitalisé et qu’on vous donne de la vitamine D, vous avez moins de risque de passer en réanimation et de mourir !

Et le plus beau, c’est que la vitamine D ne coûte presque rien et ne cause jamais de complications sérieuses, sauf énorme surdosage.

ET POURTANT, NI LE MINISTRE OLIVIER VÉRAN, NI LES MÉDIAS NE VOUS EN PARLENT !!!

Ils voudraient nous empêcher de nous protéger contre la Covid qu’ils ne s’y prendraient pas autrement !!!

J’ai conscience que ce sont des accusations graves.

Mais si vous lisez cette lettre jusqu’au bout, vous comprendrez pourquoi j’enrage devant ce scandale sanitaire invraisemblable !!!

Vitamine D : je vous le dis depuis mars dernier – et je ne suis pas devin !

Avant même les études récentes, il était évident que la vitamine D était plus que prometteuse.

Dès le début de l’épidémie, je l’ai placée en NUMERO 1 du protocole naturel anti-Covid :

Voici ce que je vous écrivais, le 3 mars dernier :

« Plusieurs vitamines sont simples à avaler, pas très chères… et très utiles contre les infections virales de l’hiver.

Elles renforcent votre système immunitaire… et vous rendent plus résistants contre les infections respiratoires comme le coronavirus.

La plus importante est la vitamine D – mes fidèles lecteurs le savent déjà, mais je compte sur tous ceux qui lisent cette lettre pour la transférer à tout leur entourage !

Je rappelle que le mois de mars est la période de l’année où vos réserves de vitamine D sont au plus bas, faute de soleil suffisant depuis le mois d’octobre.

Or, en pleine saison de grippe et de coronavirus, c’est le moment ou jamais de refaire vos réserves !

Une étude de l’Université du Colorado réalisée en maison de retraite a montré qu’il suffit d’avaler une dose de 3 000 UI de vitamine D par jour pour réduire de 40 % le risque d’infection respiratoire[2] !

Alors n’attendez pas une seconde : prenez 3 000 UI par jour pendant les 3 prochains mois minimum (pour le ZymaD en pharmacie, par exemple, cela veut dire 10 gouttes par jour).

Si vous craignez d’être déjà carencé en vitamine D (moins de 40 nanogrammes/ml dans le sang), commencez directement par 10 000 UI par jour pendant 10 jours, puis 4000 UI par jour. »

Trois semaines après, le 30 mars, j’en ai remis une couche :

« Je continue d’être révolté par le fait que le gouvernement n’ait toujours pas distribué à tous les plus de 65 ans des flacons de vitamine D, gratuitement.

C’est un des remèdes préventifs les plus prometteurs contre le Covid-19 et ses complications.

Des chercheurs italiens sont déjà en train de tirer la sonnette d’alarme : les malades italiens qui ont le plus de risques de complication du coronavirus sont, comme on pouvait s’y attendre, souvent carencés en vitamine D.[3]

Aux États-Unis, un ancien chef du CDC, la plus haute autorité de santé américaine (!) a appelé publiquement les Américains carencés à prendre de la vitamine D contre le coronavirus.[4]

Et des chercheurs viennent de pré-publier une étude qui confirme que la vitamine D est une excellente arme de prévention contre la grippe, la pneumonie… et le nouveau coronavirus[5]. »

Je ne vous dis pas cela pour me mettre en avant.

Ce que je veux vous montrer, c’est que l’intérêt de la vitamine D était évident depuis le début, pour qui avait les yeux ouverts et n’avait pas de conflit d’intérêts.

Il n’y avait pas besoin d’être extra-lucide ou d’avoir fait 10 ans d’études sur la vitamine D.

Et dans le pire des cas, si cela ne fonctionnait pas contre la Covid, il n’y avait strictement rien à perdre à essayer !

Au contraire, c’est toujours une bonne chose de combler une carence en vitamine D – c’est utile contre les autres infections virales, pour les os, contre le cancer, pour le cœur, etc.

Fin mai : l’Académie de Médecine enfonce le clou – mais LE SILENCE CONTINUE !

A la fin du mois de mai, j’ai eu une bouffée d’espoir, pensant qu’on touchait à la fin de l’omerta contre la vitamine D !

Car le 22 mai, l’Académie de Médecine – excusez du peu – a publié un communiqué expliquant que la vitamine D devrait être donnée aux malades de la Covid, pour « atténuer la tempête inflammatoire et ses conséquences »[6]

Voici ce qu’a écrit en toutes lettres l’Académie de Médecine :

« L’Académie nationale de Médecine :

– rappelle que l’administration de vitamine D par voie orale est une mesure simple, peu coûteuse et remboursée par l’Assurance Maladie ;

– confirme sa recommandation d’assurer une supplémentation vitaminique D dans la population française dans un rapport en 2012 [2] ;

– recommande de doser rapidement le taux de vitamine D sérique (c’est-à-dire la 25 OHD) chez les personnes âgées de plus de 60 ans atteintes de Covid-19, et d’administrer, en cas de carence, une dose de charge de 50.000 à 100.000 UI qui pourrait contribuer à limiter les complications respiratoires ;

– recommande d’apporter une supplémentation en vitamine D de 800 à 1000 UI/jour chez les personnes âgées de moins de 60 ans dès la confirmation du diagnostic de Covid-19. »

Cette recommandation était frappée au coin du bon sens.

Et pourtant, ni Emmanuel Macron, ni Olivier Véran ne vous en ont dit un seul mot !!!

Alors que les études, depuis, n’ont fait que confirmer l’intérêt de la vitamine D !

En PRÉVENTION (1) : la vitamine D réduirait de moitié le risque d’infection !

La plus grosse étude sur la prévention est tombée le 17 septembre dernier.

Elle a été publiée dans le journal médical Plos One et a confirmé que les personnes les plus carencées en vitamine D ont plus de risques d’attraper la Covid[7] !

C’est bien simple : sur près de 200 000 patients américains, ceux qui avaient un excellent taux de vitamine D dans le sang (supérieur à 55 ng/mL) avaient moitié moins de risques d’être positif au Covid que ceux qui étaient en carence sérieuse (moins de 20 ng/mL).

Le graphique ci-dessous, emprunté à GrassrootHealth[8], montre bien la corrélation : plus vous avez de vitamine D dans le sang, moins vous êtes à risque d’être testé « positif » à la Covid.

Graphique

Graphique montrant la corrélation presque parfaite entre taux de vitamine D dans le sang et risque d’infection

L’un des plus grands experts de la vitamine D au monde, le Pr Michael F. Holick, n’a pas caché son enthousiasme :

« Si vous êtes carencé en vitamine D, vous avez 54 % de risque en plus d’être infecté, comparé à ceux qui ne sont pas carencés.

C’est vrai pour tous les âges, toutes les ethnicités et pour toutes les latitudes aux Etats-Unis, dans les 50 Etats.

Donc que vous soyez en Californie, en Floride ou en Alaska, ce résultat reste vrai »[9].

Des chercheurs israéliens ont trouvé exactement le même résultat[10].

Sur près de 8 000 patients testés, ceux qui avaient un taux « acceptable » de vitamine D (supérieur à 30 ng/mL) avaient moitié moins de risques d’être positif à la Covid que ceux qui étaient en carence, avec un taux inférieur à 30ng/mL.

Mêmes conclusions, également, pour des chercheurs suisses : « la supplémentation de Vitamine D pourrait être une mesure utile de réduction du risque d’infections »[11].

Encore une fois, ce n’est PAS une surprise.

Les scientifiques connaissaient déjà l’efficacité de la vitamine D contre les infections respiratoires.

En 2017, une revue d’études publiée dans le British Medical Journal avait recensé 25 essais cliniques contre placebo, comportant plus de 11 000 participants[12].

Leur conclusion était claire et nette : parmi les personnes les plus carencées en vitamine D, celles qui ont eu la chance de recevoir des doses suffisantes de vitamine D tous les jours avaient un risque diminué de moitié (de 47 % exactement) d’attraper une infection respiratoire.

La Covid étant une infection respiratoire, il y avait toutes les chances que ça marche aussi !

Alors pourquoi ce silence ASSOURDISSANT, mesdames et messieurs les politiques et les journalistes ?

Et je n’ai pas fini :

En PRÉVENTION (2) : la vitamine D réduirait la gravité de la maladie !

Bien sûr, un bon taux de vitamine D dans le sang n’est pas une protection à 100 % contre les infections.

Mais même si vous êtes infecté, cela vous protègerait aussi contre les formes graves !

Reprenons l’étude israélienne dont je vous parlais.

Eh bien parmi les cas positifs, ceux qui avaient un taux acceptable de vitamine D ont eu moitié moins de risque d’être hospitalisés ! 

Des résultats similaires ont été publiés dans le journal Nutrients en août dernier, avec des patients allemands[13].

Les patients très gravement carencés en vitamine D (moins de 12 ng/mL) avaient 6 fois plus de risques d’être intubés que les autres, et 15 fois plus de risques de mourir !

C’est particulièrement bien illustré par le graphique ci-dessous :

En rouge, les patients carencés en vitamine D, en bleu les patients ayant un bon taux de vitamine D dans le sang : 6 fois plus d’intubation et 15 fois plus de décès chez les carencés

Dans le monde entier, les chercheurs ont trouvé le même genre de résultats !

Dans une étude iranienne[14], les patients Covid carencés en vitamine D (moins de 30 ng/mL) avaient un risque de mourir trois fois plus élevé que ceux qui avaient un bon taux de vitamine D dans le sang (supérieur à 40 ng/mL).

Mêmes observations en Italie[15], au Royaume-Uni[16], en Belgique[17] et au Mexique[18].

Reconnaissez que cela fait beaucoup !

Bien sûr, il faut reconnaître que les patients carencés en vitamine D ont probablement d’autres problèmes de santé, qui les rendent plus vulnérables à la Covid.

Mais cela n’explique pas tout… d’autant qu’on a même une étude randomisée, en double aveugle !

En TRAITEMENT (3) : incroyables résultats d’une étude espagnole randomisée !

Les résultats de la première étude randomisée sont tout simplement extraordinaires.

Des chercheurs espagnols ont séparé en deux un groupe de 76 patients hospitalisés pour Covid[19] :

  • Les deux tiers ont reçu des doses importantes d’un analogue de la vitamine D3 ;
  • Un tiers a reçu un simple placebo.

Résultat :

  • Dans le groupe « placebo », la moitié (50 %) des patients sont partis en réanimation ;
  • Alors que dans le groupe « vitamine D», c’était le cas de 2 % seulement !

Mieux : aucun patient du groupe vitamine D n’est décédé, contre 8 % du groupe placebo !

Mesdames et messieurs des autorités de santé, que vous faut-il de plus ???

Au lieu de répandre la panique, de menacer de reconfiner les maisons de retraite ou de tuer les petits restaurateurs, pourquoi ne pas commencer par donner de la vitamine D ??

C’est d’autant plus choquant qu’on pourrait sans doute obtenir des résultats encore meilleurs, avec d’autres molécules naturelles précieuses pour le système immunitaire, comme le zinc[20], la vitamine C ou le magnésium !

Une petite étude à Singapour en témoigne.

Les patients hospitalisés à qui on a donné de la vitamine D, du magnésium et de la vitamine B12 ont été 18 % seulement à avoir besoin d’oxygène, contre 61 % chez ceux qui n’ont pas reçu ces vitamines et minéraux élémentaires[21] !

Une étude récente a recensé 6 vitamines (D, A, C, B9, B6, B12) et 4 minéraux (Zinc, Fer, Cuivre, Sélénium) précieux pour le système immunitaire.

Eh bien les pays européens qui connaissent le plus de déficits en D, C, B12, et en Fer ont un risque plus élevé d’incidence et/ ou mortalité de COVID[22].

C’est pourquoi je recommande à tout le monde, depuis le début de l’épidémie, de prendre un bon complément de multivitamines !

C’est du simple bon sens : moins notre organisme est carencé en vitamines et minéraux, plus il sera fort et résistant face aux infections !

Mais dans notre monde de fou, on ne vous parle que de masques, de confinement ou de vaccins !!

Alors qu’on a sous la main des solutions simples, peu coûteuses et ultra-prometteuses !

S’il vous plaît, faites circuler ce message à TOUS vos contacts.

Il faut en finir avec cette absurdité médicale ! Il faut briser le mur du silence !

Sources

[1] https://www.insider.com/fauci-takes-recommends-vitamin-d-and-c-supplements-immunity-boost-2020-9

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27861708/

[3]https://torino.repubblica.it/cronaca/2020/03/26/news/coronavirus_studio_dell_universita_di_torino_assumere_piu_vitamina_d_per_ridurre_il_rischio_di_contagio-252369086/?ref=RHPPTP-BH-I252393293-C12-P5-S4.4-T1

[4]https://www.foxnews.com/opinion/former-cdc-chief-tom-frieden-coronavirus-risk-may-be-reduced-with-vitamin-d

[5]https://www.preprints.org/manuscript/202003.0235/v1

[6] http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-vitamine-d-et-covid-19/

[7] https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0239252

[8] https://www.grassrootshealth.net/blog/new-study-shows-53-lower-covid-19-positivity-rate-among-higher-vitamin-d-levels

[9] https://www.boston25news.com/news/health/boston-university-study-finds-vitamin-d-reduces-covid-19-risk/JYRFEMYN7JC33IQ4JTSLY5JY6U/

[10] https://febs.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/febs.15495

[11]https://www.mdpi.com/2072-6643/12/5/1359/htm

[12]https://www.bmj.com/content/356/bmj.i6583

[13] https://www.mdpi.com/2072-6643/12/9/2757

[14] https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3616008

[15] https://link.springer.com/article/10.1007/s40618-020-01370-x

[16]https://pmj.bmj.com/content/early/2020/09/15/postgradmedj-2020-138712?rss=1

[17]https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.01.20079376v2

[18]https://www.medigraphic.com/pdfs/sanmil/sm-2020/sm201_2za.pdf

[19] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960076020302764?via%3Dihub

[20] https://www.univadis.co.uk/viewarticle/eccvid-2020-lower-plasma-zinc-levels-associated-with-increased-risk-of-death-in-covid-19-patients-729760

[21] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.06.01.20112334v2

[22] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32911778/

73 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

73 commentaires

rose-marie augustin 4 octobre 2020 - 23h58

J’ai lu que la vitamine D prise tous les jours ou toutes les semaines était plus efficace pour prévenir les infections respiratoires que celle prise en ampoule tous les mois ou tous les x mois.
Pourquoi donc cette dernière forme est-elle majoritairement prescrite?

Répondre
DUFOURMANTELLE 5 octobre 2020 - 15h40

Bonjour,
En 1997, une analyse de sang demandée par un cardiologue a révélé un peu trop de cholestérol (LDL), ce qui l’a amené à me prescrire du Tahor 10. Mon médecin d’alors s’est empressé de renouveler chaque mois cette statine. A partir de 2001, progressivement, j’ai souffert de crampes de plus en plus fréquentes et de plus en plus douloureuses et invalidantes. Le médecin m’a fait prendre pendant quelques mois un médicament (des dragées rouge-orangé dont j’ai oublié le nom) sans le moindre résultat. Changement de traitement, on passe à du magnésium (Mag 2), à raison de 2 sachets par jour. Résultat: des digestions complètement détraquées et des crampes toujours plus pénibles. En 2006, le médecin prescrit une analyse de sang demandant entre autres une estimation de ma créatine phosphokinase (CPK) un samedi, jour de congé de mon médecin. Rentré chez moi, un appel téléphonique du laboratoire : on s’assure de mon identité et les questions pleuvent pour savoir quels médicaments je prends. Parvenu au tahor, je suis stoppé net. Ma correspondante, après moult précautions oratoires pas vraiment rassurantes me demande de me présenter à mon cabinet médical dès l’ouverture. Pas rassurant du tout ! le médecin m’attend sur le pas de sa porte. Arrêt immédiat du tahor et rendez vous urgent chez le cardiologue (de plus en plus inquiétant!). On me change de statine, puis analyse de sang un mois plus tard : le résultat a encore empiré : CPK à plus de 4000 (20 fois la normale). JE DECIDE de refuser une continuation des statines. Le cardiologue entre en assez forte colère pour me pousser contre son bureau et lever une main menaçante sur moi. Je me suis sauvé en claquant la porte définitivement sans payer bien sûr. Mon médecin traitant m’apprends que je souffre d’une rhabdomyolyse toxique. Mes souvenirs de grec retiennent mio = muscle et lyse= destruction, mort.. Manque la signification de « rhabdo », mais la mort musculaire m’inquiète toujours plus. En fait, « rhabdo » = rayé. Je traduis: mort des muscles striés ! Mes neurones s’affolent avec la liste des muscles striés. Voilà donc cela la cause de mes crampes, et nous avons tous et toutes justement un muscle strié qui ne peut pas se permettre une seule de ces crampes. Pour mes lecteurs peu au fait de l’anatomie, je précise qu’il s’agit simplement du coeur; excusez du peu !
Que dire à mon épouse pour éviter ou au moins retarder l’affolement ? Comment me sortir de là ? Où trouver de BONS conseils ? Sûrement pas auprès de mon médecin ! Je pose une avalanche de questions à Wikipédia, à Google, et je fais le bilan dans ma tête. Il est impératif que je trouve la solution pour me soigner seul. Je réfléchis encore et je me dis que ne suis probablement pas seul dans ce pétrin. Je reprends mes recherches (mon dieu, que c’est long !) Tout à coup, un nom surgit à l’écran: le Docteur Michel de Lorgeril, cardiologue de son état et chercheur au CNRS. Bingo, c’est du sérieux ! Ce monsieur n’est pas seulement chercheur, il est aussi écrivain, et il n’aime pas, mais alors pas du tout les statines. Voyons au plus vite le contenu : Edifiant ! Ce médecin est pris très au sérieux et les universités de plusieurs états l’invitent pour des conférences un peu partout sur la planète. Bizarre tout de même, il est invité partout, SAUF EN FRANCE ! Déplairait-il à quelqu’un chez nous, quelqu’un ayant un grand pouvoir, pouvoir politique, pouvoir financier ? Voyons qui sont les fabricants de statines, je dois trouver cela sur internet. Eh bien, il y a une belle liste de toutes les statines, avec les noms des laboratoires. AH, voilà mon Tahor ! au fait, revoyons les effets secondaires un peu oubliés : Le labo ne manque pas de culot en notant cette information assez lénifiante : « douleurs musculaires » sans autres précision: C’est un pur scandale : la crampe, c’est connu de tous, mais pas ces crampes là. Bon, Tahor n’est pas français, mais international : on ne doit pas y avoir de problèmes de fin de mois, ici ! Je reviens à mes recherches, sur le net : il y a le cholestérol dans le nourriture. et celui que nous recyclons de « mauvais » à « bon » (environ 80%). Le second ne me paraît facile à atteindre, voyons celui que nous ingérons; ce n’est pas la plus grosse part, mais on peut peut-être la diminuer. Le cholestérol se niche dans de nombreuses graisses, sauf particulièrement celles contenues dans les poissons gras. Je consomme peu de « mauvaises graisses », sauf le beurre, avec les radis de mon jardin que je sème tous les quinze jours , y compris dans la serre en hors saison..
Réduction drastique du beurre et aussi des margarines. Quid des huiles ? Pas si mauvaises que cela, et même indispensables en choisissant celles issues du colza et de l’olive !
Allez, essayons cela quelques mois ! Ah, il y a un problème car je ne peux pas demander trop fréquemment les dosages de mon cholestérol au médecin. Il faut prolonger sensiblement le régime. Les premiers résultats sont en baisse, mais trop légère à mon goût. Que faire de mieux ? Voyons la littérature sur le sujet, dont toujours celle du docteur de Lorgeril. C’est usant, ce temps qui j’ai passé à celà sans vrai résultat. J’ai même consulté une diététicienne à l’hôpital ; je reconnais en elle la fille de la ferme où j’allais chercher mon lait quelques années plus tot. J’écoute poliment ses conseils: elle me récite sa leçon; . A la fin, on cause un peu, et je réalise qu’elle prend l’essentiel de ses repas au fast-food. Aïe, son boulot, c’est son gagne-pain mais pas une vocation ! au revoir, madame..
Un jour, en recherchant sur le net les produits santé, je découvre le son d’avoine, consommé cru dans le yaourt surtout par les dames désireuses de garder le maillot de bain de l’an passé : Consommé ainsi, le son d’avoine se gélifierait dans l’intestin en absorbant l’eau qui s’y trouve et qu’on expulse ensuite. Voilà un truc qui doit avoir un effet très éphémère, et ce n’est pas mon problème.
Je vois plus loin que le son d’avoine consommé cuit absorberait non plus l’eau, mais les graisses dans l’intestin. Intéressant, mais comment faire ? J’ai trouvé une recette sur internet que j’ai aménagée; ce n’est pas un régal, mais on en consomme très peu, et uniquement lors des repas contenant les mauvaises graisses difficilement évitables.
Deux ans plus tard, mes taux de cholestérol sont devenus normaux et durables. Maintenant, je consomme le pain que je confectionne selon une recette trouvée dans un petit livre intitulé « Four grand-mère » de Catherine Tisserant et publié par les « Editions S.A.E.P – 68040 – COLMAR en 1998 -dépot légal 3ème trim. 1998 n° 2 411. Les fours Grand-mère fournissent ce livre avec leurs fours,mais j’ignore s’ils le vendent séparément . Intitulé de cette recette:  » Pain de ménage au levain levure »
Au fil du temps, j’ai, à mon sens, amélioré la recette en remplaçant la farine T 55 par un mélange à parts égales de la T 65 et de la T 110 Bio de chez Carrefour, et diminué la quantité de sel à 40 g. La quantité de levure de boulanger indiquée n’est pas une erreur: il s’agit bien de deux grammes; le tout pour 4,5 kg de pâte répartis en quatre moules acier de 30 x 17 x 7 cm ( dimensions extérieures ) pour un four pyrolyse encastré classique. Toute la partie technique est clairement expliquée en début du livre.
J’espère que mes conseils seront appréciés par beaucoup de lecteurs.

Répondre
Mme Jeanine MAUGAS 6 octobre 2020 - 18h13

j’ai 88 ans, je prends chaque jour 5 gttes de STEROGYL.
voulez-vous me donner votre avis ?Merci

Répondre
Daniel M. 7 octobre 2020 - 15h44

Vous pouvez consulter ce site – produits de conception et production française : https://www.unae.fr/boutique/
https://www.unae.fr/boutique/multivitamines/elite-multivitamines-holistique/
https://www.unae.fr/boutique/multivitamines/essentiel-multivitamines/
https://www.unae.fr/boutique/multivitamines/grossesse-multivitamines/
https://www.unae.fr/boutique/vitamined3/vitamine-d3-vegetale-extraite-du-lichen/
je n’ai aucune action dans cette entreprise, n’étant que client et très satisfait des produits.
Cordialement.

Répondre
andre 12 octobre 2020 - 13h40

bj , vit D et vit C font de bon résultat en prévention ; ; pourquoi on nous dit rien ? parce qu’ils veule faire marcher big pharma et les mondialiste et leur plan de dépopulation comme c’est dit dans un commentaire ; que les français rejoingne le CNTF pour que le ministère de la santé soit remit pour le bien des français ; et tant de choses a refaire ! http://www.conseilnational.fr

Répondre
César Cacdish 17 octobre 2020 - 14h28

Bonjour,
Peut-être auriez-vous déjà répondu à cette demande.
Pourriez-vous nous proposer un bon complément de multi-vitamines ?
Sincères salutations.

Répondre
Marc DELWAIDE 29 octobre 2020 - 19h15

Dans l’article : La vitamine D marche contre la Covid, et on ne vous le dit pas vous parler d’une étude : « Une étude récente a recensé 6 vitamines (D, A, C, B9, B6, B12) et 4 minéraux (Zinc, Fer, Cuivre, Sélénium) précieux pour le système immunitaire »
Pouvez-vous me donner les références. Merci.

Répondre
Claude Mariotti 3 mars 2021 - 1h42

Merci Monsieur Bazin pour tous vos bons conseils. Je me permet un petit ajout. Sur d’autres de vos mails vous spécifiez, avec raison, que si l’on se supplémente en vitamine D3, il faut aussi le faire avec de la vitamine K2. Sur cette page, et sur une autre (« Oléo 3 ») ce n’est pas spécifié je crois. Je pense que c’est important de ne pas l’oublier. L’apport en vitamine D favorise l’absorption du calcium ingéré dans le bol alimentaire. Mais la vitamine D3 ne contrôle pas entièrement où le calcium se dépose. Or vitamine K2 empêche le calcium d’être stocké où ce n’est pas souhaitable, entres autres sur les parois des artères. Des études (dont celle dite « de Rotterdam ») montrent que la consommation de vitamine K2 (si l’on absorbe par exemple 100 microgrammes, mais pas plus de 180) est même associée à une diminution de la calcification des artères. Ce qui est intéressant en particulier pour les anciens fumeurs, comme moi, qui ont des problèmes d’artérite 😉 Merci encore et continuez s’il vous plaît ! Cordialement, C.M.

Répondre
chloroquine coronavirus 4 juin 2021 - 20h43

how safe is hydroxychloroquine aralen buy hcqs medicine

Répondre
Christiane DUPONT-BERGERE 20 février 2022 - 18h16

Bonsoir à tous.
Effectivement je déplore que le gouvernement n’a jamais communiqué depuis 2 ans de crise sanitaire, à faire passer le message
que la vitamine D est un atout primordial pour éviter d’attraper la Covid, voire même l’hospitalisation.
Cela aurait évité très certainement un nombre important d’hospitalisations, de de morts.
La vitamine D est essentiel pour les os. Je vous recommande vivement la vitamine D3 Ultra vegan du laboratoire Holistica. J’ai 65 ans, et je la prends depuis plus de 2 ans, et je suis en excellente santé, pas de rhume, pas de bronchite, et je n’ai même pas été vaccinée contre la grippe.

Répondre
1 4 5 6

Laissez un commentaire