Encore des leçons magistrales du Dr Cathcart, le « père » des mégadoses de vitamine C par voie orale

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Jusqu’où vont les bienfaits exceptionnels de la vitamine C ?

Avec le Dr Cathcart, on a vu ses effets spectaculaires sur les rhumes, les grippes, les hépatites, les pneumonies ou les mononucléoses – à condition de prendre les bonnes doses1.

Mais la liste ne s’arrête pas là !

Je rappelle que le Dr Cathcart a soigné plus de 20 000 patients avec des mégadoses de vitamine C.

Son retour d’expérience nous offre donc un excellent panorama du potentiel de la vitamine C.

Ses conclusions sont d’autant plus crédibles qu’elles sont en parfaite harmonie avec les études scientifiques sur le sujet2… ainsi qu’avec l’expérience des autres médecins qui ont pratiqué les mégadoses de vitamine C3.

Ainsi, il est intéressant de savoir que le Dr Cathcart a constaté les bienfaits de mégadoses de vitamine C sur des infections aussi diverses que :

  • La scarlatine, dont il dit qu’elle est « la maladie la plus facile à guérir au monde – balayée en quelques heures avec de la vitamine C en intraveineuse» ;
  • Les bronchectasies et ses infections chroniques des poumons;
  • L’herpès (une infection contre laquelle il prescrivait aussi du zinc et de la lysine) ;
  • Le zona (qu’il soignait avec des injections de vitamine C et de vitamines B) ;
  • Et les angines bactériennes (il continuait toutefois de prescrire des antibiotiques, en plus de la vitamine C, pour éviter les mauvais procès).

Voici également une excellente nouvelle pour tous les parents qui se débattent avec les otites chroniques de leurs enfants. Je cite le Dr Cathcart :

« Une des maladies spectaculaires à éliminer est l’otite moyenne chronique.

Les enfants arrivent à mon cabinet en ayant vu de nombreux médecins, pris beaucoup d’antibiotiques et d’autres médicaments.

Après une semaine de doses massives d’acide ascorbique, ils sont guéris – l’otite est partie.

Jusqu’à aujourd’hui – je touche du bois – je n’ai pas connu un seul cas d’otite moyenne chronique que des doses massives d’ascorbate n’ont pas réussi à soigner. »4

Bref, les mégadoses de vitamine C sont utiles – voire salvatrices – dans tous les cas d’infections virales ou bactériennes.

Et le plus beau, c’est que le Dr Cathcart n’a jamais observé d’effet négatif de ces mégadoses de vitamine C.

« Je dois vous avouer que, avec toute mon expérience dans l’utilisation de l’acide ascorbique par voie orale et de l’ascorbate de sodium en intraveineuse, je ne sais pas ce que pourrait être une dose toxique.

Personnellement, je me suis déjà perfusé 180 grammes de vitamine C pendant 8 heures et je me suis senti très bien.

Certes, il est toujours possible qu’à une certaine dose, elle puisse causer des problèmes – boire trop d’eau peut aussi causer des problèmes – mais dans mon expérience, la vitamine C est parfaitement ‘non-toxique’ au sens usuel du terme »5.

La vitamine C a donc tout de cette « panacée originelle » décrite par le Dr Levy dans son livre de référence.

Mais attention : ce n’est pas un remède « magique » pour autant.

Et le Dr Cathcart en était parfaitement conscient :

Extraordinaire, oui, mais ce n’est PAS une « potion magique » !

D’abord, le Dr Cathcart a observé qu’il y avait une forme d’infection sur laquelle la vitamine C ne fonctionnait pas : il s’agit des infections fongiques (liées à des champignons).

C’est pour moi la preuve que ce médecin était parfaitement lucide sur les effets de la vitamine C.

Quand il observe qu’elle ne fonctionne pas, il le dit clairement – et c’est donc le cas pour les infections fongiques, sur lesquels la vitamine C ne semble pas avoir d’effet direct.

Le Dr Cathcart reconnaît aussi que la vitamine C, en prévention, n’est pas toujours un bouclier efficace à 100 % contre les infections hivernales – en tout cas pas pour tout le monde.

Certes, nombreux sont les patients du Dr Cathcart qui lui ont juré ne plus jamais avoir de rhumes depuis qu’ils prennent de la vitamine C en prévention.

Cela rejoint l’expérience de mon ami le Dr Labrèze, qui ne « ne sait plus ce que c’est qu’un rhume » depuis qu’il prend 10 à 15 grammes de vitamine C par jour.

Le Dr Cathcart lui-même s’est rendu compte qu’il tombait nettement moins malade quand il a commencé à se supplémenter en vitamine C.

Mais dans son cas – et il n’est pas le seul – ce risque n’est pas tombé à zéro :

« Je suis la dernière personne au monde qui prétendrait que vous n’attraperez jamais un rhume en prenant de hautes doses préventives de vitamine C.

Moi-même il m’arrive d’avoir des rhumes (Nda : il prenait plus de 10 grammes de vitamine C tous les jours, toute l’année).

Mais je parviens à bloquer les symptômes en prenant de la vitamine C »6.

Donc, en prévention, même des mégadoses quotidiennes n’empêchent pas totalement d’attraper un syndrome grippal.

Je peux aussi en témoigner personnellement : j’ai attrapé un Covid alors même que cela faisait quelques semaines que je prenais 10 à 15 grammes de vitamine C par jour (je voulais faire le test, sur 3-4 mois).

Cela dit, ce Covid n’a duré que 24 heures au total, une durée beaucoup plus courte que le premier !

Mon expérience rejoint donc parfaitement les études qui ont montré que la vitamine C préventive, même lorsqu’elle échoue à vous éviter un rhume, parvient tout de même à en raccourcir la durée7.

Donc, pour certains, la vitamine C peut être un bouclier à 100 % contre les virus de l’hiver – mais pas pour tout le monde.

Et pour finir, voici encore une autre preuve de la lucidité et de l’objectivité du Dr Cathcart.

Dans sa pratique, il a observé que la vitamine C se contente parfois d’effacer les symptômes, sans éradiquer l’infection.

C’est déjà très bien d’éviter de se sentir en piteux état, mais cela ne veut pas dire que le virus a été anéanti.

Prenons l’exemple d’un gros rhume : le Dr Cathcart a observé que de bonnes doses de vitamine C plusieurs fois par jour permettent de passer la semaine entière sans le moindre symptôme (fièvre, nez qui coule, etc.).

Mais cela ne signifie pas que l’infection a immédiatement « disparu » pour autant.

En effet, le Dr Cathcart a constaté que les symptômes du rhume pouvaient revenir en cas d’arrêt brutal de la vitamine C, par exemple après 2 ou 3 jours.

Et c’est une bonne raison de ne jamais arrêter la vitamine C trop tôt !

Même si vous vous sentez bien, il faut toujours réduire la vitamine C progressivement.

Cela rejoint parfaitement les observations du Dr Klenner : quand sa propre fille a eu la rougeole, il a constaté qu’il réussissait à supprimer ses symptômes avec un gramme de vitamine C toutes les deux heures, par voie orale. Mais il a vu de ses yeux, aussi, que la maladie revenait dès que sa fille arrêtait d’avaler sa vitamine C – et cela pendant plusieurs semaines!

C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles le Dr Klenner a arrêté de donner la vitamine C par la bouche et s’est mis à l’administrer systématiquement par injection, qu’il jugeait plus puissantes et plus fiables.

Bref, avec des mégadoses orales, il faut bien être conscient que la vitamine C n’est pas toujours « virucide ».

Mais si l’on en croit l’expérience du Dr Cathcart, elle vous permet de vivre votre infection « comme si de rien n’était », ce qui est déjà énorme !

Et ce n’est pas tout ce que la vitamine C peut faire pour vous.

Voici les autres problèmes de santé sur lesquels le Dr Cathcart a constaté des effets.

Mal de dos, dépression, intoxications alimentaires…

Selon le Dr Cathcart, les mégadoses de vitamine C ont pu réduire le mal de dos chez certains de ses patients9.

Cela peut paraître étonnant, jusqu’à ce qu’on se rappelle que la vitamine C a une fonction essentielle dans la fabrication du collagène – et que les hernies discales peuvent être liées à un défaut de production du collagène.

Par ailleurs, dans l’expérience du Dr Cathcart, la vitamine C peut aider certains patients qui souffrent de dépression10.

Ce n’est pas non plus surprenant quand on sait que les premiers symptômes du scorbut – la maladie de la carence grave en vitamine C – sont la fatigue et les troubles de l’humeur.

Des études randomisées contre placebo l’ont d’ailleurs confirmé : chez les personnes âgées hospitalisées, 1 gramme par jour de vitamine C suffit pour réduire stress et déprime11.

Le Dr Cathcart a aussi observé que des doses massives de vitamine C sont très utiles contre les intoxications alimentaires (et même les gastro)12.

Là non plus, ce n’est pas très étonnant quand on sait à quel point la vitamine C est efficace pour neutraliser les toxines – y compris les toxines mortelles des amanites phalloïdes13 !

Encore faut-il ne pas avoir peur des effets laxatifs habituels de la vitamine C à haute dose. Aussi surprenant que cela puisse paraître, en cas d’intoxication alimentaire, la vitamine C « ne renforce pas la diarrhée, elle tend à la diminuer », nous dit le Dr Cathcart !

Voilà.

Il me reste à vous parler des observations étonnantes du Dr Cathcart sur les allergies et l’asthme, mais j’y consacrerai une lettre entière, car il existe aussi des études scientifiques qui confirment l’intérêt de la vitamine C.

A tous points de vue, Dr Cathcart était un médecin génial et courageux.

Il a essayé une nouvelle thérapie et fait confiance à ses propres observations, sans avoir peur des dogmes médicaux ni du « qu’en dira-t-on ».

Merci pour tout, cher Dr Cathcart – grâce à vous, nous pouvons tous profiter de vos découvertes pour mieux nous soigner avec la vitamine C.

Bonne santé,

Xavier Bazin

Sources

 

[1] https://www.xavier-bazin.fr/les-bonnes-doses-de-vitamine-c-contre-une-infection-cest-beaucoup-plus-que-ce-que-je-croyais/

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28353648/

[3] https://www.xavier-bazin.fr/retour-en-arriere-comment-lun-des-medecins-les-plus-importants-du-20eme-siecle-a-decouvert-la-puissance-de-la-vitamine-c/

[4] https://omarchives.org/video-cathcart/

[5] Ce qui rejoint parfaitement l’expérience de l’autre pionnier de la vitamine C, le Dr Frederic Klenner : « J’ai donné des doses massives de vitamines à plus de 10 000 personnes sur une période de plus de 30 ans, et je n’ai jamais observé d’effet indésirable. Les seuls effets que j’ai observés étaient bénéfiques ». https://isom.ca/wp-content/uploads/2020/02/JOM_2007_22_1_06_Taking_the_Cure_-_Hidden_in_Plain_Sight_The_Pioneering-.pdf

[6] https://www.mv.helsinki.fi/home/hemila/CP/Luberoff_1978_ch.pdf

[7] https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD000980.pub4/full

[8] https://www.mv.helsinki.fi/home/hemila/CP/Klenner_1953_VitCAntibiotic.pdf

[9] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7321921/

[10] https://omarchives.org/video-cathcart/

[11] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20688474/, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23885048/

[12] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7321921/

[13] https://www.xavier-bazin.fr/la-triste-histoire-du-docteur-bastien/

15 Commentaires

Sources

Partager

S'abonner

15 réponses

  1. Bonjour,
    Ne dit on pas qu’au delà d’une certaine dose la vitamine C par voie orale n’est plus assimilée par l’organisme et que c’est pour cela qu’on a fait la lyposomale. Est-ce à dire que c’est la seule forme orale (beaucoup plus cher) qui soit valable?

  2. Bonjour : je porte intérêt aux études que vous publiez mais j’aimerais connaître les doses à s’administrer par exemple : si rhume, grippe, mal au dos, maladie de Raynaud ?) merci pour votre réponse ! Bien cordialement

  3. merci pour toutes ces informations qui peuvent nous maintenir en bonne santé, je prends personnellement plusieurs grammes d’acide L-ascorbique (E300) par jour. Merci à vous.

  4. Mégadoses de Vi.C ? où les trouvent-t’on, sous qu’elles noms, alors que nous n’avons jamais cru tout cela, tous cela pendant nos études (celles de mes très lointaines, les 91e années de vie !!
    Je croyais tout savoir et réapprends m’être trompé !

  5. Très intéressant.
    J’ai lu qu’à haute dose la vitamine C pouvait causer des lithiases urinaires et ainsi augmenter considérablement le risque de colique néphrétique.

  6. j ai toujours mal au dos je soufre teriblement auriez vous svp un medicament pour eviter de soufrir je reglerai par cheque a bientot le plaisir de vous lire hospital jc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *