Comment Gilead a caché la dangerosité de son médicament anti-covid

Dans ma dernière lettre, j’ai commencé à vous raconter l’incroyable histoire du « match » entre le remdésivir et la chloroquine, entre le laboratoire Gilead et l’IHU du Pr Raoult, entre Big Pharma et la médecine de bon sens.

L’affaire est passionnante, sidérante mais aussi très grave.

Car Big Pharma et Gilead viennent de gagner la première manche.

Il y a quelques jours, ils ont obtenu l’autorisation de mise sur le marché de leur médicament hors de prix, le remdésivir.

Ce médicament a beau être toxique et globalement inefficace, c’est désormais le seul traitement autorisé contre le Covid-19 en France, en Suisse, dans l’Union européenne en général et aux Etats-Unis.

Cela veut dire que vous risquez désormais de recevoir des injections intra-veineuses de ce médicament, si vous avez le malheur d’être infecté et hospitalisé pour le Covid-19.

Pendant ce temps, en Inde, en Chine, en Corée du Sud, au Maroc, en Algérie, au Brésil et dans beaucoup d’autres pays, la plupart des médecins soignent leurs malades avec le protocole du Pr Raoult ou des traitements naturels, avec des résultats très satisfaisants.

Mais dans le monde médical, depuis janvier dernier, tout a été fait pour dénigrer l’hydroxychloroquine à 5 euros la boîte…

…et tout a été fait pour pousser le remdésivir, à 2 000 euros le traitement.

La semaine dernière, je vous ai raconté comment les dés ont été pipés en faveur du remdésivir de Gilead dès le départ.

En France, ce médicament a été recommandé par le Haut Conseil à la Santé publique dès le 5 mars dernier, alors qu’on n’avait pas le moindre début de preuve de son efficacité.

Trois semaines plus tard, nos autorités interdisaient aux médecins de ville de prescrire l’hydroxychloroquine, alors que c’était un médicament aux résultats prometteurs et aux effets indésirables parfaitement maîtrisés !

C’est totalement absurde et condamnable.

Car le remdésivir est un médicament inefficace… et très toxique :

INEFFICACE : même ceux qui sont payés par Gilead le reconnaissent !

C’est la Pr Karine Lacombe qui l’a avoué devant la commission parlementaire de l’Assemblée Nationale le 25 juin dernier : le remdésivir ne sauve pas de vies.

On peut être sûr qu’elle dit la vérité sur ce point, car Karine Lacombe a touché des sommes énormes de Gilead et d’autres laboratoires pharmaceutiques comme Abbvie.

Pour vous dire à quel point cette experte est biaisée en faveur du remdésivir depuis le début, voici ce qu’elle avait expliqué à la télévision le 24 mars dernier :

« On a mis en place beaucoup plus rapidement que prévu les essais qu’il fallait et on montrera très rapidement que la chloroquine ne marche pas et que d’autres marchent »[1]. »

Contre toute évidence à l’époque, elle était certaine que la chloroquine ne « marcherait pas »… et elle était tout aussi certaine d’autres médicaments seraient efficaces… le remdésivir et le Kaletra, des médicaments produits par Gilead et Abbvie, qui sont des laboratoires dont elle a touché de l’argent !

Mais… patatras, ces deux médicaments se sont révélés inefficaces.

Devant la commission parlementaire, Karine Lacombe a été obligée de le reconnaître :

« Malheureusement, nous n’avons pas encore de traitement ayant fait ses preuves chez les patients montrant des signes de gravité, c’est-à-dire nécessitant une hospitalisation »[2].

Elle a précisé que le remdésivir pourrait réduire la durée d’hospitalisation, mais en reconnaissant que ce n’est pas une grande avancée :

« En tant que clinicienne, garder le patient à l’hôpital cinq jours de plus ne me gêne pas, s’il guérit.

Ce qui m’importe, c’est de savoir si la molécule a un effet sur la mortalité. Or à ce jour les données publiées ne montrent pas d’effet du remdésivir sur la mortalité. »

Et en effet, en plus de Discovery, deux grandes études ont conclu à son inefficacité : une étude chinoise publiée dans The Lancet[3]. fin avril, et une étude américaine publiée dans le NJEM[4].fin mai.

Pour les médecins qui ont gardé un peu de bon sens, c’était parfaitement prévisible.

Car le remdésivir est un anti-viral, et les anti-viraux ne fonctionnent que lorsqu’ils sont donnés très tôt, dès le début de l’infection.

« Nous le savons depuis la grippe : le Tamiflu, mis au point par Gilead, n’est efficace que pendant les deux premiers jours », avait rappelé le Pr Raoult devant la même commission d’enquête[5].

Peut-être que le remdésivir pourrait être efficace si on le donnait aux patients au tout début de l’infection.

Mais c’est impossible en pratique, car il doit être injecté en intra-veineuse, donc à l’hôpital.

Et surtout, il serait fou de le donner à des patients très tôt, donc à des patients « peu malades », car c’est un médicament extrêmement toxique :

TOXIQUE : c’est évident mais ils ont tout fait pour le cacher !

Depuis les premiers essais cliniques du remdésivir sur Ebola, on sait que ce médicament est toxique pour les reins.

Tout récemment, une étude française en a donné une illustration spectaculaire.

Cette étude a décrit ce qui est arrivé à des patients gravement malades et traités par remdésivir à l’hôpital Bichat à Paris[6].

Sur 5 patients qui ont reçu ce médicament :

  • 2 patients ont eu une insuffisance rénale grave, à tel point qu’ils ont dû être placés sous dialyse ;
  • 2 autres patients ont dû arrêter le traitement car l’état de leur foie était en train de se dégrader rapidement.

Donc 80 % des patients ont dû arrêter le remdésivir pour cause d’effet indésirable grave… et la moitié d’entre eux ont dû recevoir un nouveau rein !

Et c’est ce traitement que l’Union européenne, les États-Unis et la France viennent d’autoriser contre le Covid-19 !!!

En Inde, un responsable du Ministère de la Santé s’est aussi inquiété récemment des dégâts du remdésivir :

« Nous avons reçu de multiples rapports d’hôpitaux publics et privés de patients traités par remdésivir et ayant souffert d’élévation de marqueurs sanguins qui peuvent conduire à une insuffisance rénale »[7].

Mais Gilead a réussi à masquer les effets secondaires dans son étude « phare » parue dans le NJEM – l’étude qui a conduit les autorités de santé à autoriser le remdésivir.

Maquiller les effets indésirables est un grand classique de Big Pharma – je vous avais raconté comment des « experts » achetés l’industrie pharmaceutique avaient maquillé les tentatives de suicide causées par le Prozac, en évitant soigneusement de les mentionner dans leur rapport, et en parlant à la place de « cas de surdose de médicament »[8].

Dans le cas du remdésivir de Gilead, c’est le détective Raoult qui a découvert le pot-aux-roses.

Dans une vidéo publiée le 6 juin dernier, il explique comment l’étude « phare » sur le remdésivir a pu conclure à son absence d’effets indésirables sérieux[9] :

« Dans les effets secondaires, les auteurs de l’étude font un truc que j’ai jamais vu, ils mélangent l’insuffisance rénale avec la constipation et la nausée.

Quand vous comparez le groupe placebo avec le groupe qui a eu du remdésivir, il n’y a pas de différence significative quand vous additionnez tous ces effets secondaires.

Mais il y a une différence significative quand vous ne prenez que l’insuffisance rénale – plus nombreuses dans le groupe remdésivir évidemment. »

C’est sidérant non ?

Grâce à un tour de passe-passe statistique, les auteurs de l’étude peuvent conclure qu’il n’y pas de différence significative entre le nombre d’effets indésirables du groupe placebo et celui qui a reçu le remdésivir…

…alors que quand on creuse les chiffres, on voit que le médicament a causé davantage d’insuffisances rénales, ce qui est très grave !

C’est la preuve, une fois de plus, que des experts biaisés ou de mauvaise foi peuvent faire dire ce qu’on veut aux chiffres.

Et c’est exactement ce qui s’est passé « pour » le remdésivir et « contre » la chloroquine.

Pourquoi, comment ? Quel était leur intérêt ?

Ces experts ont-ils été « achetés » par Big Pharma ?

Existe-t-il encore des experts impartiaux ? A qui peut-on encore faire confiance ?

Je répondrai à ces questions dans ma prochaine lettre !

Sources

62 Commentaires

Sources

Haut de page

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

62 commentaires

castor vinuesa 29 juillet 2020 - 6h34

il me semble que votre medecin peux vous prescrire ce q il veux…et malheureusement la ou sont prescrits ces medicaments les resultats ne sont pas helas tres efficaces……helas….

Répondre
Jault Burford 29 juillet 2020 - 6h41

Bonjour
Très surprise en vous lisant de voir que les personnes atteintes du covid en insuffisance rénale ont été greffés !!! Dans la vie courante les insuffisants rénaux attendent des mois avant de pouvoir obtenir un rein!???????? Vous perdez vraiment en crédibilité…….
Cordialement

Répondre
MONIQUE BOROPERT 29 juillet 2020 - 6h53

Ça fait peur… merci de votre courage.

Répondre
nicole CHADID 29 juillet 2020 - 7h13

C’est quand même incroyable que la santé des gens soit liée à des gros problèmes d’argent. Peut-on refuser d’être traité avec ce médicament ou bien nous l’impose-t-on ?

Répondre
LEFEBVRE 29 juillet 2020 - 14h48

On peut parfaitement refuser. En tout état de cause, il n’a que peu d’efficacité reconnue et a peu de chance de vous être proposé en dehors d’essais cliniques.

Répondre
Sabadie Marie-Odile 29 juillet 2020 - 8h06

Si on tombe malade, peut-on exiger d’être traitée à l’hydroxychloroquine ?

Répondre
LEFEBVRE 29 juillet 2020 - 14h45

NON, vous ne pouvez pas imposer à un médecin de vous prescrire de l’hydroxychloroquine ni aucun autre médicament, il est totalement libre de ses prescriptions et s’il prescrit un médicament hors AMM, il engage sa responsabilité professionnelle de la même façon que votre garagiste s’il répare votre voiture sans respecter les règles de l’art.

Répondre
Hellen 29 juillet 2020 - 8h20

Bonjour, Je n’ai pas eu corona… machin… par contre, j’ai 74 ans, je suis en bonne santé… mais j’ai toujours été fragile du foie… ce qui fait que je m’inquiète, car si, par malheur, j’ai bien dis par malheur, cela m’arrivait de l’avoir… je refuserai ce traitement qui ne veut au final que la mort des Français… et ça, ceux qui ne l’ont pas encore compris, sont à plaindre… et si je veux l’autre traitement du Professeur Raoult… comment faire pour passer outre, ou autrement dit : « comment contacter le Professeur Raoult et avoir son traitement?????? Merci d’avance de votre réponse… petite anecdote… « j’ai fais partie d’une génération qui a eu des vaccins obligatoires pour aller à l’école… à chaque vaccination, ma fièvre montait presque à 42 degrés et le médecin avait fini, par me signer les ordonnances comme si j’avais été vaccinée, alors qu’il refusait de me vacciner au vu des effets secondaires… à l’époque les médecins signaient les ordonnances, car il n’y avait pas de « carnet de santé » qui ont été inventés plus tard… j’en ai eu pour mes enfants… ou alors, il faudra à l’heure actuelle que je fasse tous les médecins de ma région pour savoir lequel me signerait des ordonnances sans me vacciner, en mettant la vignette collée sur l’ordonnance et le vaccin dans les toilettes???!!! merci de votre réponse…!!!

Répondre
LEFEBVRE 29 juillet 2020 - 14h38

Votre médecin n’a aucune raison de faire des « faux » en écriture, il lui suffit de faire un certificat de contre-indication, s’il estime que votre état de santé le justifie.

Répondre
Gérard BRAY 29 juillet 2020 - 8h28

Je suis contre BIG PHARMA.

Répondre
Nicolas Widmer 29 juillet 2020 - 8h38

Bonjour, Ceci est tellement énorme qu’une large pétition contre cette corruption évidente est réellement nécessaire. Transparancy International et Anticor devraient être sensibilisés à cette situation afin de porter plainte contre ces décideurs !
Ne serait-il pas utile de mobiliser tous les médecins qui ont soigné avec le protocole Raoult ?
Mais en toute situation de ce style il faut agir contre ! C’est une question de santé publique !
Cordialement,
Nicolas WIDMER

Répondre
Philippe Lévi 29 juillet 2020 - 12h29

faites donc !

Répondre
Maflor 29 juillet 2020 - 8h47

Bonjour, Dans votre lettre reçue ce 29 juillet, vous citez des faits comme s’ils étaient du jour. Or, vos données datent du 29 mai. Comment la situation a-t-elle évolué depuis? Y a-t-il des groupes de médecins, des associations ou autres personnes qui ont pu approfondir le sujet et nous montrer des pistes pour lutter contre une pareille perversité, soit médicales, soit politiques, soit économiques ou juridiques.
Une fois que nous dénonçons les faits et que nous avons traversé la désolation, il s’agit de se dresser avec des forces qui surprendront l’adversaire!

Répondre
Michelle LOPEZ 29 juillet 2020 - 9h02

Il n’existe pas de pétition contre cela ?????

Répondre
1 2 3 6

Laissez un commentaire