Campagne hépatite B en 1994 : les autorités et labos ont créé la peur de toutes pièces, pour pousser à la vaccination

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Nous sommes le 6 juillet 1994.

Le ministre de la Santé de l’époque, Philippe Douste-Blazy, est invité au journal de « 20h ».

L’air grave, il lâche cette énormité :

« L’hépatite B, c’est un des risques infectieux majeurs de cette fin de siècle »[1].

Et il ajoute : « C’est une maladie très fréquente, plus de 5 % de la population française a été au moins une fois en contact avec ce virus ».

Dans la foulée, il annonce la vaccination généralisée et gratuite dans les collèges.

C’est ainsi qu’a été lancée une campagne de peur, en vue d’une vaccination de masse.

Cela vaut la peine de se replonger dans ce qui s’est passé à l’époque.

L’histoire de la vaccination de masse contre l’hépatite B est INVRAISEMBLABLE, mais PASSIONNANTE.

Et il y a des points communs très révélateurs avec la vaccination de masse anti-Covid.

Pour le Covid-19, la « fabrique de la peur » était facile.

On avait affaire à un virus très contagieux et objectivement dangereux pour certaines personnes : les plus de 70 ans en mauvaise santé, les personnes souffrant d’obésité morbide ou encore les immunodéprimés.

Après la sidération causée par les confinements, il était très facile de terroriser la population.

Il ne restait plus qu’à faire croire (faussement) :

  • Que le virus était dangereux pour tout le monde, même les jeunes, et que n’importe qui pouvait se retrouver en réanimation ;
  • Et qu’il n’y avait aucune possibilité de se protéger du virus : ni en prévention (vitamine D) ni en traitement (ivermectine, protocole Raoult…).

Bref, pour inciter à la vaccination de masse, il suffisait de faire croire qu’avoir le Covid-19 était une sorte de roulette russe. Qu’on avait tous des risques élevés de finir à l’hôpital en cas d’infection.

Pour l’hépatite B, c’était assez différent.

Pour cette maladie-là, réussir à terroriser la population relevait de l’exploit.

Car c’est une maladie dont le grand public n’avait jamais entendu parler.

La plupart des gens n’avaient jamais connu un seul cas d’hépatite B dans leur entourage.

Et la plupart des médecins et soignants n’avaient jamais connu un seul cas grave (sachant que l’hépatite B est bénigne dans plus de 95 % des cas).

Et pourtant, ils ont tellement bien réussi à faire peur…

…que 30 millions de Français se sont fait vacciner contre l’hépatite B, en quelques années !

Tenez-vous bien : des millions de retraités paisibles sont aussi allés se faire vacciner… contre une maladie qui frappe essentiellement des jeunes de 20 à 40 ans appartenant à des populations marginalisées comme les toxicomanes ou les prostitués !

Incroyable, non ?

Voici comment ils ont fait :

Une propagande éhontée, diffusée sur toutes les ondes

Après le passage du ministre de la Santé Douste-Blazy au 20h, les Français ont subi une intense campagne de communication.

À la télévision, un spot publicitaire est revenu fréquemment.

On y voit des jeunes mettre un casque et se lancer à vélo dans les montagnes… comme si l’hépatite B s’attrapait n’importe où, n’importe comment.

Il y avait de nombreux spots à la radio aussi. La direction générale de la santé s’est même alliée avec le « doc » de Fun Radio pour « sensibiliser » les jeunes à l’hépatite B et à la vaccination[2].

C’est d’ailleurs dans l’émission « Lovin’Fun » que Philippe Douste-Blazy annoncera le remboursement à 100 % du vaccin.

À l’époque, presque tout le monde est sur le pont pour promouvoir le vaccin.

Le corps médical, bien sûr, aussi enthousiaste qu’intéressé (les vaccinations sont des actes rémunérés…).

Les revues médicales françaises, les associations de patients (SOS hépatite) et l’assurance maladie ont également été très actives.

On a même vu s’impliquer des acteurs les plus divers comme :

  • La Fédération française de football, en lien avec le laboratoire Pasteur-Mérieux, qui a diffusé un message « l’hépatite B hors-jeu, protège-toi, vaccine-toi»[3]
  • Les enseignants, via notamment les « manuels de SVT qui, depuis cette époque, promeuvent sans aucune réserve la vaccination contre l’hépatite B»[4]
  • Et même les fédérations de parents d’élèves, comme la FCPE, qui s’est indignée que la vaccination ne soit financée « que » dans les classes de 6ème, et non dans toutes les classes du collège[5].

Bien sûr, les laboratoires pharmaceutiques étaient également très présents dans la communication.

Comme Pasteur Vaccins, qui n’a pas hésité à publier alors une énorme contre-vérité :

Contre-vérité, car non seulement l’hépatite B ne gagnait pas de terrain…

…mais le nombre d’infections était au contraire en large recul, en lien avec les précautions sanitaires prises pour le Sida[6].

Le sida, justement, a été largement utilisé pour faire peur : « hépatite B / Sida, même combat », peut-on lire sur une brochure de l’époque[7] : « De grandes ressemblances, mais aussi une grande différence : la vaccination ».

Les grands médias ont encore amplifié la psychose – on a pu entendre sur Europe 1 que l’hépatite B dégénérait en cirrhose ou cancer dans 1 cas sur 10 (alors que c’est plutôt 1 cas sur 100).

Et ce ne sont pas seulement les « jeunes » qui ont été visés.

Regardez bien cette affiche[8] :

Non seulement elle contient un gros mensonge – celui selon lequel l’hépatite B se transmettrait par la salive – mais on voit bien que la publicité s’adresse à des adultes d’âge mûr, bien intégrés socialement, et qui n’ont rien à craindre de l’hépatite B.

Un argument clé, pour les seniors, c’étaient les « voyages ».

C’est comme ça que Lucienne Foucras, auteur du livre, « Le nouveau dossier noir du vaccin hépatite B », s’est laissée convaincre de se faire vacciner, avec son mari.

Ils étaient alors jeunes retraités, et leur médecin de famille leur a conseillé le vaccin parce qu’ils étaient susceptibles de voyager. Résultat : son mari en est mort dans les 3 ans, des suites d’une terrible maladie liée au vaccin (j’y reviendrai).

Dans un échange récent que j’ai eu avec elle, elle m’a confirmé la psychose qui régnait à l’époque, suite à la propagande de masse :

« Un jour, ma fille m’appelle en me disant qu’elle avait peur d’avoir attrapé l’hépatite B, car elle avait partagé une gourde d’eau avec une amie ».

Au total, toutes les manipulations possibles ont été utilisées, pour répandre la peur :

  • On a souvent donné les chiffres de contaminations et décès dans le monde plutôt qu’en France – or, si l’hépatite B cause de réels dégâts dans les pays pauvres, c’est très différent dans le monde occidental.
  • Selon le Dr Girard, un des meilleurs connaisseurs au monde de cette affaire, la direction générale de la santé a annoncé le chiffre de 100 000 hépatites B aiguës par an… Ce qui était une exagération d’au minimum 50 fois par rapport aux données disponibles.
  • On a aussi exagéré les risques de contamination, notamment en présentant l’hépatite B comme « maladie sexuellement transmissible », alors que 1) ce sont les seringues contaminées qui sont le premier vecteur de la maladie, et 2) seules les populations ayant de multiples partenaires sexuels – notamment les prostitués – sont réellement à risque.

C’est d’ailleurs cela le plus grave : c’est la dissimulation éhontée des populations réellement à risque de la maladie.

Comme l’a conclu le Dr Girard dans son rapport d’expertise judiciaire, on a vécu une « dissimulation », une « occultation du débat démocratique » – en cachant aux Français que l’objectif était de « protéger une petite sous-population présumée à risque en exposant aux effets indésirables du vaccin une immense population de sujets peu ou pas à risque »[9]

Il fallait que « tout le monde se sente visé » et s’imagine que l’hépatite B pouvait frapper n’importe qui, n’importe quand.

La propagande était tellement excessive… que cela a été reconnu OFFICIELLEMENT

Tout ceci est bien sûr aberrant, pour une maladie rare, qui se guérit dans la plupart des cas, et qui frappe quasi exclusivement que des populations fragiles bien identifiées.

À tel point que l’énormité de ce qui s’est passé a été largement reconnue depuis.

« Les spots de l’époque donnaient l’impression que le virus allait vous sauter dessus au moindre contact »[10], a reconnu Dominique Costagliola, épidémiologiste à l’INSERM.

(Aveu d’autant plus révélateur que cette experte, Mme Costagliola, est manifestement terrorisée par les microbes : elle a fait partie des voix les plus extrémistes face au Covid, demandant toujours plus de confinements et de restrictions[11])

De même, la responsable du dossier à l’Agence du médicament de l’époque a reconnu le problème de cette propagande, quelques années plus tard, en 2002 :

« Sur les 29 millions de sujets vaccinés entre 1994 et 1998, on peut s’interroger sur l’opportunité de vacciner 19 millions de personnes qui n’étaient pas à risque.

Il est clair qu’il y a eu des débordements parce que les messages ont été perçus bien au-delà des risques réels »[12]

Même aveu dans le très officiel rapport Dartigues[13] : « Le succès de la promotion de cette vaccination conduit à une très large diffusion au-delà des cibles prévues avec plus de 75 millions de doses vendues fin 1997 ».

Et cela vient d’experts qui ont jugé qu’il était tout à fait raisonnable de vacciner les adolescents et les nourrissons contre cette maladie – la « population cible ».

Or, même cette « cible » n’avait rien de raisonnable.

Sans même parler ici des effets indésirables du vaccin – ce sera pour une prochaine fois – il faut bien voir que le risque d’une forme grave d’hépatite B est EXTRÊMEMENT limité.

L’hépatite B n’était PAS une menace grave de santé publique

Voici la réalité de l’hépatite B en 1994, au moment du lancement de la vaccination de masse – selon l’expert Marc Girard :

« Le réseau Sentinelles (qui représentait environ 1 % des praticiens français) ne parvenait pas à dénombrer plus de 28 cas par an. En extrapolant grossièrement, on arrivait à 2 800 cas/an pour l’ensemble du territoire, dont la majorité imputable à des comportements à risque ».

Quand on sait que la maladie est bénigne dans plus de 95 % des cas, cela ne laisse pas beaucoup de cas « graves » possibles.

Et de fait, dans la réalité du terrain, la plupart des médecins ne jugeaient pas du tout que l’hépatite B était un problème de santé publique. 

Une anecdote racontée par le Dr Marc Girard est très révélatrice[14].

Marc Girard écrit dans son rapport d’expertise judiciaire qu’il connaît personnellement « l’ancien chef d’un grand service de gastro-entéro-hépatologie » (donc spécialiste du foie).

Il précise que ce service est « situé dans une zone de la région parisienne assez ouverte à l’immigration (personne ne contestant que la fréquence des hépatites B soit nettement plus élevée dans la population migrante que chez les autochtones) ». Et il en déduit logiquement que, « à ce titre, il avait dû en voir, des hépatites B ».

Et pourtant, le point de vue de ce spécialiste des maladies du foie est clair : « Je lui demandai, si au cours de sa longue carrière de praticien hospitalier, l’hépatite B avait représenté pour lui un problème significatif : me regardant en haussant les épaules, il me répondit par la négative. »

Pourtant, Bernard Kouchner, ministre de la Santé en 1998, n’a pas hésité à dire que l’hépatite B tuait en France chaque année 3 000 personnes (sur France 2) ou 3 500 personnes (sur France 3).

Pour le Dr Marc Girard, c’est de la désinformation :

« Je n’ai jamais compris sur la base des données reconstituables (que je connais très bien…) par quel miracle cette maladie aurait pu causer, dans notre pays, plus que quelques dizaines de décès annuels au grand maximum ».

C’est vrai : après enquête, je peux confirmer cette affirmation.

Quelques chiffres pour les sceptiques

Il y a deux formes d’hépatite B : l’hépatite B aiguë et l’hépatite B chronique.

Dans l’immense majorité des cas, l’hépatite B aiguë est bénigne.

Il n’y a que dans 1 cas sur 500 environ[15] que l’hépatite aiguë est très grave. On dit qu’elle est fulminante, et le risque de mourir est alors très élevé, sauf à pouvoir greffer un nouveau foie rapidement. 

Combien y avait-il d’hépatites B fulminantes dans la deuxième moitié des années 1990 ?

Entre 5 et 10 par an[16] !

Est-ce là, le grave problème de santé publique qui justifierait de vacciner tous les élèves de 6ème au collège, et tous les nourrissons ?

Non, évidemment.

Voyons maintenant le cas des hépatites B chroniques.

Dans une petite minorité de cas (5 à 10 %), les patients touchés par une hépatite B aiguë ne parviennent pas à se débarrasser du virus.

On dit qu’ils deviennent des « porteurs chroniques » du virus de l’hépatite B (on estime aujourd’hui leur nombre à 135 000)[17].

Le problème est que ce virus chronique peut favoriser les cirrhoses et les cancers du foie – probablement dans un cas sur dix – au bout d’un certain nombre d’années.

Mais à quel point le virus est-il vraiment responsable de ces pathologies ? On ne sait pas !

Car il est évident que ceux qui n’arrivent pas à se débarrasser du virus de l’hépatite B sont déjà des populations au système immunitaire fragilisé, généralement lié à des comportements à risque.

Certes, le virus n’arrange pas la santé du foie, mais d’autres problèmes de santé sont des co-facteurs majeurs de la dégradation vers une cirrhose ou un cancer.

Il est donc tout à fait abusif d’imputer au virus de l’hépatite B la totalité des décès des « porteurs chroniques » ayant succombé à une cirrhose ou un cancer du foie – à savoir moins de 1 000 cas par an dans les années 1990.

Bref, on voit bien que les cas graves directement causés par le virus de l’hépatite B étaient rares, et totalement circonscrits à une petite partie de la population (toxicomanes, prostitués et dialysés essentiellement).

Dans les années 1990, il y avait des dizaines de problèmes de santé publique beaucoup plus importants que l’hépatite B.

Et pourtant, le ministre de la Santé semble avoir tout « misé » sur cette maladie, avec une campagne de peur extravagante et une vaccination de masse, notamment dans les collèges.

Pourquoi ? Que s’est-il passé ?

Un indice nous est donné par la notice interne d’un grand laboratoire pharmaceutique fabriquant le vaccin hépatite B :

« Sur le marché de la vaccination contre l’hépatite B, les adolescents sont un segment très porteur » ; « il faut dramatiser, faire peur avec la maladie »[18].

On en reparle la prochaine fois, restez-connecté !

PS : Continuez à m’envoyer vos témoignages sur la vaccination hépatite B : votre propre expérience de ce vaccin, celle de vos proches, ou simplement vos souvenirs de cette propagande de la peur dans les années 1990 (vous pouvez me les faire parvenir en commentaire de ce message). Merci d’avance !

Sources

[1] https://www.cairn.info/revue-herodote-2011-4-page-120.htm#no61

[2] https://www.rolandsimion.org/campagnes-vaccinales-hepatite-b-1993-98/

[3] https://www.rolandsimion.org/wp-content/uploads/2020/02/Batch2.pdf

[4] https://www.rolandsimion.org/campagnes-vaccinales-hepatite-b-1993-98/

[5] https://www.rolandsimion.org/campagnes-vaccinales-hepatite-b-1993-98/

[6] https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/024000604.pdf « Selon le réseau de la Courly, l’incidence de l’hépatite aiguë B diagnostiquée dans la région de Lyon a chuté de manière importante entre 1986 et 1991, passant de 12 cas pour 100 000 habitants environ à 2 cas pour 100 000 habitants (Rapport d’expertise collective INSERM sur l’hépatite B), probablement en raison des mesures de prévention contre le VIH, puis s’est stabilisée autour de ce chiffre de 1991 à 1995. »

[7] Tiré du livre de Lucienne Foucras, Le nouveau dossier noir du vaccin hépatite B, éditions résurgence.

[8] Tiré du livre de Lucienne Foucras, Le nouveau dossier noir du vaccin hépatite B, éditions résurgence.

[9] https://www.securite-medicament.fr/wp-content/uploads/2019/07/Rapport-Expertise-VHB-2004.pdf

[10] https://www.arcat-sante.org/infos-cles/hepatites/hepatites-actu-vaccin-contre-lhepatite-b-la-douloureuse-question-du-beneficerisque/

[11] https://www.europe1.fr/sante/covid-19-dominique-costagliola-encourage-a-revenir-sur-les-mesures-levees-le-30-juin-4057273

[12] https://www.ladepeche.fr/article/2002/11/15/405387-hepatite-b-vers-une-affaire-d-etat.html

[13] https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/024000604.pdf

[14] https://www.rolandsimion.org/wp-content/uploads/2020/05/Chapitre_5-2.pdf

[15] « La part des hépatites aiguës à virus B évoluant sur un mode fulminant est estimée entre 0,1 % et 1 % » https://www.santepubliquefrance.fr/don-de-sang/documents/communication-congres/l-hepatite-b-en-france-aspects-epidemiologiques-et-strategie-vaccinale.-24e-journees-nationales-de-formation-continue-en-hepato-gastro-enterologi

[16]https://www.santepubliquefrance.fr/don-de-sang/documents/communication-congres/l-hepatite-b-en-france-aspects-epidemiologiques-et-strategie-vaccinale.-24e-journees-nationales-de-formation-continue-en-hepato-gastro-enterologi. Et leur nombre avait largement diminué avant la campagne de vaccination de masse (on comptait une vingtaine de greffe du foie pour hépatite B en 1990). https://www.chu-montpellier.fr/fr/vaccination/histoire-des-epidemes-et-de-la-vaccination/lhepatite-b

[17] http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2022/3-4/2022_3-4_0.html

[18] https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20090604.RUE0737/vaccination-contre-l-hepatite-b-nouvelle-campagne-pharmarketing.html

99 Commentaires

Sources

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

S'abonner

99 commentaires

RUAULT 21 octobre 2022 - 2h14

Bonjour,
je me souviens parfaitement que La Poste (mon employeur, à l’époque entreprise publique ) a généreusement proposé la vaccination gratuite à tous les postiers sans aucune avance de frais, via la medecine du travail.
Il me semble même qu’on pouvait se faire vacciner sur le lieu de travail. (ou du moins pour un rappel quelques années après ).
Tous mes collègues s’étaient fait vacciner.
Pour ma part j’ai refusé.
J’ai d’ailleurs été en contact intime avec un homme atteint par l’hépatite B, sans pour autant la contracter moi-même : mon corps a donc fabriqué ses anticorps, et je l’ai appris par hasard 5 ans plus tard grâce à une prise de sang.

Répondre
Cloé 21 octobre 2022 - 21h13

Au cours des 2 étés 1994 et 1995 (j’avais à cette époque 19 et 20ans), je me suis faite vaccinée contre l’hépatite B pour les besoins d’un job d’étudiant à l’hôpital durant l’été (remplacement d’aide soignante, cela se faisait à l’époque pour des enfants du personnel de l’AP-HP). J’ai donc reçu selon le protocole vaccinal de l’époque, en tout, 4 injections de ce vaccin (mai, juin, juillet 1994 et rappel en juin 1995). A partir de 2006, premiers signes dysfonctionnels du système nerveux ont commencé à apparaitre (sans investigation plus poussée à l’époque). Début 2014, pose du diagnostic de sclérose en plaques suite à troubles majeurs sur les plans moteur, cognitif et sensoriel ayant donné lieu à hospitalisation en urgence, diagnostic posé avec examen IRM cérébrale. Même si aucun médecin conventionnel n’a eu le courage de faire le lien de causalité (surtout après plusieurs années après la vaccination), je suis intimement persuadée que le lit du terrain auto-immune a été largement fait par cette vaccination (sans oublier les vaccinations infantiles antérieures). Aujourd’hui, j’ai 47 ans, ma vie n’est plus la même, je cohabite avec cette maladie inflammatoire chronique, perturbante et handicapante au quotidien, et surtout la colère envers les pouvoirs publics corrompus.

Répondre
Michel Schmitt 3 novembre 2022 - 13h38

Bonjour Xavier Bazin,
pour ce qui me concerne, après avoir été vacciné contre l’hépatite B entre 1990 et 1995, j’ai été victime d’une maladie auto-immune en 2004 (la maladie de Berger), alors considérée comme orpheline mais qui s’est démultipliée à une vitesse exponentielle, les années qui ont suivi, au point qu’un hôpital, dans le nord est du pays, ait ouvert une aile, spécialement conçue pour les nouveaux nés, naissant avec cette maladie. J’ai été dyalisé durant une année et demi, dès 2004 et j’ai eu la chance que ma soeur me cède un rein très compatible, ce qui me permet de vivre actuellement comme tout un chacun avec un minimum d’anti rejet.
Il est évident que lors du covid je me suis opposé à la vaccination, ainsi que toute ma famille. Le jour où nous avons été contaminé, je n’ai pas été trop malade car je prends régulièrement de la vitamine D, du Zinc, de la vitamine C, des oméga 3 et je me nourris bio, je fais du sport, une trentaine de minutes par jour, au minimum imposé et je vis à la campagne, sans stress et au milieu de l’amour.
Voilà un résumé de mon histoire. Dans tous les cas, je suis l’ennemi de l’état corrompu et je puis vous assurer qu’autour de moi de 7 à 97 ans, en cas de contamination, nous disposons d’ivermectine et d’azithromicine que nous achetons en Espagne pour 26€ la cure. Des dizaines de personnes m’ont écouté et se sont soignés par ce biais et je puis vous assurer que, dans les 24 heures, systématiquement, nous avons du résultat. La moyenne d’âge étant de 65 à 70 ans et contaminées à moins de dix jours.
Cordialement.

Répondre
MURTE 9 novembre 2022 - 21h15

Moi le souvenir que je garde de ma mère qui a reçu le vaccin de hépatique B avec ces collègues qui travaillais dans une école toute ces femmes sont décédées avec un cancer du foie 37, 32, 52,49 seule ma mère est décédée a 82ans, en combien de temps il vont continuer a nous tromper moi j’ai 66ans je ne prend plus de vaccin.

Répondre
1 8 9 10

Laissez un commentaire